Hors-jeu: Du bon brocoli

Dans les nouvelles du merveilleux mondeª cette semaine, on retrouve Alex Rodriguez. Surnommé «A-Rod» depuis qu'un fin finaud a eu l'idée de prendre la première lettre de son prénom et les premières de son patronyme — ce qui, bien que sympathique, peut s'avérer un processus dangereux, par exemple si vous vous appelez Quentin Tippett, ou Euchariste Mailhot, ou Gaétan String —, Rodriguez a été échangé dimanche aux Yankees de New York, ce qui vous fait une belle jambe, quoique pas aussi belle que celles de cet athlète accompli.

Puisque A-Rod est le joueur le mieux rémunéré des ligues majeures de baseball, la masse salariale annuelle des Yankees est ainsi passée à 190 millions de dollars de belle bonne grosse argent américaine de qualité totale, cela en attendant que George Steinbrenner achète le reste de l'univers avec sa menue monnaie. Et évidemment, il s'est élevé des esprits chagrins jaloux de l'avoir des autres pour protester, pour dire qu'ainsi venait d'être de nouveau renforcée l'inégalité entre les équipes, pour noter que qu'est-ce qu'ils vont faire à Kansas City, à Milwaukee, au Minnesota, maintenant qu'ils n'ont plus une traître chance d'avoir leur place au soleil dans le train qui s'en vient au bout du tunnel, hmm?

Vous allez rire, mais dimanche, j'écoutais Ron d'une oreille — je sais que Ron n'est pas diffusé le dimanche, mais je trouve ça tellement bon, tellement pertinent au niveau des points soulevés, que je l'enregistre pendant la semaine et me l'offre en reprise comme récompense quand j'ai bien travaillé — et je lisais de l'autre Systèmes des sports, de Paul Yonnet, publié aux Éditions Gallimard. À vue de pif, je dirais que les deux se rejoignent au niveau de la pertinence des points soulevés, quoique M. Yonnet ne se soit pas penché sur ces quatre défaites honteuses de suite de notre Tricolore qui montrent bien que même si on arrive à avoir l'égalité des forces, la fatigue mentale ne pardonne pas.

Je vous invite d'ailleurs à réfléchir à cet extrait de Systèmes des sports, puis de téléphoner à l'excellente tribune téléphonique française Bonjour les fanas en disant à l'animateur «Ça boume mon Thierry, j'ai un top ten de news à, ben, soulever, t'vois.» Or donc:

«La violence du sport, l'espèce de déchaînement psychologique comportemental et social que déclenche le sport est, sinon entièrement, du moins étiologiquement dépendante d'une mise en oeuvre spectacularisée du principe d'égalité: telle est la conclusion fondamentale à laquelle conduit l'examen du double système des sports.

«Que ce ne soient plus des égaux qui combattent, peut alors survenir le grand apaisement des identifications, qui constituent le second volet du sport-spectacle et dont l'exaltation est une réponse structurellement et dynamiquement liée au premier, puisqu'elle aussi fondée sur le développement des processus d'égalisation.

«Que ce ne soient plus des égaux qui combattent et ce ne sont déjà plus des tout à fait identiques qui les supportent. La tension en miroir que dynamise l'intensité de la lutte qui oppose les compétiteurs ne peut plus s'établir: comme d'un réservoir percé, la fuite de l'égalité empêche le moteur à deux temps du sport-spectacle de normalement fonctionner.»

C'est clair, non?

Par ailleurs, on remarquera qu'avec un contrat d'une valeur totale de 252 millions $US, A-Rod serait le seul joueur de balle majeure à pouvoir s'offrir un programme fédéral de commandites même s'il était administré en dollars américains. Il lui resterait même deux millions pour pouvoir assurer l'avenir précaire de sa petite famille.

***

Lors de son discours sur l'état des États, en janvier dernier, le président des États, George W. B., avait lancé un appel à tout ce qui circonvolutionne autour du merveilleux mondeª à combattre l'utilisation des maudits stéroïdes sales.

Or, selon mes sources disposées sur trois des cinq côtés du Pentagone, la CIA a mené une longue enquête et n'a trouvé aucun stéroïde nulle part. Interrogé à ce sujet, le président Bûche a déclaré qu'il n'y a peut-être pas de stéroïdes mais qu'on détient la preuve en béton de ce qu'il pourrait y avoir eu possibilité qu'il y en ait si on en avait trouvé ou si on avait découvert que peut-être que.

Entre-temps, l'entraîneur personnel de Barry Bonds — un autre joueur de balle étiologiquement dépendant d'une mise en oeuvre spectacularisée —, Gary Anderson, a reconnu devant les policiers avoir distribué des stéroïdes à des baseballeurs professionnels. Ce qui nous amène, comme vous vous en doutez, à une toute petite question: puisque Pete Rose est banni à vie pour avoir parié sur des matchs de baseball, le gambling étant l'équivalent d'une possibilité de tricherie, qu'est-ce qu'on va faire avec les consommateurs de stéroïdes, la drogue diabolique qui donne des gros muscles donnant lieu à une certitude de tricherie?

Mais attention, messieurs dames, cela ne signifie pas que Bonds lui-même ait pris quelque chose d'illicite. Ses 73 circuits en une saison, ses 658 en carrière, cette carrure de déménageur, c'est parce qu'il a toujours scrupuleusement suivi le régime Montignac et lu dans le texte le Guide alimentaire canadien. Il a d'ailleurs déjà remercié Anderson, sérieux, d'avoir attiré son attention sur les bienfaits du brocoli et des produits riches en zinc.

En ce qui a trait aux rumeurs voulant qu'Anderson ait fourni de la THG à un cercle de sportifs professionnels, Bonds a indiqué à mes sources disposées sur trois des infinis côtés du cercle qu'il s'agissait en réalité d'une abréviation d'initiés pour «tourte aux haricots et aux gourganes», «un produit sain et naturel et néanmoins explosif».

***

Selon une étude rendue publique par la Nationale Hockey Ligue ces derniers jours, les équipes de la NHL auraient perdu un total de 273 millions $US lors de la saison 2002-03. Précisons-le, il s'agit d'une étude indépendante, neutre, objective et full recul, commandée par la NHL et réalisée au bas coût de un million de dollars, ce qui n'est vraiment pas cher payé pour faire examiner vos propres livres.

À part ça, l'ex-boxeur George Foreman envisage un retour dans le ring à 55 ans et avec 50 livres en trop. Le promoteur Don King lui a offert 20 millions $US. Le monde est, comme, débile, man.