Grande Tournée, Grands Apéros

Stands, conteneurs, camions de cuisine de rue, barbecues, bar… L’offre alimentaire des Grands Apéros devrait satisfaire et remplir les panses.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Stands, conteneurs, camions de cuisine de rue, barbecues, bar… L’offre alimentaire des Grands Apéros devrait satisfaire et remplir les panses.

Aurait-on oublié de manger dans le cadre des célébrations du 375e anniversaire de Montréal ? En épluchant la programmation, c’est ce qui m’avait frappée de prime abord. Heureusement, l’honneur et le ventre s’annoncent saufs et comblés avec les Grands Apéros. Allez, tournée générale…

Les Grands Apéros, c’est le volet gourmand de la Grande Tournée du 375e, une sorte de grosse fête foraine qui débarque à compter de mai dans les parcs d’arrondissement, un week-end à la fois, imaginée et mise en piste par le Cirque Éloize. Dix-neuf partys, répartis sur autant de fins de semaine (vendredi, samedi et dimanche) dans les 19 arrondissements montréalais.

Les organisateurs voient enfin la ville en grand et en couleurs, d’une pointe à l’autre de l’île. Rappelons-nous la vidéo de lancement du 375e et la volée de bois vert qui s’en est suivie pour son manque de représentativité ethnique… Du bois, on devrait en avoir puisque chaque événement va se passer dans un parc montréalais ; du vert, et une ribambelle de couleurs, il devrait y en avoir vu l’ambitieuse programmation artistique qui sera annoncée le 3 avril prochain.

Tout cela donne faim et soif. Le mandat pour organiser le volet nourriture et boissons a été confié à l’Association des restaurateurs de rue du Québec (ARRQ). « On va aller chercher la crème de la crème des commerces de bouche dans chaque arrondissement pour montrer toute la diversité culturelle : boucherie, boulangerie, épicerie, restaurant… Pourquoi “Grands Apéros” ? Parce que c’est festif, c’est rassembleur », s’enthousiasme la vice-présidente de l’association, Gaëlle Cerf.

On va aller chercher la crème de la crème des commerces de bouche dans chaque arrondissement pour montrer toute la diversité culturelle

Stands, conteneurs, camions de cuisine de rue, barbecues, bar… L’offre alimentaire des Grands Apéros devrait satisfaire et remplir les panses. « Les Grands Apéros ont un périmètre prédéterminé sur chaque site d’événement. Dans l’espace Grands Apéros, on retrouvera six stands, deux conteneurs de restaurateurs et un conteneur bar, un camion de cuisine de rue (un par arrondissement), six barbecues ainsi qu’un espace buvette-aire de repas comprenant une trentaine de tables et des bancs », explique-t-elle.

Ainsi, la dizaine de commerces de bouche représentatifs de l’arrondissement (retenus pour leur qualité de produits offerts, leur complémentarité, leur capacité à servir en conditions extérieures, etc.) vont se répartir dans des structures conçues à cet effet. Des infrastructures qui, chaque semaine, se déplaceront d’arrondissement en arrondissement, telles des roulottes ou des caravanes de cirque.

Comme on s’attend (et souhaite) à ce que le parc se transforme en giga-pique-nique, un boucher-exposant pourra par exemple vendre ses saucisses, qui iront se faire griller dans la zone de cuisson prévue. Dix commerces multipliés par 19 arrondissements… cela fait 190 commerces montréalais à trouver ! « On cherche vraiment des gens uniques, avec une belle identité créative, qui vont représenter chacun des arrondissements », précise Gaëlle Cerf.

Zones à trous

Mais, on le sait, d’un arrondissement à l’autre, l’offre alimentaire varie. Si certains débordent en variété et en qualité, pour d’autres, c’est vraiment la misère ! On a beau être dans la grande ville, il y a des trous. Parfois même des gros : absence de commerces indépendants ou « vide gastroculturel » du fait de la seule présence (voire de l’invasion) de grandes enseignes internationales.

Donner la couleur alimentaire de chaque arrondissement à travers un processus de sélection des commerces s’avère donc plus ardu et plus long que prévu pour l’équipe de l’association responsable. Sans compter « les quartiers vraiment industriels où les commerces intéressants se font rares et ceux où il y a encore peu d’inscriptions, comme Outremont (par manque d’intérêt ?) », confirme Léa Sanche Lefebvre, adjointe à la programmation de l’ARRQ, qui s’occupe des Grands Apéros.

Photo: Association des restaurateurs de rue du Québec Les installations des Grands Apéros s’inspireront de l’esthétique du cirque ambulant.

Anjou, Pierrefonds, L’Île-Bizard… difficile d’y dénicher des petits commerces dignes d’intérêt. Il n’est donc pas exclu que des camions de cuisine de rue (membres de l’association) ou des commerçants issus d’autres arrondissements (ceux où l’offre déborde, comme le Plateau-Mont-Royal ou Rosemont) viennent à la rescousse ! À condition qu’ils apportent un plus à l’offre alimentaire ou qu’ils soient capables de servir dans un contexte extérieur particulier. Quand il y a une file d’affamés qui trépignent devant le stand… mieux vaut être prêt !

Pas « broche à foin »

Pour que l’offre alimentaire ne fasse pas braderie, avec des équipements bricolés ou disparates, pas forcément adaptés et qui jurent visuellement, une jeune firme de design montréalaise, Kermesse (kermessemtl.com), spécialisée dans le mobilier événementiel, a planché sur le concept de stands en respectant le ton général et la direction artistique donnés par le Cirque Éloize (logo, charte graphique, etc.).

Pour les stands indépendants, ce sont des structures mêlant bois, métal et tissu annoncées comme colorées, festives et familiales ; pour les conteneurs, on reste dans le gros rectangle en métal avec un système d’ouverture multiple et tout l’équipement à l’intérieu, pour une cuisine de production (par la compagnie Le Pop Up Shop basée à Saint-Laurent et spécialisée dans la transformation de conteneurs ; lepopupshop.com).

Le défi à relever est de concevoir des infrastructures mobiles et adaptables à des parcs de taille, de végétation et de configuration différentes. Dix-neuf plans de sites ont ainsi été pensés pour accueillir toutes les installations de la Grande Tournée, dont celles conçues pour la restauration alimentaire.

Proposer quelque chose d’homogène (du point de vue de la coquille) tout en valorisant le côté hétérogène des assiettes… voilà un exercice pas mal compliqué, mais essentiel, et qui correspond tellement à Montréal ! « Même si notre projet de départ était plus axé sur le pique-nique, le partage et la bouffe, on se retrouve avec une programmation artistique collée là-dessus qui devrait être super », confie Gaëlle Cerf.

Guy Vincent Melo, le président de l’association, était parti de l’idée que ce sont les différentes vagues successives d’immigration qui utilisent le plus les parcs. L’association avait donc fait un dépôt de projet en ce sens, l’an passé, en proposant au comité d’organisation du 375e de grands pique-niques. « On voulait installer des barbecues dans six grands parcs de la ville et inviter des restaurateurs des alentours à venir se joindre à la fête », explique M. Melo.

Étant donné la multitude de propositions reçues, l’équipe du 375e a choisi de regrouper plusieurs initiatives pour créer la Grande Tournée. Mais l’idée de créer des structures permanentes et sécuritaires de barbecues pouvant être léguées aux parcs est restée. En effet, un concours de design de barbecue a été lancé auprès de l’École de design de l’UQAM. Les étudiants du chargé de cours et designer industriel Michel Swift travaillent là-dessus et devraient soumettre prochainement leurs propositions.

L’idée est de retenir un modèle de barbecue qui sera fabriqué pour les Grands Apéros. La diversité alimentaire montréalaise devrait également se retrouver au bout des pics et autour des grils cet été !

Les Grands Apéros sur la carte

Sur le site de l’Association des restaurateurs de rue du Québec (ARRQ), l’onglet « Les Grands Apéros/375e de Montréal » donnera prochainement tous les détails : calendrier, localisation... C’est l’arrondissement de Rosemont qui ouvrira le bal des Grands Apéros le week-end du 12 au 14 mai. Ville-Marie clôturera le tout le week-end du 15 au 17 septembre.