Bulletin de l’opposition

François Legault (L’Assomption) a eu une crampe au cerveau dont il a fini par rire lui-même quand il a proposé de démolir le pont de Québec, mais il est en voie de faire de la CAQ la solution de rechange au gouvernement Couillard. Il a compris la nécessité de permettre à ses meilleurs députés de se mettre en valeur. Il a cessé ses incursions maladroites sur le terrain identitaire pour se concentrer sur l’économie, où il est nettement plus à l’aise. A

Sa croisade victorieuse pour sauver sa circonscription de Sainte-Marie–Saint-Jacques a fait de Manon Massé une véritable héroïne. Dans un style très différent de celui de Françoise David, bien illustré par son image du « pogo le moins dégelé de la boîte », elle lui a succédé dans le rôle de conscience sociale de l’Assemblée nationale. A

Gabriel Nadeau-Dubois a fait une entrée triomphale en politique. Personne ne doute de ses talents, surtout pas lui. Il est tout à fait légitime d’avoir de l’ambition, mais cela n’exclut pas un minimum de modestie. Moins de deux mois après son élection dans Gouin, il se voit déjà premier ministre. Même s’il l’avait appuyé avec prudence, l’échec du pacte électoral avec le PQ est aussi le sien. B

Simon Jolin-Barrette (Borduas) a été promu à la première banquette de la CAQ à l’Assemblée nationale. Le très incisif porte-parole en matière de justice est un de ceux que François Legault s’emploie à mettre en vitrine. Se voulant un exemple d’opposition constructive, il a déjà présenté 11 projets de loi depuis le début de la présente législature. B

Alexandre Cloutier (Lac-Saint-Jean) avait connu un passage à vide après sa défaite dans la course à la succession de Pierre Karl Péladeau, mais il a repris du poil de la bête. Il a notamment forcé le ministre de l’Éducation à reconnaître l’ampleur du phénomène des notes gonflées et à agir en conséquence. B


 

François Bonnardel (Granby) est le porte-parole de la CAQ en matière de finances, mais c’est surtout son cri du coeur en faveur d’un élargissement de l’aide médicale à mourir et l’émouvante évocation de la situation de sa mère atteinte de la maladie d’Alzheimer qui ont frappé les esprits. B

La défense des intérêts du Québec face à Ottawa n’est pas un réflexe naturel pour le gouvernement Couillard, mais Nicolas Marceau (Rousseau) a réussi à l’alerter sur le danger que présente le projet de loi fédéral C-44, qui permettrait aux promoteurs privés soutenus par la Banque de l’infrastructure d’échapper aux lois et aux règlements des provinces et des municipalités. B

Tout parti d’opposition a besoin de quelqu’un pour se charger du sale travail. Éric Caire (La Peltrie) a du pitbull en lui. D’Arthur Porter à Marc-Yvan Côté, le « shérif » de la CAQ a fait son fonds de commerce des amitiés douteuses du premier ministre Couillard. B

Chantal Soucy (Saint-Hyacinthe) a révélé qu’Hydro-Québec avait facturé 1,4 milliard en trop entre 2008 et 2015, soit 350 $ par abonné, ce qui n’a pas semblé émouvoir le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles. B

Le plaidoyer de Dave Turcotte (Saint-Jean) en faveur des jeunes handicapés qui se retrouvent en CHSLD, dans un environnement conçu pour des personnes âgées, a amené le ministre de la Santé à promettre un « plan » et des ressources supplémentaires pour leur offrir un milieu de vie mieux adapté. B


 

Pascal Bérubé (Matane-Matapédia) progresse dans son apprentissage de la difficile fonction de leader parlementaire, mais il a commis une bourde que Jean-François ne pouvait pas laisser passer en déclarant que le PQ ne pourrait pas former un gouvernement majoritaire sans l’aide de Québec solidaire. C

Du début à la fin de la session, Véronique Hivon (Joliette) a fait mal paraître la ministre de la Justice dans le dossier des délais déraisonnables. Elle l’a également forcée à accorder la priorité au projet de loi sur l’adoption. L’échec du pacte électoral avec Québec solidaire et le rejet de la « feuille de route » commune vers l’indépendance qu’elle avait le mandat de négocier au nom du PQ constituent cependant un sérieux échec personnel. C

À défaut d’être élue chef du PQ, Martine Ouellet (Vachon) a jeté son dévolu sur le Bloc québécois. Ses partisans ont bien manoeuvré pour assurer son couronnement, mais la grave crise interne qui a failli faire imploser le Bloc a démontré aussi bien les carences de son leadership que les inconvénients du « transparlementarisme » auquel elle est presque la seule à trouver des mérites. D

Le caquiste Claude Surprenant (Groulx) et le péquiste Gaétan Lelièvre (Gaspé) ont tous deux été exclus de leur caucus respectif pour des raisons d’éthique. E

 

P.-S. Le premier ministre et le chef de l’opposition officielle, dont l’évaluation exigerait plus d’espace, ne sont jamais notés dans mes bulletins semestriels.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

54 commentaires
  • Marie Nobert - Abonnée 20 juin 2017 01 h 36

    Y'a pas que les notes du ministère qui sont gonflées (!)

    Sans commentaire. Encore que...

    Manon Massé n'a pas sauvé «sa» circonscription», mais «la» circonscription de... Grosse nuance.

    «Anchois Pommier» (nébulosité cérébrale croissante équivalente à l'idée de démolir le pont de Québec) comme la solution de rechange au gouvernement Couillard. Bonne nuit, beaux rêves!? Beaucoup de puces, beaucoup de punaises. S'il était fiscaliste au lieu d'être comptable... M'enfin.

    Quant au «vizir»(!) qui veut devenir «calife» à la place du... (c'est lui qui l'a dit). Plein cauchemar.

    Simon Jolin-Barette vaut un «HA!», mais bon, mon «ancre» ne vaut pas votre «encre». (!)

    Et le reste?! Tous recalés.

    JHS Baril

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 20 juin 2017 12 h 41

      @ JHS Baril Votre touche d'humour vaut les AAA+ que je vous décerne...

      Les agences de notation, tel Standard & Poor's, vont sûrement demander à Michel David de faire leurs prochaines prévisions...il a un talent fou.

    • Gilles Bonin - Inscrit 20 juin 2017 14 h 27

      Madame Massé n'a pas sauvé la circonscription. Ce sont les citoyens et citoyennes de cette circonscription qui se sont levés pour défendre leur territoire.

      De plus, n'en déplaise à monsieur David, son buletin n'a jamais changé ce que nous appelons en français québécois" le prix des patates".

    • Andrée Phoénix-Baril - Abonnée 20 juin 2017 16 h 24

      Bravo JHS Baril! de AP Baril.

  • Gaetane Derome - Abonnée 20 juin 2017 01 h 58

    L'échec de l'alliance avec QS.

    L'échec de la convergence avec QS n'est pas attribuable a Mme Hivon mais,on le sait tous,a certains membres de QS qui ont décidé d'accuser les nationalistes du PQ de racistes.Il semble que si on n'apprécie pas les signes religieux dans les institutions gouvernementales,qui sont censées être laiques,on est racistes...Pourtant,l'appartenance a une religion n'est pas une "race" ou une couleur de peau n'est pas un signe religieux.
    Et on a jamais dit a Mme Awada d'enlever son hijab(et ni son maquillage d'ailleurs)chez elle ou dans la rue,ect.On parlait d'un mur jeffersonien entre le religieux et l'Etat.Donc,a QS la faute de l'échec du pacte électoral et Mme Hivon,une femme que je trouve plutôt exemplaire aurait un B+.
    Je me suis doutée que cette alliance échouerait dès le départ...M.Gabriel Nadeau-Dubois a eu la vie bien facile a se présenter dans Gouin sans qu'il y ait de candidat péquiste,je trouve M.David généreux de lui donner un B.Etant donné cette victoire facile et la manque d'humilité,moi je lui donnerais D(et encore...).

    • Réal Ouellet - Inscrit 20 juin 2017 09 h 28

      En cequi concerne Mme Hivon, je suis tout à fait d'accord avec vous. Rendre Mme Hivon responsable de l'échec des négos de convergence constitue un manque d'objectivité flangrant.

      Sera-t-elle responsable des erreurs qui pourraient survenir dans l'application de l'aide à mourir, tant qu'à y être...

    • Jacinthe Lafrenaye - Inscrite 20 juin 2017 10 h 03

      Gaétane Derome

      vous avez raison à propos de Véronique Hiron, elle n'est pas du tout responsable de l'échec de la convergence PQ-QS. Au contraire, Michel David aurait dû avoir la décense de souligner son mérite d'avoir au moins tenté cet accord.

      Mais Michel David donne toujours le bon rôle aux QS, c'est connu et c'est d'ailleurs la tangente du Devoir.

    • Patrick Boulanger - Abonné 20 juin 2017 10 h 43

      Mme Derome, je trouve que vous êtes sévère dans votre jugement par rapport à M. Nadeau-Dubois en voulant lui attribuer un D - ou peut-être un E - parce qu'il l'a eu facile dans Gouin et qu'il manque, selon vous, d'humilité. C'est le moins que l'on puisse dire.

      P.B.

      P.-S. : à ma connaissance, QS n'a jamais demandé au PQ de ne pas présenter de candidat dans Gouin.

    • Patrick Boulanger - Abonné 20 juin 2017 13 h 34

      @ M. Ouellet et Mme Derome

      Si un ou une député.e gagne des points après avoir essayé quelque chose de valable pour son parti, il me semble qu'il ou elle doit en perdre si sa tentative ne fonctionne pas. Si la convergence avait réussi, de mon point de vue, c'est sûr que Michel David aurait été BEAUCOUP plus généreux avec Mme Hivon. Il me semble que ça a du sens ce que j'exprime ici, non?

    • Jeanne M. Rodrigue - Abonnée 20 juin 2017 16 h 15

      «Et on a jamais dit a Mme Awada d'enlever son hijab (et ni son maquillage d'ailleurs) chez elle ou dans la rue...» (G. Derome)

      Selon l'Islam pur et dur, il n'est pas permis à une femme de se maquiller, sauf pour son mari.

      Pour attirer l'époux le maquillage outrancier est autorisé, pour attirer l'œil de tous les hommes, le maquillage ostentatoire est «haram» (interdit).

    • Gaetane Derome - Abonnée 20 juin 2017 16 h 56

      M.Boulanger,

      Je pense qu'il faut noter les gens a la mesure du travail qu'ils font.Mme Hivon a très bien travaillé et méritait plus que ce que M.David lui a attribué(voir aussi les autres commentaires).
      Tant,qu'a M.Nadeau-Dubois,il débute et n'a rien fait encore a l'assemblée nationale.On aurait même pas dû le noter!

    • Patrick Boulanger - Abonné 21 juin 2017 08 h 49

      @ Mme Derome

      « Tant,qu'a M.Nadeau-Dubois,il débute et n'a rien fait encore a l'assemblée nationale.On aurait même pas dû le noter! »?

      « Etant donné cette victoire facile et la manque d'humilité,moi je lui donnerais D(et encore...) »?

      Mme Derome, je suis assez d'accord avec vous par rapport à l'idée que le chroniqueur n'aurait pas dû le noter (vu qu'il vient d'arriver en politique partisane). Cela dit, pourquoi l'avez-vous noté?

  • Lise Bélanger - Abonnée 20 juin 2017 06 h 46

    Bulletin avec , en autre, une grande lacune:Jean-François Lisée.

    Difficile de vous prendre au sérieux.

    • Patrick Boulanger - Abonné 20 juin 2017 10 h 13

      Mme Bélanger, voici ce que M. David a écrit à la fin de sa chronique : « P.-S. Le premier ministre et le chef de l’opposition officielle, dont l’évaluation exigerait plus d’espace, ne sont jamais notés dans mes bulletins semestriels ».

    • Colette Pagé - Inscrite 20 juin 2017 10 h 48

      Le chroniquer n'évalue ni le chef de l'Opposition ni le PM.

    • Cyril Dionne - Abonné 20 juin 2017 17 h 29

      Le p'tit gars se cherche un job au Sénat. ;-)

  • Bernard Terreault - Abonné 20 juin 2017 07 h 53

    Discutable

    Par définition, une opinion journalistique est discutable. Ces scores-ci le sont particulièrement. À la CAQ, j'aurais mis certains pitbulls, habiles à soulever les failles du gouvernement, bien devant leur chef plutôt inconsistant. Chez QS, Khadir est en train de devenir un authentique penseur politique, autrement crédible que ses deux acolytes néophytes pleins d'eux-mêmes et n'ayant rien démontré jusqu'ici. Et le traitement du PQ est particulièrement négatif, un type comme Therrien aurait mérité une bonne mention.

  • Daniel Trottier - Abonné 20 juin 2017 07 h 54

    Notes gonflées

    Gabriel Nadeau-Dubois continue de jouir d’une formidable complaisance. Voilà qu’il se mérite un B après quelques jours à l’Assemblée nationale. Sa responsabilité en ce qui concerne l’échec du pacte électoral avec le PQ est effleurée, alors que celle de Véronique Hivon est lourdement sanctionnée. De manière assez piteuse, GND a émergé avec peine de la mini-controverse causée par sa fréquentation du collège Regina Assumpta, lui qui milite contre le financement des établissements d’enseignement privés. Amir Khadir a dû voler à son secours, faisant valoir que GND n’était pas alors en âge de choisir, culpabilisant au passage les parents du jeune député.

    Je suis heureux qu’Alexandre Cloutier (PQ) obtienne enfin une bonne note, mais convenons qu’en matière d’opposition en éducation, c’est surtout Jean-François Roberge (CAQ) qui se distingue. Sa récente démarche pour obtenir auprès du ministère de l’Éducation et des 72 commissions scolaires des données précises sur les élèves en difficultés est méritoire, tout comme l’est le dépôt de son projet de loi visant à permettre aux enfants victimes de maltraitance et négligence d'avoir une éducation adéquate. Le ministre Proulx a d’ailleurs fait écho à cette préoccupation en déposant son projet de loi 144, qui prévoit un encadrement plus formel de l’école à la maison et renforce les pouvoirs de la DPJ, comme le souhaitait le député Roberge.

    • Johanne St-Amour - Inscrite 20 juin 2017 09 h 43

      Tout à fait curieux ce B à Gabriel Nadeau-Dubois après seulement quelques jours à l'assemblée nationale. Les notes sont-elles données en fonction de ce que le député «semble» donner? On dirait bien que M. David s'est laissé prendre au jeu.

      Avec en prime, l'oubli de certains autres députés comme Mme Bellemare qui, sans relâche, talonne M. Barrette. Ou encore Michel Thérien.

    • Patrick Boulanger - Abonné 20 juin 2017 10 h 11

      « De manière assez piteuse, GND a émergé avec peine de la mini-controverse causée par sa fréquentation du collège Regina Assumpta, lui qui milite contre le financement des établissements d’enseignement privés. Amir Khadir a dû voler à son secours, faisant valoir que GND n’était pas alors en âge de choisir, culpabilisant au passage les parents du jeune député »?

      « De manière assez piteuse, GND a émergé avec peine », vous dites. Il me semble que vous exagérez passablement ici, M. Trottier. Par ailleurs, je vous invite à lire cet article du Devoir puisque votre citation est inexacte : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/496234/ga