Restos: Un Mexique bien de chez nous

Entre le Mexique de pacotille où se retrouvent les touristes par milliers et le Mexique où vivent la plupart des Mexicains, il y a un monde ou deux de différences. Même chose, sur le plan culinaire, entre le tex-mex et la cuisine mexicaine, le premier ayant été, d'une certaine manière, le Mexique gustatif touristique par lequel le Québécois moyen a pu s'engager sur la voie de la gastronomie de notre deuxième voisin du Sud.

Heureusement, le Mexique paraît de plus en plus derrière ses ersatz, derrière le filtre Old El Paso, Tostitos et Doritos de nos fast-foods, de nos épiceries et de nos dépanneurs. Sur un mode plus discret et combien plus authentique, le Déli-Mex, à l'angle des rues de la Couronne et de la Reine, dans la portion moins transformée du quartier Saint-Roch, à Québec, est un des meilleurs rendez-vous pour les amateurs ou les curieux d'un goût mexicain authentique.

Pour y aller, commencez par bien ouvrir l'oeil: la petite maison centenaire où est installé le local aéré et bien éclairé, décoré très simplement mais chaleureusement, porte quelques indications autocollées dans les fenêtres, mais il n'y a pas d'affiche qui permettrait d'accrocher l'oeil du passant, un ajout qu'on suggérerait fortement aux propriétaires. Pour être plus précis, c'est presque en face du Paradisio, autre excellent resto à prix fort raisonnable, où j'aime bien me retrouver périodiquement, le temps d'un burger ou d'un panini.

De toute façon, pour revenir au Mexique du Déli-Mex, nous l'avons trouvé hors de l'ordinaire. Vu d'ici, bien entendu; de là-bas, ce serait peut-être l'inverse. Tout au long du repas, nous avons eu l'impression d'avoir peut-être un aperçu sur le genre de resto où on irait bouffer, à l'heure du dîner, à Guadalajara, à Oaxaca ou à Torreon (je dis les noms comme ça, ne vous fiez pas à moi pour les précisions des coutumes régionales).

En entrée, le nacho, fait de chips qui avaient une couleur un peu plus foncée que le dorito moyen et sur lequel se posaient de la laitue, de la tomate, de petites miettes d'un fromage blanc frais tout léger et une salsa maison d'une belle finesse. Rien à voir avec le nacho salsa fromage hypersalé, conçu pour faire vendre de la bière dans votre bar préféré.

La soupe aux fèves rouges, de son côté, était étonnante. A priori, le temps d'une première cuillerée, j'y ai trouvé une ressemblance avec certaines purées de ma petite dernière. À la deuxième, en y mélangeant crème sûre, fromage blanc et miettes de nacho déposées en garniture, j'y ai trouvé un mélange de velouté et d'épicé bien particulier.

Au plat, mettant de côtés tortillas, fajitas, burritos ou enchiladas, nous nous sommes plutôt tournés vers des sopes et des tamales, également faits à partir de tortillas mais sur des modes moins usités — vu d'ici, toujours. Les sopes au poulet voyaient des morceaux de poulet tendres et juste assez relevés posés sur une tortilla de blé au format de muffin anglais, avec les garnitures des nachos de l'entrée pour ajouter de la fraîcheur et du craquant. Simple et excellent.

Les tamales, de leur côté, voyaient les tortillas remplies de poulet en sauce tomatée et épicée, cuits doucement, à la vapeur, dans des feuilles de bananier — qu'on ne mange pas, rappelle à tout hasard la patronne. La texture de l'ensemble devient moelleuse à souhait et la saveur y gagne en délicatesse, à mon sens. Avec une Dos Equis ou une Sol bien froide, la lime en prime, le tout disparaît rapidement de l'assiette, tout comme la salade bien croquante sous la dent.

Histoire de bien voir de quel bois se chauffe la cuisinière, je lui demande si elle peut ajouter un plat de chorizo mexicain à la commande. Elle le fait avec un grand sourire, apparemment heureuse de mon choix. Pas autant que moi! Ce genre de chili bien ferme à la chair de saucisse épicée et aux toutes petites fèves rouges déborde de saveur et de chaleur. Les nachos qui y sont piqués ont tôt fait de disparaître avec le contenu du plat, une de mes plus belles découvertes culinaires des derniers mois. Miam. Écrire à son propos me remet instantanément l'eau à la bouche.

Particularité intéressante, deux ou trois spécialités du jour s'ajoutent à la carte du mercredi au dimanche, des plats comme un agneau cuit en feuilles de bananier, un porc mariné, des soupes-repas, etc. Des spécialités intrigantes, que l'on viendra certainement essayer, en reprenant du chorizo, servi tous les jours de la semaine.

Au dessert, un flan au caramel exceptionnel, riche et parfumé, est venu faire la barbe à toutes les crèmes caramel de la ville. Un plat maison, dont j'aurais bien repris une deuxième portion, avec un café filtre également supérieur à la moyenne.

La plus belle surprise du repas est toutefois arrivée en fin de course, avec une addition beaucoup plus que raisonnable: trente dollars à peine pour un repas copieux. De quoi s'en faire un rendez-vous fréquent: la cuisine mexicaine la plus authentique de la ville, pour une bouchée de tortilla.

***

Déli-Mex

300, rue de la Couronne, Québec (418) 649-0830

Un repas avec entrée, plat, dessert et un petit supplément vous coûtera environ 35 $, bière, taxes et service compris.

***

Les nappes du mois

Qu'elles soient de récentes découvertes ou des repaires revisités, voici certaines des bonnes tables de la capitale nationale, tous budgets et tous arrondissements confondus, du petit boui-boui sympathique au grand rendez-vous gastronomique.

***

La Closerie

1210, place George-V Ouest (angle Grande-Allée Est), Québec (418) 523-4465

La renaissance de cette table bien connue, dirigée par le chef-propriétaire Jacques Le Pluart, s'est faite en double, avec un côté bistro sympathique et une grande table vraiment gastronomique. Originalité des soupes, affection pour les produits du terroir comme les champignons sauvages, mariages adroits de goûts et de textures sont au rendez-vous, avec une bonne pincée de sel. La Closerie, prise deux, est un beau retour pour un chef apprécié.

***

Café Bistro «O» Patriotes

239, rue Saint-Vallier Ouest, Québec (418) 524-1221

Ce restaurant québécois sert des plats traditionnels très réussis, comme le ragoût de pattes et la tourtière «authentique» du Lac-Saint-Jean, ainsi qu'un menu plus contemporain, dans un décor décontracté et agréablement orné de symboles identitaires divers. Très goûteux et sympathique en plus d'être vraiment beau, bon et pas cher, l'endroit est ouvert du petit-déjeuner au souper et pour les entre-deux.

***

Toast!

17, rue du Sault-au-Matelot, Québec (418) 692-1334

Une des tables les plus intéressantes à avoir vu le jour cette année à Québec. La cuisine du chef Christian Lemelin sait mélanger les saveurs de façon surprenante, comme en témoigne notamment une excellente soupe froide aux huîtres, et imaginer de belles fantaisies comme la crème brûlée du jour, dont les saveurs sont une aventure quotidienne. Un rendez-vous de qualité supérieure, avec une très belle carte des vins.

***

Soñar

1147, avenue Cartier, Québec (418) 640-7333

Avec une formule simple, concentrée autour de tapas authentiques et savoureux, le Soñar est un des rendez-vous les plus originaux de la rue Cartier. La formule midi de tapas à 1,99 $ pièce est une aubaine et le décor tendance rend le sous-sol accueillant. De nuit, l'endroit prend des allures de club relax, DJ agiles à la clef.
2 commentaires
  • v vargas perez - Inscrit 2 décembre 2009 10 h 32

    saucisses resto épicerie

    à charlesbourg 1000 rue de l'oise
    authétiques recettes mexicaines
    Le mexicain

  • v vargas perez - Inscrit 2 décembre 2009 10 h 53

    Le mexicain

    Avec deux ans d'existence LE MEXICAIN vous offre service resto, épicerie , saucisses et viandes marinées le tout en prennant soin de garder le goût original mexicain .
    à titre indicatif
    tacos, quesadillas ,carne al pastor ,carnitas,chorizos. pupusas , choriqueso, fajita et beaucoup plus
    trio taco,( brevage , 2 tacos et boullon 7.49 plus taxe)

    1000 rue De L'oise
    charlesbourg,
    1418-977-6340