Debbie Zakaib, ambassadrice de la mode d’ici

La première directrice générale de la grappe métropolitaine de l’industrie de la mode, Debbie Zakaib. MMode se veut le carrefour fédérateur de tous les intervenants du secteur. Ainsi parleront d’une voix unifiée les acteurs de ce milieu aux horizons très diversifiés.
Photo: Jacques Frenette La première directrice générale de la grappe métropolitaine de l’industrie de la mode, Debbie Zakaib. MMode se veut le carrefour fédérateur de tous les intervenants du secteur. Ainsi parleront d’une voix unifiée les acteurs de ce milieu aux horizons très diversifiés.

La grappe métropolitaine de l’industrie de la mode, MMode, vient de franchir une nouvelle étape avec l’arrivée de sa première directrice générale, Debbie Zakaib. MMode se veut le point de rencontre, le noyau d’idées et le carrefour fédérateur de tous les intervenants du secteur. Ainsi parleront d’une voix unifiée les acteurs de ce milieu aux horizons très diversifiés, parfois carrément antinomiques.

Le défi est de taille : tenter de réunir autour d’un même dessein les designers émergents, les fabricants, les boutiques indépendantes et les grandes chaînes paraît de la haute voltige. S’il y a quelqu’un, pourtant, susceptible de relever ce défi avec maestria, c’est bien Debbie Zakaib, qui perçoit la diversité de cette industrie comme un atout majeur et une richesse où foisonne la créativité tous azimuts.

Photo: Jacques Frenette La première directrice générale de la grappe métropolitaine de l’industrie de la mode, Debbie Zakaib. MMode se veut le carrefour fédérateur de tous les intervenants du secteur. Ainsi parleront d’une voix unifiée les acteurs de ce milieu aux horizons très diversifiés.

Cette femme charismatique à la passion contagieuse et au parcours exemplaire suscite l’admiration partout où elle passe. « Je suis très honorée d’avoir le privilège de diriger la grappe métropolitaine de la mode, qui sera un catalyseur pour cette industrie si importante économiquement, socialement et culturellement. La mode, c’est une partie importante de notre héritage montréalais. C’est avec fierté et passion que je m’engage dans cette belle aventure », souligne la nouvelle ambassadrice.

L’amélioration de la compétitivité

Le même enthousiasme est palpable chez le président du comité de pilotage de MMode, François Roberge, p.-d.g. des boutiques de lingerie La vie en rose : « Nous sommes réellement très heureux d’avoir pu recruter une directrice générale de cette envergure. Debbie Zakaib possède une connaissance approfondie de la mode québécoise et est très au fait des enjeux propres aux quatre piliers de l’industrie : les créateurs, les manufacturiers, les grossistes distributeurs et les détaillants. Je suis persuadé qu’elle relèvera brillamment les défis qui se rattachent à ses nouvelles fonctions au sein de MMode. »

Créé en mai 2015, MMode a pour mission de contribuer à l’amélioration de la compétitivité et de la croissance de l’industrie de la mode québécoise en agissant comme la principale plateforme d’échange et de collaboration de l’écosystème.

Le cheminement professionnel de Mme Zakaib semblait la destiner inévitablement à occuper ce poste important. Elle détient une maîtrise en marketing de HEC Montréal, obtenue avec un mémoire sur la commercialisation de la mode au Québec.

Après avoir oeuvré quelques années à l’élaboration du programme d’aide aux créateurs et de promotion de la mode au Québec, au Bureau fédéral de développement régional, elle a travaillé pendant plus de 10 ans dans le domaine des produits de consommation comme gestionnaire de mise en marché et de développement de marques internationales haut de gamme, telles que L’Oréal.

Elle a également entretenu un blogue au magazine Clin d’oeil et a été chroniqueuse urbaine à ICI Radio-Canada télé. Femme élégante, rigoureuse et polyvalente, elle se passionne pour l’art sous toutes ses formes, parmi de multiples intérêts.

Des enjeux considérables

Mme Zakaib est très consciente que les enjeux qui l’attendent sont considérables, mais elle a accepté cette affectation en étant convaincue qu’elle pourrait faire bouger les choses, car le temps est venu de changer ou d’être condamné à disparaître. Cette industrie en pleine mutation, primordiale pour l’économie du Québec, génère bon an, mal an, plus de sept milliards de revenus et est présentement à se réinventer afin de faire face à la révolution engendrée par le virage numérique.

« À l’heure de la mondialisation, le travail en silo est condamné à disparaître. L’époque est à la mobilisation, à la collaboration et à l’innovation afin de repenser, restructurer et revaloriser tous les secteurs de la mode », dit-elle.

La grappe se veut un guide, une référence et un instigateur de changements incontournables qui doit imposer son leadership, au Canada comme à l’étranger, afin de positionner l’image de marque de Montréal avec audace et panache. Mme Zakaib possède un flair novateur, un bagage d’expériences élargies et un optimisme inébranlable.

L’âme de l’industrie

La mode québécoise ne pouvait espérer mieux que celle qui aime inconditionnellement la mode et la panoplie des acteurs qui composent l’âme de cette industrie, de ses artisans à ses fabricants.

En partageant ses réflexions, elle n’hésite pas à nous mettre sur des pistes en évoquant entre autres la problématique concernant le renouvellement d’une main-d’oeuvre qualifiée et l’urgence de démocratiser la mode locale auprès du grand public.

Aussi, l’arrimage des écoles, des instances gouvernementales, des industriels et des fournisseurs est une problématique à laquelle elle compte se consacrer dans les prochains mois, de même que la carte numérique interactive entre tous les intervenants, qui s’inscrit en tête de liste de ses priorités.

Cette nomination très attendue prend des allures de renouveau pour la mode d’ici, qui semble plus que jamais déterminée à imposer sa marque bien au-delà des diktats. La première assemblée annuelle de MMode se déroulera le 19 avril et devrait s’avérer déterminante pour la suite des choses.

Le carnet

Un maître du design honoré

Les 9es Grands Prix du design viennent de décerner leur prix hommage à un pionnier du design québécois, Koen De Winter. Le célèbre créateur industriel et professeur à l’UQAM, originaire de Belgique, aura connu une carrière exceptionnelle depuis son arrivée à Montréal, à la fin des années 1970. Son implication auprès de l’Association des designers industriels du Québec et sa vision hors du commun vis-à-vis de son métier auront permis de faire rayonner la créativité d’ici bien au-delà de nos frontières. La grande qualité de son travail lui a valu au cours des dernières années une multitude de distinctions, tant au Canada qu’à l’étranger. Ses créations, objets et produits font d’ailleurs partie de l’illustre collection de design et d’architecture du Musée d’art moderne de New York (MOMA). Toujours très actif et engagé, M. De Winter assume la présidence de la Commission des métiers d’art et arts visuels, en plus d’être membre du conseil d’administration de la Société de développement des entreprises du Québec (SODEC).

Mcouture.com

S’inscrivant dans la mouvance du slow fashion, la boutique en ligne «Mcouture.com» est une plateforme virtuelle qui invite les fanas de mode à revoir leur façon de consommer. Isabelle Doucet, qui a fondé cette vitrine en 2012, a joué un rôle de pionnière au Québec en misant sur la mode durable, tout en faisant la promotion de la mode écoresponsable et écoéthique. Mcouture.com propose une multitude de vêtements, chaussures et accessoires féminins haut de gamme qui sauront combler les exigences des fashionistas de toutes les générations. Petits prix et grandes collections sont au rendez-vous. Ainsi défilent sous nos yeux un tailleur Burberry, une robe Michael Kors, un manteau Marc Jacobs, un carré Hermès ou un sac Vuitton. On compte parmi le petit cercle des investisseurs des vedettes comme Mitsou Gélinas et Isabelle Racicot, des femmes de style et de tendances, au goût très sûr et au sens des affaires bien connu.