Une arnaque

À l’époque où il était président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), Gaétan Barrette prétendait que les médecins québécois étaient devenus « la risée du Canada » en raison de leur faible rémunération. À l’entendre, seule leur conscience professionnelle exemplaire empêchait un exode.

À ce moment-là, M. Barrette écartait du revers de la main l’argument selon lequel il était normal qu’ils gagnent moins que leurs confrères canadiens, particulièrement leurs voisins ontariens, puisque la société québécoise était globalement moins riche. Tous ceux qui s’interrogeaient sur le rattrapage accéléré qu’il avait lui-même négocié avec Philippe Couillard, alors ministre de la Santé, trahissaient simplement leur parti pris contre les médecins, disait-il.

Certes, le discours de M. Barrette a changé quand il est devenu ministre à son tour. Les pauvres exploités qu’il défendait bec et ongles étaient finalement une bande de fainéants qui réclamaient la parité avec le reste du pays alors qu’ils travaillaient sensiblement moins.

On a fini par comprendre que cela était encore du théâtre. Non seulement le rattrapage consenti avait-il été sous-estimé de 400 millions, mais la légalisation des frais accessoires permettra aux médecins d’augmenter encore leurs revenus, même si cela devait contrevenir aux dispositions de la Loi canadienne sur la santé.

 

Les données de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) dont La Presse a fait état en début de semaine montrent que l’équité réclamée par les médecins s’est transformée en véritable iniquité envers l’ensemble des salariés du Québec.

En 2007, les spécialistes québécois gagnaient en moyenne la moitié moins que leurs confrères canadiens. En 2014, ils ont gagné 8 % de plus. Par rapport à l’Ontario, l’écart grimpait à 15 %, soit un coût additionnel de 578 millions pour les contribuables. Les médecins de famille accusaient toujours un retard de 9,5 % par rapport à la moyenne canadienne, mais ils gagnaient déjà 8 % de plus qu’en Ontario, soit un coût additionnel de 91 millions. Compte tenu du coût de la vie, nettement moindre au Québec, l’avantage dont bénéficient les médecins québécois est encore plus considérable.

Non seulement le chantage à l’exode auquel M. Barrette se livrait sans vergogne n’a-t-il jamais eu le moindre fondement, mais le solde migratoire des médecins au cours des dernières années est nettement à l’avantage du Québec, révèlent les chiffres de l’ICIS. De 2009 à 2014, 311 médecins sont venus s’établir au Québec, alors que 233 l’ont quitté pour s’installer dans le reste du Canada. Chez les spécialistes, la proportion est de 206 contre 102.

Pendant ce temps, la rémunération hebdomadaire moyenne des salariés québécois n’a cessé de diminuer en termes relatifs, le retard par rapport au reste du pays passant de 7 % à 13 % entre 2004 et 2014. Autrement dit, avec un salaire en baisse, les Québécois paient leurs médecins de plus en plus cher qu’ailleurs au pays sans recevoir de meilleurs services pour autant. En bon français, on appelle cela une arnaque.

 

Contrairement aux médecins de famille, les spécialistes contestent la méthodologie de l’ICIS, qui utilise la méthode dite des équivalents à temps plein (TPETP) et qui suppose que les médecins sont entièrement payés à l’acte. Il est vrai que seulement 84 % de leur rémunération provient de paiements à l’acte, mais c’est la même chose en Ontario. D’ailleurs, la FMSQ estimait que cette base de comparaison était la meilleure à l’époque où elle permettait de justifier un rattrapage.

S’il est vrai que la rémunération moyenne des médecins peut sembler plus basse au Québec, c’est qu’ils travaillent moins que dans les autres provinces. Privilégier une meilleure qualité de vie est sans doute un choix légitime, mais on ne peut pas avoir à la fois le beurre et l’argent du beurre.

Il était déjà très contestable qu’une société moins riche qu’une autre offre la même rémunération à ses médecins, mais il devient franchement scandaleux qu’elle leur offre davantage. Qui plus est, les droits de scolarité imposés aux étudiants en médecine sont notoirement moins élevés au Québec qu’ailleurs au pays.

À entendre le premier ministre Couillard, la lutte contre l’austérité devait être l’affaire de tous, mais cela n’était manifestement pas le cas. Personne ne nie le rôle essentiel que jouent les médecins et la grande compétence de ceux qui exercent au Québec, mais les chiffres de l’ICIS rendent encore plus choquantes les compressions imposées aux garderies ou à l’aide sociale. M. Couillard a assuré que la rémunération des médecins suivra dorénavant celle des employés de l’État, mais l’équité la plus élémentaire exigerait plutôt un sérieux réajustement vers le bas.

À voir en vidéo