Mal de bloc

On pouvait auparavant imaginer la scène, on peut maintenant la voir. Telle que conçue par un cinéaste, certes, mais à n’en pas douter criante de vérité. Mike Webster, le centre des Steelers de Pittsburgh qui incarnait si bien l’équipe mythique de la deuxième moitié des années 1970 gagnante de quatre Super Bowls, celle du Steel Curtain et de Terry Bradshaw et de Lynn Swann et de Franco Harris, vit dans son pick-up sur un terrain vague laid à mourir. Il ne fait rien sinon souffrir et tenter d’étouffer cette souffrance par des moyens qui ne fonctionnent pas. Il finit par mourir, à 50 ans tout juste.

Au bureau du coroner, la dépouille de Webster est examinée par le Dr Bennet Omalu, qui ne connaît fichtre rien au football, mais subodore que quelque chose ne tourne pas rond, ni même ovale. Il diagnostiquera l’encéphalopathie traumatique chronique, cette cochonnerie qui corrompt les cerveaux et achève les gens de bonne volonté. Omalu estime que Webster a au fond succombé à 70 000 coups portés à la tête au fil de sa carrière.

Ainsi est lancé Commotion, le film dont il a été prédit qu’il serait le pire cauchemar de la NFL, mais c’était oublier qu’ils sont et continueront d’être des milliards plus nombreux à regarder un match qu’à se rendre au cinéma pour voir un humble médecin nigérian se battre contre une institution toute-puissante qui, excellente comparaison, « s’est approprié une journée qui était autrefois réservée à l’Église ». Le principal problème du football professionnel, faut-il le constater, n’est pas tellement un long métrage, si convaincant soit-il — et il l’est pas mal, à part une histoire d’amour dont on se demande ce qu’elle fait là —, mais la perspective qu’avec tout ce qui se raconte à propos des commotions cérébrales, de plus en plus de parents interdisent à leurs enfants de pratiquer ce sport.

Certes, on objectera que c’est un peu beaucoup les bons contre les méchants sauce Hollywood que cette production. Mais elle reste à voir entre deux joutes, ne serait-ce que pour envisager celles-ci d’un autre oeil.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

1 commentaire
  • Hugues Savard - Inscrit 2 janvier 2016 02 h 16

    Le problème du football?

    Le principal problème du football, c'est le football lui même. Un sport aux acoutrements ridicules, à l'image du flash et du spectacle made in USA.