Brique par brique

La francophonie économique existe, et elle se construit chaque jour. Et pourtant, comme je l’ai souvent écrit et décrié, nombreux sont ceux qui croient que l’idée même d’une francophonie économique est contradictoire, voire ridicule. Le principal défi économique des francophones est d’abord celui de la prise de conscience et de la visibilité.

Et c’est justement le but derrière deux nouvelles initiatives créées à l’automne 2016 : l’Observatoire de la francophonie économique (OFE) à l’Université de Montréal et l’Agora virtuelle pour entrepreneurs du Centre de la francophonie des Amériques.

Les deux ont des buts très différents, mais tous les deux participent de cet effort de rétablir le lien entre la langue française et l’économie, et de le reconstruire brique par brique.

L’Observatoire de la francophonie économique (OFE) de l’Université de Montréal, créé en partenariat avec l’Agence universitaire de la Francophonie, visera à aider les pays africains à développer leur propre réseau de chercheurs économiques.

Mesurer une économie et prévoir de façon nette les tendances de chaque secteur est très compliqué. Or, l’absence d’études fiables ou à jour est un problème récurrent des pays africains et, par là, de la francophonie économique.

Il en découle qu’on sous-estime largement l’économie de la plupart des pays francophones. Cette méconnaissance fait que les gouvernements ont du mal à agir et elle augmente le risque des investisseurs.

Je me suis donc entretenu avec le nouveau directeur de l’OFE, l’économiste Marcel Boyer. Il en ressort que l’action de l’OFE se résume à internationaliser le modèle du Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO), créé il y a plus de 22 ans et qui réseaute près de 230 chercheurs.

« On ne veut pas être une sorte de groupe de conseil stratégique pour les pays africains, à la manière du Boston Consulting Group. L’OFE veut susciter la création d’instituts nationaux, qui auront pignon sur rue, comme le CIRANO, et qui produiront de la recherche, des études et des doctorants. »

L’action de l’OFE consistera donc à appuyer la formation de doctorants et à soutenir les professeurs, notamment en organisant le transfert des outils de recherche mis au point par le CIRANO, dont les bases de données interactives Mondo.

« La recherche est une activité sociale. Les chercheurs étrangers qui visitent le CIRANO avancent très vite. L’enjeu est de les aider et de ne pas les laisser à eux-mêmes. »

L’action que propose le Centre de la francophonie des Amériques (CFA) est d’un autre ordre. Depuis cet automne, la nouvelle Agora virtuelle pour entrepreneurs du CFA, organisée avec le concours du Réseau de développement économique et d’employabilité, offre un premier programme de trois conférences sur l’économie, la création d’entreprise et la gouvernance.

« On est parti du constat que l’économie est souvent la cause de l’assimilation. Comment faire en sorte qu’elle devienne plutôt un levier de développement du français ? » dit Denis Desgagné, p.-d.g. du CFA, qui se pose cette question depuis 30 ans. « Dans les communautés francophones, on a beaucoup réfléchi et agi en matière d’éducation, d’immigration, de santé, mais on ne s’est pas encore beaucoup demandé comment le développement économique influence la langue ou la culture. »

Cette réflexion s’est étoffée grâce aux travaux du Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique, créé par la ville de Québec en 2016 et animé par le CFA. On commence à comprendre que l’enjeu premier est d’abord celui de la visibilité du français. Mais il en ressort aussi que les villes ont souvent davantage de pouvoir d’agir que les provinces ou les États fédérés.

« J’ai souvent vu des communautés de l’ouest où les habitants eux-mêmes imaginaient que leur localité était à 80 % anglophone alors qu’elle était à 80 % francophone, juste parce que le français était absolument invisible dans l’affichage. Il faut donc trouver le moyen de faire en sorte que ça devienne payant de s’afficher en français, un peu comme la Louisiane et le Manitoba le font. »

Bref, la réflexion à faire est de trouver comment les entreprises, les entrepreneurs et les autorités locales peuvent avoir une démarche positive pour la langue. Ce travail devra inclure également les entreprises et les organismes québécois, comme Bombardier, Couche-Tard, ou le comité organisateur des fêtes du 375e anniversaire de Montréal. Car dès qu’ils sortent du Québec, ceux-ci s’affichent uniquement en anglais et ne cherchent pas à embaucher les candidats bilingues.

« Les Québécois ne sont pas conscients de l’intérêt ou de l’importance du français en dehors du Québec. Et on est devant le paradoxe où le développement économique par des francophones favorise l’assimilation dans les communautés francophones. »

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • Louis Gérard Guillotte - Abonné 4 janvier 2017 15 h 13

    Et Radio-Canada dans tout ça?

    Je constate qu'il y a du nouveau à Radio-Canada.Je parlerai ici de la télévision et plus
    particulièrement de RDI que je fréquente.
    Après analyses des cotes d'écoute,RDI pour le moins,aura saisi et compris la percu-
    tante influence de TV5 généraliste et TV5 Monde,lesquelles,selon moi,me proposent
    la meilleure télévision qui promène mes neurones insasiables partout sur la planète.

    RDI sait que je fréquente France 24,son équivalent et les téléjournaux de France 2 et ceux de France 1 via St-Pierre-et-Miquelon offert par cable Axion en Estrie.

    Radio-Canada,via RDI,nous fait entendre maintenant des journalistes télévisuels
    recrutés en France.Et encore,l'autre jour,on sélectionna parmi les opinions de la rue
    mises en boite à Montréal celles de jeunes piétons s'exprimant avec l'accent français de France!!Un hasard me direz-vous?

    J'y vois plutôt une nouvelle politique de la télévision française de Radio-Canada qui
    manifeste un impératif besoin d'association à la communauté internationale d'expres-
    sion française en concurrençant France 1,2 et 24.

    Et peut-être aussi,par ricochet,la réponse de nos élites en communication à la
    semonce d'immigration Canada quant au nombre "inquiètant" de français émigrant
    en terre québécoise.

    N.B.:RDI et 24/60 en particulier font fréquemment appels aux analyses de consul-
    tants et experts internationaux dont les correspondants de la presse fran-
    çaise.