La bataille du «pot»

La légalisation de la marijuana constitue déjà une pomme de discorde entre Ottawa et les provinces, qui craignent d’en faire les frais. Sa commercialisation risque maintenant de déchirer l’Assemblée nationale.

La ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, affirme que le gouvernement Couillard n’a pas encore décidé qui, de la Société des alcools du Québec (SAQ) ou du secteur privé, se verra confier la vente de cannabis, mais le comité ministériel présidé par Mme Charlebois aurait déjà opté pour le privé, selon La Presse.

Dès le départ, le ministre des Finances, Carlos Leitão, avait clairement indiqué qu’il ne voulait pas voir la SAQ s’en charger. Son collègue de la Sécurité publique, Martin Coiteux, également adepte de l’État minceur, y serait également opposé. Le PQ estime au contraire que cette responsabilité revient à la SAQ.

Il accuse le gouvernement d’avoir fait son lit sans avoir consulté la population, qui privilégie nettement la SAQ, selon un sondage Crop réalisé pour le compte de Radio-Canada. Un projet de loi qui serait déposé dès la reprise des travaux parlementaires, à la mi-septembre, comme on le souhaite à Québec, reviendrait à placer tout le monde devant un fait accompli.

Malgré les craintes qu’elle suscite, la légalisation est désormais incontournable, mais le gouvernement serait bien avisé de prendre acte de l’inquiétude qu’elle suscite chez un grand nombre de Québécois (56 %). Une inquiétude nettement plus élevée que dans le reste du Canada (45 %), révèle le sondage Crop.

Dans tous les cas de figure, la vente sera étroitement encadrée, affirme-t-on. Si elle est cédée au secteur privé, le PQ sera néanmoins trop heureux de pouvoir accuser le gouvernement de sacrifier le bien-être de la population pour des raisons idéologiques ou pour satisfaire ses amis.


 

Le premier ministre Couillard a déclaré que la marijuana ne serait pas le « pactole » pour le gouvernement, mais quelqu’un profitera certainement de ce nouveau et très lucratif marché. Au Colorado, où elle est permise depuis 2014, sa commercialisation par l’entremise du secteur privé a provoqué un véritable boom économique. En deux ans, les ventes ont dépassé celles de l’alcool, tandis que les taxes et impôts perçus sur la marijuana ont augmenté de 45 %.

L’étude de l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) rendue publique en décembre dernier estimait à 1,3 milliard la valeur du marché québécois du cannabis récréatif et à 457 millions le dividende que l’État pourrait en tirer si la vente était confiée à la SAQ, alors qu’il serait de 278 millions avec le scénario du privé.

Il est encore impossible de déterminer les coûts que la légalisation engendrera inévitablement pour l’État au chapitre de la santé et de la sécurité publique, mais il a clairement avantage à maximiser ses intérêts, ce qui risque d’entrer en contradiction avec son devoir de prévenir la consommation excessive.

La commission McLellan, créée par le gouvernement Trudeau, recommandait d’éviter la vente d’alcool et de marijuana au même endroit, mais rien n’empêcherait l’ouverture de succursales distinctes. De toute façon, que la commercialisation soit publique ou privée, ceux qui veulent consommer l’un et l’autre n’auront aucun mal à s’approvisionner.


 

La chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, a choisi un autre angle d’attaque. Selon elle, le Québec se verra privé d’un marché de plusieurs milliards au profit de l’Ontario, dont les producteurs de marijuana seront systématiquement avantagés par le gouvernement Trudeau.

Il y a actuellement 24 entreprises productrices de marijuana thérapeutique en Ontario pour une seule au Québec. Ces entreprises vont inévitablement demander un permis pour la production de marijuana récréative, dont Ottawa s’est réservé la délivrance dans le projet de loi qui a été présenté à la Chambre des communes le mois dernier.

La Presse rapportait mardi que de nombreux ex-politiciens ou dirigeants du Parti libéral du Canada siègent maintenant au conseil d’administration des plus importants producteurs de marijuana thérapeutique autorisés par Santé Canada et qu’une quinzaine d’entre eux sont des donateurs à la Caisse du PLC. Le cofondateur du seul producteur autorisé au Québec est aussi un ancien apparatchik libéral. Il y a un mois, Le Devoir rapportait que l’ex-ministre Martin Cauchon présidait une entreprise ontarienne qui négocie des ententes avec des communautés autochtones pour la culture de marijuana.

« La santé, l’agriculture et le commerce relèvent de la compétence du Québec. Il n’y a aucune justification à ce énième empiétement d’Ottawa dans nos champs de compétences », estime Mme Ouellet. Les considérations de cet ordre sont toutefois sans intérêt pour le gouvernement Couillard.

À voir en vidéo