Le retour du français

Je le dis sans détour : Bernard Cerquiglini va me manquer — pour sa verve, son sens de l’anecdote, son esprit et sa vision. Lui qui était recteur de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) depuis 2007 vient de « raccrocher ses patins », comme on dit. Certes, ce très grand linguiste continuera de nous réjouir avec les livres qu’il aura enfin le temps d’écrire. Mais c’est à travers ses fonctions à l’AUF qu’il s’est révélé comme un fin observateur de la chose francophone. Et d’une espèce rare dans les instances francophones, car Bernard Cerquiglini n’a jamais eu ni la langue dans sa poche ni la langue de bois.

C’est pourquoi, après un premier papier sur son action comme recteur, je me permets de vous resservir du Bernard Cerquiglini pour vous faire état de sa vision francophone. Car Bernard Cerquiglini (ça se prononce ser-ki-li-ni) a dirigé l’AUF pendant huit années exceptionnelles qui ont vu surgir deux choses totalement nouvelles : l’émergence des pays africains, sujet de l’entretien publié mardi, mais aussi l’intérêt accru des pays non francophones.

Hors de la francophonie traditionnelle

Pendant son mandat, l’AUF a vu le nombre d’établissements adhérents passer de 656 à 812. Le gros de cette croissance s’est fait hors de la francophonie traditionnelle : 16 établissements au Brésil, 7 en Chine, 4 en Inde et au Mexique, 3 en Russie, etc. « Ces candidatures nous arrivent spontanément : nous ne sollicitons personne », dit-il. Pour être membres, ces institutions doivent montrer qu’elles font au moins une partie de leur travail (enseignement, recherche) en français — en dehors des cours de français, évidemment. « Nous retoquons le tiers des demandes d’adhésion. »

« Nous avons reçu, il y a quelques années la candidature de New Delhi, qui compte 330 000 étudiants. J’ai demandé à la vice-rectrice : “Pourquoi avez-vous rejoint AUF ?” Elle m’a répondu : “Pour une raison simple : avant, nous travaillions dans deux langues internationales, anglais et hindi, il nous en faut une troisième, c’est le français.” »

« Ça coupe court à tous les discours sur le déclin : le français reste encore une grande langue internationale de formation et de recherche. Nous recrutons actuellement dans les universités qui émergent et qui ont compris que le monde de la science n’a plus de centre. Vous savez que le Brésil a dépassé la Russie sur le plan de la production scientifique. C’est fait. L’Inde est en plein développement. »

Bernard Cerquiglini est intarissable sur ce sujet. « Il y a trois ans, je venais de faire mon assemblée générale à São Paolo, et je donnais un cours à Princeton. La vice-rectrice aux relations universitaires demande à me voir. Elle avait entendu dire que je m’occupais d’une association de French-speaking universities. Elle me dit : “Les francophones, vous avez un coup d’avance sur nous. Pendant un siècle, le savoir était fabriqué chez nous et diffusé par nous en Europe du Nord, en Russie et au Japon. Et l’anglais suffisait, et tout le reste du monde était dans l’obscurité.” Et elle ajoute : “Depuis quelques années, il y a de la lumière en bas, en Amérique du Sud, en Afrique, en Inde. Et vous, les francophones, vous y êtes.” »

La connaissance est plurilingue

Il fallait bien aborder la question des publications scientifiques. Bernard Cerquiglini n’est même pas certain que la question de publier en anglais se pose avec la même acuité qu’il y a 20 ans ou 30 ans. « Je suis linguiste, alors j’avais toujours méprisé la traduction automatique. Mais depuis quelques années, je suis épaté par ce que je vois. On sait traduire automatiquement un bulletin météo, un article scientifique formé de phrases simples et de diagrammes. Donc, en fait, vous publiez en français et si quelqu’un en Azerbaïdjan veut vous lire, il peut faire des extractions, les faire traduire et vous lire sans avoir recours à l’anglais. »

Toutes ces transformations bouleversent le champ de bataille linguistique. « Nous, les francophones, nous passions pour des ringards il y a 20 ans. En France, on me disait : “Le français, c’est fini. Arrête.” C’était l’anglais, l’anglais, l’anglais. Moi — nous, devrais-je dire — nous nous obstinions à défendre la perspective du plurilinguisme. Et c’est nous qui avons eu raison. »

Bref, la francophonie a de l’avenir. « La langue française n’est pas intrinsèquement porteuse de valeurs. On a dit des choses odieuses en français. Mais dans la Francophonie, il a cette idée de solidarité, de fraternité fondatrice. Ça va de Jean-Marc Léger à Senghor en passant par Michaëlle Jean. Nous faisons de la coopération scientifique, mais pourquoi ? Pour aider les pays en émergence. Je suis historien de la langue et j’ai toujours pensé que le français est une langue citoyenne, une langue civique, une langue politique. Et je le vis. L’AUF, ce n’est pas foncièrement colonial comme le Commonwealth. Le Commonwealth a la reine d’Angleterre, mais la francophonie, elle, a la langue française. »

2 commentaires
  • Gilbert Turp - Abonné 14 décembre 2015 06 h 45

    Cette chronique fait du bien

    Et ce, de plus en plus à chaque semaine. Un plaisir à lire, une perspective d'avenir et un baume contre un certain pan du présent.

  • Jean-Guy Plante - Abonné 14 décembre 2015 23 h 01

    Merci de nous informer.

    Merveilleux de constater l'expansion de notre langue à l'internationale.Cela nous console des difficulté éprouvées afin d'assurer ici la présence de notre langue commune. Ceci dit, tout en étant disponible à l'utilisation de d'autres langues.