Le Rendez-vous horticole 2016

Le Jardin des éricacées Leslie Hancock est un feu d’artifice de fleurs de rhododendrons de la fin mai à la mi-juin, un magnifique spectacle à voir plusieurs fois dans sa vie.
Photo: Lise Gobeille Le Jardin des éricacées Leslie Hancock est un feu d’artifice de fleurs de rhododendrons de la fin mai à la mi-juin, un magnifique spectacle à voir plusieurs fois dans sa vie.

La semaine prochaine aura lieu le fameux Rendez-vous horticole du Jardin botanique de Montréal. Un événement à ne pas manquer, même s’il a pris une tangente plus commerciale au cours des dernières années. Puis, comme de superbes floraisons printanières illuminent certains jardins à seulement quelques pas des Rendez-vous, voilà l’occasion de passer les voir, de s’en inspirer et de faire de formidables découvertes végétales.

Si nous n’avons le temps d’en visiter qu’un seul, l’incontournable est le Jardin des éricacées Leslie Hancock. Nommé en l’honneur de ce pionnier de la culture du rhododendron au Canada, ce jardin est une perle dans un écrin de conifères. Quiconque y met les pieds entre la fin de mai et la mi-juin est ébloui par les spectaculaires floraisons de rhododendrons.

D’autres plantes moins flamboyantes mais tout aussi intéressantes méritent également l’attention, comme les piéris, les bruyères, les enkianthus… Une dizaine d’éricacées indigènes y sont cultivées, dont le thé du Labrador, le thé des bois et le bleuet à feuilles étroites. Occupant une place centrale, la collection de rhododendrons comprend 60 espèces et plus de 300 cultivars.

Photo: Lise Gobeille Plante à floraison éphémère: le trille blanc, dans le Jardin d’ombre

Le Jardin d’ombre est plus discret, mais plein de charme. On y observe la fin des plantes aux fleurs éphémères et on s’inspire des feuillages ornementaux qui les suivent. Ces plantes uniques émergent dès la fonte des neiges afin de réaliser leur cycle avant que la canopée ne se referme. Leurs organes de réserves souterrains leur fournissent l’énergie nécessaire pour croître rapidement et nous épater chaque printemps.

Certaines ont des feuilles persistantes qui leur donnent une longueur d’avance. La fin du cycle se mêle au déploiement des plantes aux feuillages ornementaux et nul doute que plusieurs sauront vous inspirer. Certaines plantes d’ombre ont développé des adaptations morphologiques étonnantes afin de compenser la diminution de lumière, comme des feuilles de grandes dimensions pour capter la lumière ou de longs pétioles pour s’élever vers le soleil.

Pour les amateurs de petits bijoux, un détour par le Jardin alpin s’avère une bonne idée. À la fin de mai, l’explosion des floraisons tire à sa fin, mais il y a encore de nombreuses beautés aux formes singulières à admirer.

Aussi, le Jardin du ruisseau fleuri permet d’apprécier le début de la floraison des iris et des pivoines, tandis qu’un arrêt au Jardin japonais est l’occasion de s’imprégner de sa sérénité.

Photo: Lise Gobeille Au Jardin d’ombre, le spectacle commence dès la fonte des neiges avec la floraison des plantes éphémères et il se poursuit avec des plantes aux feuillages étonnants.

Touchez, goutez, santé !

Touchez, goutez, santé ! sont les thèmes à explorer au Rendez-vous cette année. Comme d’habitude, on y retrouvera une panoplie de producteurs, mais aussi de nombreuses sociétés horticoles et des produits complémentaires de toutes sortes. Toutefois, précisons qu’il n’y a plus de plantes produites par les horticulteurs du Jardin botanique ni les informations qu’ils donnaient sur leur spécialité.

C’est à cause des restrictions budgétaires, m’a-t-on expliqué, mais c’est une bien triste nouvelle, car les végétaux offerts étaient souvent inusités et les conseils des horticulteurs, appréciés. Place maintenant à un café-rencontre où l’on pourra discuter de manière informelle de questions pratiques avec un conférencier. Deux fois par jour, sous la tente près de l’Insectarium, à 13 h 30 et 15 h le vendredi, à 11 h et 15 h le samedi et à 11 h et 13 h 30 le dimanche.

À ne pas manquer : le café-rencontre du samedi à 15 h avec Luc Alain Giraldeau, doyen de la Faculté des sciences de l’UQAM, l’artiste Michel Boulanger et l’agriculteur Marcel Groleau, président de l’Union des producteurs agricoles (UPA). On y invite le public à se questionner sur le thème « La vraie nature de l’agriculture ».

Cette rencontre est liée à l’exposition agriculturelle lancée le 5 mai dernier au congrès de l’Association francophone pour le savoir organisé par UQAM, Espace pour la vie et l’Union des producteurs agricoles (UPA). Le Rendez-vous horticole se tient du 27 au 29 mai. Pour accélérer l’entrée au Jardin, il est préférable d’acheter vos billets en ligne. Et n’oubliez pas qu’il y a également un stationnement à l’Insectarium.

Un projet plus grand que soi

 

Mon jardin Espace pour la vie est un des projets qui incarnent bien le mouvement Espace pour la vie, car il encourage les citoyens à se rapprocher de la nature et à protéger la biodiversité, selon la responsable de ce programme, Sylvie Tousignant. Avec la création d’une oasis pour les monarques, d’un jardin pour les oiseaux ou d’un jardin pour la biodiversité, on participe à un projet plus grand que soi qui ramène la nature en ville et permet d’atténuer les effets des changements climatiques.

Selon ses goûts, on choisit l’un des trois thèmes, mais rien n’empêche de faire les trois si on a l’espace nécessaire. Pour des renseignements sur l’aménagement dudit jardin, consultez le Carnet horticole du Jardin botanique ou une jardinerie, ou encore abonnez-vous à l’infolettre Mon Jardin Espace pour la vie.

De plus, avec ce projet a été créée une sympathique communauté de jardinautes. Pour en faire partie, c’est simple, il faut faire certifier son jardin à espacepourlavie/mon-jardin. Vous avez déjà un jardin ou un potager ? Vous remplissez peut-être déjà les critères pour la certification.

Une fois le jardin certifié, on peut même l’afficher avec un joli panneau en échange d’un don de 30 $ à la Fondation Marie-Victorin.

Une première : au Rendez-vous horticole, quelques trousses prêtes à planter seront mises en vente à la boutique L’Orchidée pour 35$.

Au jardin cette semaine

Au printemps, il est essentiel et facile de prendre le contrôle sur les plantes indésirables avant qu’elles ne se ressèment ou ne s’enracinent solidement. Quant aux bulbeuses printanières qui termineront leur floraison prochainement, mieux vaut laisser leur feuillage jaunir avant de le couper, afin qu’elles accumulent des réserves pour la prochaine saison.

Même si on peut planter les arbres et les arbustes en tout temps, il reste que la reprise est plus facile quand le temps est plus frais. Ainsi, il est temps de s’y mettre. À la recherche d’idées pour l’aménagement de la cour, du balcon ou de la terrasse ? Consultez l’inspirant site Pinterest ou encore Du jardin dans ma vie. Ce dernier a été conçu par les professionnels de l’industrie au Québec.

Dans la bibliothèque

Un potager sur mon balcon
Philippe Asseray
Larousse
Paris, 2016, 143 pages

Ce livre pratique propose des techniques simples pour bien choisir les pots, les terreaux et prévoir l’isolation des contenants afin de jardiner sur le balcon. La culture de 25 légumes, herbes et petits fruits est décrite avec des trucs de pro et des astuces en mots et en images. Bien conçu, ce bouquin s’adresse néanmoins aux jardiniers français : le calendrier de production ne correspond donc pas au nôtre et certains produits recommandés ne sont pas disponibles au Québec. Il faut alors avoir les connaissances nécessaires pour trouver les équivalents.

Proposer ou cultiver ?

Dans ma chronique de la semaine dernière (Le Devoir, les 14 et 15 mai 2016), j’ai écrit que M. Martel, alias « M. Tomates », cultive plus de 175 variétés de tomates. En fait, il en « propose » plutôt plus de 175 variétés au Marché des jardiniers à La Prairie. M. Martel ne produit pas lui-même ses tomates, mais les sélectionne et les fait produire par la famille de sa conjointe, Johanne Robert, des producteurs en serres depuis de nombreuses années. Il prend avant tout plaisir à offrir de nouvelles sélections et à rencontrer les amateurs de tomates.


À voir en vidéo