Pour Elle et Lui

Ils se croisent, se toisent, se plaisent. Ils déroulent, pour l’autre comme pour nous, le fil de leurs amours déçues, lesquelles nourrissent leurs craintes actuelles. Cette fois-ci, ils aimeraient bien y croire, mais bon, c’est un peu toujours la même histoire.

Air connu que celui-là, chanté ici sans trop emprunter de méandres tortueux, dans l’explicitation limpide des sentiments, des enjeux et des métaphores. Dans She Said/He Said, nouvelle production du Black Theatre Workshop, la Torontoise d’adoption Anne-Marie Woods met des mots sur tout : les souvenirs, les espoirs, les déconvenues, les blocages. C’est une dissection sans détour, pas de deux entre une She et un He qui se livrent de manière tout à fait transparente.

Cette écriture proche de la chanson — il y en a d’ailleurs quelques-unes durant le spectacle — innerve en fait tout le texte, à l’exception de certains dialogues ; les monologues et récitatifs proches du slam ne laissent pas grand-chose dans l’ombre en ce qui concerne les états d’âme des membres du couple. Ce que le texte perd en mystère, il le gagne en rythmique. Les arrangements musicaux signés par Rob Denton se marient à l’aspect soul et r’n’b du phrasé.

On aura beau généraliser sur l’universalité des affres de l’amour, l’auteure souhaitait ici explorer les spécificités d’une certaine romance contrariée entre femme et homme noirs. Privés de noms, réduits en quelque sorte à des pronoms, les deux protagonistes sont à la fois des individus et des représentations un peu composites ; conscients de cette dualité, les premiers ne savent s’ils doivent embrasser ou rejeter leur identité seconde, plus symbolique.

Cette dimension de l’oeuvre, qui fait bien l’objet de certaines remarques ici et là, se déploie surtout vers la fin alors que le couple craque de toutes ses coutures sous des pressions internes, du moins en apparence. Il lui reproche son intransigeance, elle semble déplorer son manque d’engagement. La tyrannie de correspondre à un modèle, peu importe qui l’impose — soi, l’autre, la communauté, l’ensemble du corps social —, ou au contraire la farouche volonté de s’en défaire à tout prix finissent par avoir raison de l’intimité.

Dommage que cet aspect capital, terreau mortifère dont se nourrissent les racines de nombreux désarrois amoureux, soit expédié un peu rapidement lors de la finale.

Insistant longuement sur ce qui a précédé cette rencontre, Woods nous donne peu à voir l’étiolement du tissu affectif, l’effet quotidien de ces tensions.

Mariah Inger et Christian Paul injectent beaucoup de chaleur à ces figures féminine et masculine. Les deux interprètes naviguent avec aisance entre les niveaux de jeu et d’adresse au public, portant avec grâce les archétypes qu’ils représentent et les personnages qui tentent de s’en distinguer. Le contact direct avec le public qu’ils réussissent à établir représente d’autant plus un tour de force que la masse de spectateurs est divisée en deux, dans un rapport bifrontal. Cette décision du metteur en scène Quincy Armorer, outre le fait qu’elle exploite une configuration rarement vue à Montréal, arts interculturels (MAI), accentue un peu le côté démonstratif de l’ensemble.

 

Le hasard a voulu que j’assiste à She Said/He Said quelques jours après avoir vu Des arbres à La Licorne. Malgré leurs singularités respectives dans le ton et l’ambition, ce sont les similarités qui m’ont frappé : l’épuration scénographique, l’éclatement chronologique du récit, le travail serré et minutieux sur la livraison du texte, mais surtout le motif du couple se confrontant réellement à des questions existentielles et s’affrontant sur ces mêmes questions.

J’ai l’impression d’avoir assisté récemment à beaucoup de spectacles où le rapport amoureux contemporain était essentiellement caricaturé et dénoncé en tant qu’échange marchand, à n’en point douter en reflet à certaines tendances actuelles. Néanmoins, il fait bon de constater que des dramaturges en explorent aussi plus finement les réseaux émotionnels et philosophiques.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

She Said, He Said.

Texte : Anne-Marie Woods. Mise en scène : Quincy Armorer. Une production du Black Theatre Workshop présentée à MAI – Montréal, arts interculturels jusqu’au 1er mai.