La malaria de Washington

Il est temps, clamait le candidat Trump il y a seulement quelques semaines, de « drainer le marécage [drain the swamp] ». Il reprenait ainsi une métaphore toute washingtonienne, pourtant fausse, voulant que la capitale ait été construite sur un marécage.

Mais voilà, Trump n’est pas encore au milieu du gué que même son camp commence à douter que le marais soit un jour expurgé de la malaria. Comme Newt Gingrich l’a laissé entendre il y a trois jours (pour se rétracter le lendemain, il est vrai), on est loin, au vu des nominations en cours, de purger le marais des lobbys et des intérêts particuliers. Il est difficile, disait le président Reagan en 1983, « lorsqu’on est pris au milieu des alligators, de se souvenir que l’objectif premier était d’assécher l’étang boueux ». Barack Obama a tenté de le faire en limitant par décret l’existence de portes tournantes entre le gouvernement et les lobbys — il a partiellement échoué.

La faute en partie au spoils system, selon lequel « les dépouilles appartiennent au vainqueur ». Ainsi, 4100 personnes doivent être nommées par le nouveau gouvernement en place pour mener les agences, bureaucraties et ministères. Parmi elles, 1212 — secrétaires ministériels et leurs adjoints, dirigeants de la plupart des agences gouvernementales, ambassadeurs, etc. — doivent être auditionnées au Sénat et soumises à une vérification des potentiels conflits d’intérêts et antécédents à des fins de sécurité nationale. Et ces nominations sont un indicateur des orientations du nouveau gouvernement, qui a donc plus de 70 jours pour mettre en place une structure opérationnelle, à laquelle cela prendra au moins six mois avant de pourvoir tous les postes.

D’ores et déjà, le président, qui va entrer en fonction dans un mois, a nommé au sein de son cabinet trois personnes sans expérience (parmi lesquelles Ben Carson), une poignée de politiciens (dont les deux tiers viennent du Dixieland), quatre militaires. Outre deux anciens lobbyistes, il a nommé huit présidents de grandes entreprises : deux ont des liens avec Goldman Sachs, trois ont fait leur fortune avec la crise — des fonds d’investissement spéculatifs à la restructuration d’entreprises en faillite, ou encore aux saisies de maison à cadence quasi industrielle. Tous sont des conservateurs fiscaux, certains opposés à la hausse du salaire minimum, partisans de la réduction des services sociaux de base et de la fin de l’assurance maladie telle que mise en place par Obamacare, parfois préférant les robots aux travailleurs, niant l’existence de changements climatiques, ou proches — très proches — de l’industrie pétrolière.

Force d’inertie

Or, pendant ce temps, la vie continue à Washington. Et c’est peut-être là où le nouveau gouvernement va trouver le temps long. En effet, les agences et la bureaucratie fédérales jouent un rôle déterminant dans la production de normes qui encadrent et définissent la structure de la gouvernance. Elles représentent 4 millions de personnes dont le coeur ne va pas à Trump, comme en témoignent les résultats électoraux dans la capitale et sa couronne. Cela ne veut pas dire que les bureaucraties ne travailleront pas avec le nouveau gouvernement, mais cela peut induire une force d’inertie plus grande, notamment si la transition est mal gérée.

Et des transitions chaotiques peuvent mener à des désastres. La FEMA, menée par un administrateur inexpérimenté comme Michael Brown, avait encore, à la veille de l’ouragan Katrina, qu’elle a géré de manière catastrophique, 17 postes politiques non pourvus. Sous le gouvernement transitoire de Trump, le questionnaire envoyé aux administrateurs du département de l’Énergie demandait la liste des employés et sous-traitants ayant participé à des programmes liés aux changements climatiques ou à la réduction de l’empreinte carbone et leurs contributions à des sites Web liés à ces questions. Le département a répondu qu’il ne disposait pas de ce type d’information, mais le dommage est déjà fait : le sentiment qu’il y a désormais une chasse aux sorcières est là. Les médias ne s’y trompent d’ailleurs pas : le Washington Post et le New York Times mettent déjà des lignes à l’eau, comme au temps de Nixon, car la fuite est un mode de communication classique à Washington, particulièrement lorsque les dissidences ne peuvent trouver de voie bureaucratique.

Alors que ce sont souvent les outsiders qui affirment la nécessité d’affranchir le gouvernement des lobbys et des conflits d’intérêts, ils finissent toujours en alligators eux-mêmes une fois au sommet de la chaîne alimentaire. On peine donc à voir en quoi l’électeur de cette fameuse classe moyenne blanche du Midwest va y trouver son compte. Les 17 membres du cabinet de Trump pèsent 9,5 milliards de dollars, soit l’équivalent des 43 millions de foyers américains les plus pauvres. Ils appartiennent à une élite économique dont les ramifications s’étendent dans des think tanks conservateurs et libertariens bien établis, comme l’American Enterprise Institute ou la Heritage Foundation, et dont les membres commencent déjà à infiltrer le gouvernement en place.

Le marais n’est pas moins boueux en cette veillée de Noël. L’apprentissage du nouveau président ne fait que commencer.

4 commentaires
  • Gaston Bourdages - Abonné 24 décembre 2016 06 h 51

    Toute une analyse que...

    ...la vôtre madame Vallet ! Merci pour cette riche recherche et le parallèle entre alligators et monde politique.
    Quoi souhaiter pour l'avenir et du peuple américain et du reste «du monde» sensible aux influences américaines ?
    Gaston Bourdages

  • Helene simard - Abonnée 25 décembre 2016 10 h 15

    Difficile arithmétique

    Sans être d'aucune manière partisan de la Trumperie, j'aimerais comprendre l'arithmétique de 9 milliards divisés par 43 millions de ménage (100 millions de personnes ?).

  • Colette Pagé - Abonnée 25 décembre 2016 12 h 35

    Finkielkraut a raison, Trump est un “gros con” Trump incarne la fin du progrès de la civilisation

    Lire la suite dans Le Causeur.fr

  • Daniel Gagnon - Abonné 25 décembre 2016 23 h 15

    Un président déficient...

    Ce questionnaire envoyé par Donald Trump aux administrateurs du département de l’Énergie montre bien en effet une intention de grande épuration dans les services gouvernementaux. Ces méthodes abusives font craindre le pire.

    En outre, il est ahurissant de voir qu'il contrarie déjà l’autorité des responsables du FBI et de la CIA, et qu'il s'en moque.

    Des vagues de difficultés et de grandes épreuves sont à prévoir si Donald Trump est élu le 20 janvier, car il apparaît certain qu’il persistera dans ses méthodes démentielles et ses procédés insensés.

    L'absence presque complète d'explications de ses gestes imprévisibles, son narcissisme effroyable, son déficit d'attention, son instabilité psychologique, son incapacité à faire la part des choses, à distinguer le réel du fantastique, tout cela fait craindre des troubles à grande échelle dans son pays et à l'échelle planétaire.

    Il serait heureux qu'on puisse entreprendre le plus vite possible les démarches d’un "impeachment"