Long-courrier

Gruissan (notre photo), juste à côté de Narbonne. C’est une partie du sud de la France moins achalandée que la Côte d’Azur.
Photo: Éric Cabanis Agence France-Presse Gruissan (notre photo), juste à côté de Narbonne. C’est une partie du sud de la France moins achalandée que la Côte d’Azur.

Une maison à Narbonne

« Nous aimerions louer une maison sur le bord de la mer à Narbonne, ou dans les environs, pour une quinzaine de jours au début du mois d’octobre (deux adultes). Nous avons exploré différents sites Internet, mais sans succès. Nous avons pensé que vous pourriez nous aider compte tenu de votre vaste connaissance dans le domaine du voyage. »

Nancy et Denis

 

Narbonne est une ville très agréable, traversée par le canal du Midi et qui donne sur la mer du côté de Narbonne Plage. Il y a aussi Gruissan juste à côté. C’est une partie du sud de la France moins achalandée que la Côte d’Azur.

En octobre, la température est encore douce, mais les vents rendent l’air un peu plus frais. En louant une voiture, vous pourrez rayonner aux alentours. La nature est intéressante sur la côte, mais également dans l’arrière-pays. Vous pouvez aller jusqu’à Carcassonne, Aix-en-Provence, Alès, et les Baux de Provence.

Pour les locations, vous pouvez contacter le syndicat d’initiative ou les agences locales. Voici quelques adresses : clevacances.com/fr ; gites-de-france.com ; canaldes2mersavelo.com ; narbonne-tourisme.com.

Photo: Éric Cabanis Agence France-Presse Gruissan, juste à côté de Narbonne. C’est une partie du sud de la France moins achalandée que la Côte d’Azur.

L’Argentina en Italie

« Nous voulons depuis des années aller en Italie, mais nous voulons découvrir des lieux et des villes qui ne sont pas envahis par les touristes. Est-ce possible de trouver de tels endroits où les touristes ne sont pas trop présents ? »

Jean et Julie Drolet

Au XVIe siècle, des femmes qu’on avait eu l’idée de baptiser sorcières se battaient au bord de l’eau pour s’approprier le droit malin de noyer des chérubins des villages avoisinants. Mais certains marmots réussirent à se faufiler dans les hautes herbes pour survivre… Cette partie de l’Italie se nomme l’Argentina, le pays des sorcières. Pas celui d’Amérique du Sud, mais d’Italie, de l’autre côté de la frontière française.

D’une part, les Alpes maritimes où, en s’élevant de Nice, défilent aujourd’hui des villages qui distribuent au bord des chemins des sacs de lavande et des savons de Marseille.

D’autre part, la vallée de l’Argentina, une nation sans État oubliée des dictionnaires, des administrations… et des circuits touristiques. Une portion de terre coincée entre le Piémont et la Riviera et qui va de Gênes à Vintimille. Pour y arriver, on doit partir de la mer, du côté d’Arma di Taggia, et s’enfoncer dans les montagnes.

On y trouve des villages accrochés aux falaises de calcaire et noyés dans la verdure abondante qui monte, qui monte, et qui suit la rivière Argentina.

Taggia, Badalucco, Carpasio, Andagna, Corte, Triora, Verdeggia… Des villages aux noms inconnus, sans Titien, Michel-Ange, Dante, Rossini ou Casanova. Et la route s’arrête.

Au fond de la vallée, dans le village de Verdeggia, le seul panneau d’information indique que vous êtes « ben arrivaï en tera brigasca ». Et dans certaines maisons, on murmure encore des formules magiques pour éloigner l’ombre des sorcières. Celles-ci se sont calmées et les hommes traquent les champignons, les lièvres et les escargots.

Pour se loger, il n’y a pas beaucoup de choix. À Triora, il y a un hôtel, la Colomba d’Oro : à partir de 70 $ la nuit. Le restaurant attenant, par contre, est plus cher et se réclame justement d’une étoile au Michelin italien : 75 $ par personne, vin compris.

Un peu moins cher : la pension Il Poggio de Verdeggia, pour 50 $ la nuit. Un petit restaurant y offre des spécialités de gibier et de champignons.

D’autres restaurants : à Badalucco, Il Canone d’Oro, avec comme spécialité le stockafish. Autre spécialité du village : l’huile d’olive du Vecchio Frantoio.

À Molini di Triora : Il Mulino pour les escargots. Au col de Langan, sur la route de Pigna : Il Refugio. Et enfin, le Ca’da Roca à Realdo, pour le lièvre et le sanglier servis avec des pastas appelées conche (blettes crues saisies dans la pâte), avec antipasti gargantuesques en entrée. 40 $ par personne, vin compris.

Bonnes adresses

« Merci de nous entretenir de la Toscane. Cette superbe région italienne est aussi reconnue pour ses courses cyclistes. On en retient deux : l’Eroica, que l’on pourrait qualifier de randonnée vintage car les vélos et les vêtements cyclistes doivent correspondre à la période classique du vélo, soit avant 1987.

« Aussi, la Strade Bianche, une course cycliste du Pro Tour qui emprunte plus ou moins les mêmes routes blanches et gravelées que l’Eroica, similaires à celle qui agrémente votre chronique chaque semaine. »

Michel Dallaire

À voir

Les Aventuriers voyageurs présentent une cinéconférence sur le Ladakh au cinéma Guzzo Marché central, le jeudi 3 mars à 19 h. Le réalisateur québécois Claude Chauvin nous fera découvrir cette région située au coeur de l’Himalaya indien. Paradis des randonneurs, ce coin du monde encore peu connu est rythmé par les saisons et les cérémonies bouddhistes. 

Vos suggestions, bonnes adresses, découvertes, souvenirs de voyage : lkiefer@ledevoir.com

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.