Cet imprévisible pinot noir (2)

Pinot noir en mai, épargné des gels printaniers à Nuits-Saint-Georges, en Bourgogne
Photo: Jean Aubry Pinot noir en mai, épargné des gels printaniers à Nuits-Saint-Georges, en Bourgogne

Vous pensiez en rester là avec le pinot noir ? Tout le contraire était pourtant prévisible ! Surtout qu’il y a abondance en la matière à la SAQ. Je n’ai pu résister une fois de plus cette semaine à tirer 12 d’entre eux de l’anonymat des tablettes. Dans une fourchette de prix allant de 17 $ à 50 $ — mon budget me soustrayant au privilège de jouir corps et âme du bourgogne La Tâche 2013 du Domaine de la Romanée Conti à… 1255 $ le flacon de 75 centilitres. Rêvons-le donc.

Pour le reste, styles, expressions et messages différents pour des pinots dont la majorité, eh oui ! sont tout de même issus de la belle Bourgogne. Excusez-le.

Pinot Noir 2012, Château des Charmes, Vallée de la Niagara, Canada (17 $ – 10745495). Petite fatigue, il me semble, côté fruit, tel ce paysan fourbu après une journée de labeur aux champs. Mâche et souplesse tout de même. Amorce son déclin. Servir frais. (5) ★★

Saint Clair Pinot Noir 2015, Marlborough, Nouvelle-Zélande (23,80 $ – 10826543). La région de Marlborough propose de ces pinots toniques reconnaissables entre tous. L’envolée est ici friande, presque sapide, expressive, vineuse, épicée, mais tout de même simple d’expression. (5) ★★1/2

Quails’s Gate Pinot Noir 2014, Okanagan Valley, Canada (29,10 $ – 11889669). Ce beau pinot trouve ses marques avec les millésimes qui passent et gagne en profondeur. Il y a ici du « fond », un fruité juste et bien étoffé et matière à se régaler, sans être trop nostalgique de la mère patrie. À rechercher, car les quantités sont limitées. (5) ★★★ ©

Churton Pinot Noir 2013, Marlborough, Nouvelle-Zélande (36 $ – 10383447). La patine est reconnaissable à ce grain fruité particulièrement serré, formant une trame qui ne manque pas de tenue ni d’élégance. Un rouge sec encore jeune, bien lié et bien cadré sur le plan fruité, qui commence à se nuancer. On sent ici à la fois un lieu et un humain qui a su le rendre crédible. Long en bouche. (5+) ★★★1/2 ©

Tuli 2015, Sonoma County, États-Unis (29,95 $ – 12848990). Sans vouloir imposer mes goûts personnels, ce rouge puissant trace tout de même à gros traits un pinot noir dont on a ici tiré toute la sève, et ce, jusqu’au dernier gramme d’extrait sec disponible. En plus de le laisser s’arrondir sous des sucres résiduels qui le privent de toute finesse aromatique et gustative. Mais voilà, ça colle parfaitement sur un canard à l’orange ! Alors, mes goûts personnels, on s’en tape ! (5) ★★1/2 ©

 

Bourgogne Rouge 2015, Fougeray de Beauclair, France (23,80 $ – 12526413). Brillance et pertinence doublées d’un éclat et d’un fruit primeur à vous croquer les bajoues tant la joie vive est manifeste ici. Du pinot de printemps qui a toutes ses dents et le désir de vous en faire boire ! Le bonheur tout de suite d’une maison de renom. (5) ★★★

Bourgogne 2014, Couvent des Jacobins, Jadot, France (24,40 $ – 966804). Classique jusqu’au bout des doigts de la grappe, avec cette espèce de recueillement cistercien où moines et barriques unissent leurs destinées communes. Le fruité a du panache, mais sobrement, tout en étant mûr, frais, avec ce qu’il faut de tanins pour structurer sans pénaliser le palais. (5) ★★★

Bourgogne du Château Pinot Noir 2013, Château de Meursault, Bourgogne, France (32,25 $ – 11469576). Le prix apparaîtra élevé pour un simple « régional », mais c’est que le prince est bien fringué. Si on aime le style légèrement boisé. Pas très large ni profond, mais doté d’une précision, d’une luminosité, d’un équilibre manifestes. On s’approvisionne avec les bons fruits dans cette maison, ça se goutte. (5+) ★★★ ©

Bourgogne Hautes-Côtes de Nuits 2014, Naudin-Ferrand, France (34 $ – 11668698). La Bourgogne existe en partie parce qu’il y a des femmes comme Claire Naudin. Sensibilité, respect, humanité, sans compter ce discours à la fois naturel et raffiné livré dans chacune des cuvées. Pas de fla-fla inutile, mais une sobriété de bon aloi. L’ensemble est mûr, précis, substantiel, long en bouche. Toujours très recommandable. (5+) ★★★1/2 ©

Marsannay « La Charme au Prêtre » 2014, Pierre Naigeon, Bourgogne, France (43,75 $ – 12875576). Je ne connaissais pas la maison, mais j’aime déjà ce style de pinot épuré sans être toutefois austère, substantiel sans être lourd, à la fois terrien et intellectuel tout en étant soumis à un élevage encore un rien dominant actuellement. Grand vin de volaille et d’envolées lyriques à table ! (5+) ★★★1/2 ©

Côtes de Beaune 2014, Joseph Drouhin, Bourgogne, France (50 $ – 12485201). J’ai toujours cette impression avec la maison Drouhin que les vins ont fait leur cours classique avec option grec et latin tant ils sont bien élevés et cultivés. L’expression est claire et ne tolère aucune dispersion ni dilution de propos, tant sur la densité du fruit que sur l’équilibre d’ensemble. Avec ce souci de l’élégance toujours de mise. Je le dis peu souvent, mais c’est très typé de l’appellation. (5+) ★★★1/2 ©

Clos Marion 2014, Fixin, Fougeray de Beauclair, Bourgogne, France (50,50 $ – 872952). Cette parcelle, ou lieu-dit, ne révèle qu’au compte-gouttes ce qu’elle a dans le ventre de ses trois hectares ceints de murs. Ça se déplace lentement ici, au nez comme en bouche, tels des sabots de boeuf amoureux de la terre locale. De l’épaisseur dans le fruité, des nuances épicées, une franche longueur en bouche. Du temps, encore du temps, avant le plein épanouissement. (10+) ★★★1/2 ©

Enfin, pour clore le tout, une envie soudaine d’un verre de « déloyal gamay », histoire de vous rincer les dents avec autre chose ? Alors : Y’a bon the canon 2015, A.&J. F. Ganevat, Jura, France (32 $ – 12624152). Il se passe dans les vins du clan Ganevat quelque chose d’intolérablement dérangeant, pour ne pas dire de sublimement bouleversant. Ça vous arrache à vos rêveries pour vous plonger dans des envies folles de fruit, avec un tel réalisme que vous devenez vous-même le fruit en question. L’immersion se fait ici sur une base riche en gamay, en très loyal gamay il va sans dire, d’une sève, d’une mâche, d’une fraîcheur à vous envenimer la soif. Un canon bio plein de bonnes intentions ! (5+) ★★★★

Fines bulles en Franciacorta

Vous connaissez cette minuscule appellation lombarde tout au sud du lac d’Iseo mais à l’ouest du magnifique lac de Garde où s’enchaînent les valpolicellas, bardolinos et autres soaves ? Les Champenois, eux, la connaissent très bien et ils en sont un tantinet jaloux. Les Vénitiens, eux, la connaissent aussi, ils sont bien sûr jaloux et c’est bien pourquoi ils noient leur chagrin plus à l’est dans des hectolitres de prosecco bon marché.

Quant à vous, ami lecteur, vous en avez bien sûr entendu parler, mais voilà, vous essayez tant bien que mal de vous en procurer et y arrivez à peine tant les flacons sont rares sur les tablettes. Et c’est bien malheureux. Pourquoi ? Parce que ces mousseux issus de la fameuse metodo classico (lire champenoise) sont bus par près de 90 % des Italiens eux-mêmes !

Nous serions privilégiés, semble-t-il, d’avoir sous la main ces Bellavista, Ca’del Bosco, Pizzini et Antinori, sans compter ces Gatti, Majolini, Monte Rossa, Berlucchi et Uberti disponibles en importations privées, des maisons, hors Champagne, qui s’affichent parmi les meilleures ambassadrices de fines bulles sur la planète vin.

Faites sauter le bouchon de la Cuvée Royale Brut du Marchese Antinori (29,60 $ – 10678616) à dominante de chardonnay pour vous en convaincre. C’est fin, satiné, aérien, d’un moelleux et d’une profondeur qui témoignent de ses 30 mois à s’enrichir sur lies fines. Faites vite, cependant, amateurs à l’affût ! (5) ★★★1/2

Autre cuvée, celle-là devant nous parvenir au coeur de l’été, Franciacorta Ricci Curbastro Satèn Brut (autour de 45 $), un chardonnay peu dosé, d’une élégance folle, encore une fois sublime de texture, doté d’un profil qui le rapproche sensiblement d’un climat chablisien d’exception. Mais avec bulles. Racé. (5+) ★★★1/2

Meilleur sommelier du Québec 2017

Après les Lepage, Leroux, Eichel, Rivest, Lambert, Lelièvre, Caron et autres François Chartier, c’était au tour de Pier-Alexis Soulière MS de remporter la palme du Meilleur sommelier du Québec 2017 décernée par l’Association canadienne des sommeliers professionnels (ACSP) lors de cette 13e édition qui avait lieu au Casino de Montréal mercredi dernier. Le « Master sommelier » officie actuellement en tant que sommelier au restaurant Manresa à Los Gatos, en Californie. Sera-t-il au rendez-vous l’année prochaine pour décrocher le titre du Meilleur sommelier des Amériques 2018 ? Avec l’effervescence que connaît la jeune sommellerie au Québec depuis près de trois décennies, la compétition est vive ! Et c’est bien comme ça.
2 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 2 juin 2017 02 h 45

    quellle magie des dieux

    quelle surprise pour celui qui découvre la saveur de ce vin , a vous de vous y risquer, vous ne le regretterez pas

  • Luciano Buono - Abonné 2 juin 2017 12 h 55

    Pinot noir de Niagara

    C'est dommage que le pinot noir de Château des Charmes ne soit pas à la hauteur, surtout pour un 2012 qui fût une excellente année dans la péninsule du Niagara. D'autres maisons ont pu profiter beaucoup mieux de ce bon millésime, entre autres Calamus et Between the Lines, en espérant qu'il leur reste quelques bouteilles si vous passez à leur vignoble.