L’Amérique selon Hollywood

Il est rare qu’Hollywood évoque une page de notre histoire. C’est pourtant ce que fait le film d’Alejandro Gonzalez Iñárritu The Revenant, récompensé la semaine dernière par trois Oscar. Inspiré très librement du livre du même nom de Michael Punke, il met en scène, sous les traits de Leonardo DiCaprio, l’histoire du trappeur Hugh Glass, qui aurait dit-on parcouru 300 km pour rejoindre le fort le plus proche après avoir été attaqué par un grizzli.

En 1823, Glass marchait sur les traces des coureurs des bois canadiens (français) qui avaient arpenté ces régions dès le milieu du XVIIIe siècle. Leurs descendants, dont le célèbre Toussaint Charbonneau, qui guida Lewis et Clark jusqu’au Pacifique, sont représentés dans le film comme de vils égorgeurs, tout juste bons à faire ripaille et à violer les Amérindiennes. Dans cette caricature, le réalisateur pousse le ridicule jusqu’à affubler Toussaint d’un accent parisien. Notre collègue Louis Hamelin faisait remarquer l’incongruité d’un scénario où Toussaint et ses complices agissent comme des membres du Ku Klux Klan en lynchant un membre de la tribu Pawnee, traditionnellement alliée aux Français.

Le comédien Roy Dupuis, qui a eu la bonne idée de refuser le rôle de Toussaint, a critiqué dans la presse française et québécoise cette vision antihistorique des coureurs des bois. Il n’est évidemment pas question de prétendre que nos « voyageurs » ont été des saints, mais on se demande comment ils auraient pu commercer sur des territoires aussi vastes où ils étaient très minoritaires en exerçant une telle violence. Au contraire, comme l’a montré l’historien Denis Vaugeois, le commerce des fourrures demandait des talents de négociateur et la connaissance des langues autochtones.

On sait que plusieurs eurent des épouses et des enfants amérindiens. Ce n’est pas un hasard si 50 ans plus tard naîtra au Manitoba une nation métisse, française et catholique qui fut écrasée dans le sang. On ne trouve pas trace d’un tel métissage chez les Anglo-Américains. Or justement, en Nouvelle-France, « la vie n’était pas ethniquement compartimentée », écrivent les historiens français Gilles Havard et Cécile Vidal dans leur magistrale Histoire de l’Amérique française (Flammarion).

Ce long pensum où Leonardo DiCaprio rampe, éructe et grogne pendant deux heures et demie dans une nature de carte postale ne fait que reprendre la vision des French and Indian Wars assaisonnée à la sauce écolo-protestante. Car l’un des péchés les plus impardonnables des papistes établis sur les bords du Saint-Laurent aura toujours été d’avoir eu l’odieux de combattre les Britanniques en s’alliant à des Amérindiens et en adoptant parfois les mêmes techniques de combat.

On peut trouver sommaire la réflexion de l’historien américain du XIXe siècle Francis Parkman, mais elle contient une part de vérité : « La civilisation hispanique a écrasé l’Indien, la civilisation britannique l’a méprisé et négligé, la civilisation française l’a adopté et a veillé sur lui. »

 

Binaire du début à la fin, The Revenant ne met en scène que deux personnages : une nature souveraine et sublime face à l’Homme qui incarne tout le mal. Loin de participer à la nature, les humains que peint Iñárritu ne peuvent que lui nuire comme l’affirme une certaine écologie antihumaniste. L’histoire aurait d’ailleurs pu être tournée dans le désert tant la culture des habitants de ces contrées, leur imaginaire, leurs techniques de survie sont ignorés. C’est à peine si Glass connaît une chanson, une prière, sait se construire un abri ou panser une plaie.

Les Amérindiens eux-mêmes ne sont que de purs esprits qui traversent l’écran comme des zombies. Peut-être pour s’excuser de les avoir si longtemps démonisés, Hollywood les transforme en bons sauvages. Entre l’ange et le démon, leur existence réelle est toujours aussi évanescente. Transformer l’Amérindien en divinité, n’est-ce pas une autre façon de lui refuser une humanité ?

On pourrait d’ailleurs faire une critique semblable du documentaire L’empreinte, réalisé l’an dernier par Carole Poliquin et Yvan Dubuc avec Roy Dupuis. Malgré des intentions louables, mais aveuglés par le désir de repentance, les réalisateurs ne sont pas loin de prétendre que tout ce qu’il y a de bon dans l’identité québécoise vient au fond des Amérindiens : solidarité, égalité, tolérance, éducation libérale des enfants et rôle des femmes. Une autre façon de se dissoudre dans l’autre.

Nulle place pour la culture de ces Français d’Ancien Régime qui peuplèrent la Nouvelle-France et qui sont vaguement qualifiés à l’américaine d’« Européens ». Une culture où justement les femmes occupaient un rôle important et dont le goût des festins et des palabres, l’ouverture au métissage et la culture religieuse ont séduit nombre d’autochtones.

Il n’est pas question de reprocher à un cinéaste de travestir l’histoire ou de la magnifier. Mais bien de nous imposer toujours et encore la sempiternelle histoire anglo-américaine avec ses mêmes obsessions puritaines, rédemptrices et antiracistes. Une histoire qui ne saurait résumer à elle seule celle d’un continent. Bref, le film sur « nos » coureurs des bois reste à faire.

À voir en vidéo