Coup de coeur et coup de gueule sur la Croisette

Coup de coeur

Photo: Valéry Hache Agence France-Presse

Les conditions météo auront été exceptionnelles cette année à Cannes lors du Festival.

Le soleil. Un parapluie inutilisé. Il pleut toujours, un peu ou beaucoup, durant le grand rendez-vous. En 2007, au 60e anniversaire, les déluges quotidiens avaient noyé la fête. Des microtornades s’en étaient mêlées, et le toit de la toute nouvelle salle du 60e avait été arraché par des vents déchaînés. Cette fois, rien de tel. À peine quelques doux nuages, ce vendredi. Sur la Croisette, devant la plage, chaque matin, ma petite promenade jusqu’au Palais se fait dans des conditions idylliques.

Coup de gueule

Photo: Alberto Pizzoli Agence France-Presse L’actrice Diane Kruger et le réalisateur Fatih Akin, en séance photo avant la projection de «In the Fade»

In the Fade, le dernier film de Fatih Akin, cinéaste allemand d’origine turque, qui avait épaté avec des films comme Head-On et De l’autre côté. Sa dernière oeuvre en compétition, bien partie avec l’histoire d’une femme (Diane Kruger, il est vrai, formidable) dont le mari turc et l’enfant sont assassinés par des néonazis, s’enlise dans d’interminables scènes de procès et une finale en mal de point de vue valable. Depuis une dizaine d’années, il s’enlise et n’est pas encore sorti de ses marécages. On s’ennuie de sa première manière…

 

Odile Tremblay est à Cannes à l’invitation du Festival.