Je deviendrai souverainiste

Normalement, je n’esquive pas les sujets sensibles, mais il y en a certains qui vous font sortir de vos gonds. Au cours d’une décennie de commentaires dans ce journal, je n’ai jamais osé aborder la souveraineté québécoise parce que, franchement, j’avais peur de me retrouver dans un bourbier sans issue avec de nouveaux ennemis contre lesquels je ne saurais pas me défendre.

Cependant, deux événements m’ont poussé vers une prise de position : le référendum de l’année dernière sur l’indépendance écossaise et les derniers débats dans la campagne fédérale canadienne. Pour le premier, en tant qu’Américain ethniquement écossais, j’étais surpris de me trouver aussi ému par le scrutin qui, en septembre dernier, a failli dissoudre le Royaume-Uni. Si, comme moi, vous pensez que les Américains qui s’habillent en tartan et en kilt sont plutôt ridicules, je signale que cela ne diminue pas mon attachement à ce tout petit pays, incroyablement beau et vigoureux, longtemps dominé par son voisin impérial du sud. Si vous ne croyez pas aux passions et aux stéréotypes nationaux dans un monde moderne et globalisé, je puis vous assurer que, dans ma famille paternelle, longtemps séparée de sa patrie d’origine, il existe des traits écossais : l’avarice légendaire, je le constate, est réelle, ainsi qu’une indépendance d’esprit farouche qui milite contre toute soumission politique et financière. Le personnage de Mel Gibson dans Braveheart n’est pas entièrement de la blague.

Néanmoins, je n’ai pas tranché pour l’indépendance de l’Écosse, ni dans mes pensées ni dans mes écrits. À vrai dire, l’idée me faisait peur. Les mots « indépendance » et « sécession » obligent à la réflexion, et m’ont fait tout de suite penser aux sudistes américains qui nous ont menés à la guerre la plus sanglante de notre histoire. Je ne dis pas qu’un combat aurait suivi un vote du Oui, mais la séparation après des siècles d’union aurait quand même exprimé quelque chose de violent. Il était plus facile de me réfugier dans l’ironie et la politique pratique, comme l’a fait John Lloyd, du Financial Times. D’après lui, la réponse correcte à « la passion » nationaliste de l’Écosse est « l’indifférence ». Si elle se séparait de l’Angleterre, « tout cela entraînerait forcément les Écossais dans beaucoup de gêne : demander de nouveaux passeports et payer plus pour les droits de scolarité et pour la santé ». Lloyd cite la phrase gaélique « dinna fash yersel », qu’on traduira par « ne vous embêtez pas ».

Mais j’étais très embêté par les singeries de Tony Blair auprès de George W. Bush lors de l’invasion de l’Irak. L’Écosse, selon les partisans de l’indépendance, aurait refusé d’accepter les mensonges de Blair/Bush, ce qui aurait évité sa participation à la catastrophe actuelle en Irak et Syrie, catastrophe qui est la conséquence directe du renversement de Saddam Hussein. Comme, d’ailleurs, le Canada de Lester Pearson et le Royaume-Uni de Harold Wilson avaient refusé de participer à la folie vietnamienne de Lyndon Johnson.

Engagement sot

Aujourd’hui, je suis également embêté par les singeries de Stephen Harper à l’égard de la politique étrangère américaine, soit celle de Bush ou celle d’Obama. L’engagement militaire du Canada à côté de Washington me semble sot, voire stupide, et non pas digne d’un pays qui s’est distingué par son indépendance et par sa vision claire et humanitaire. Prétendre, comme le fait Harper, que la lâche guerre par télécommande menée contre le groupe armé État islamique représente une politique cohérente et courageuse, conforme à l’esprit internationaliste à la canadienne, devrait se retourner contre le premier ministre. Chaque civil qui meurt sous un bombardement occidental fait de la publicité pour les fanatiques islamistes, ce qui a eu l’effet paradoxal de renforcer et d’endurcir Bachar el-Assad — « criminel de guerre » prétendument inacceptable pour Washington — et de susciter l’intervention militaire de Vladimir Poutine auprès du dictateur. Un tel désarroi est une trahison de ma conception d’un Canadien raisonnable.

Il y a de quoi être dégoûté par la politique néoconservatrice de Stephen Harper. Mais l’engouement pour le pétrole et le libéralisme économique ne justifient pas à eux seuls la révolte. Toutefois, lorsque Harper lança dans le dernier débat, en anglais, à Thomas Mulcair que « sérieusement, si vous voulez empoisonner les relations avec les Américains, sortir de la coalition ISIS le ferait », cela devient insupportable.

Sérieusement, si Tony Blair était toujours premier ministre, les Écossais auraient sûrement voté pour la séparation et, moi, j’aurais applaudi. Si Stephen Harper arrive à s’accrocher au pouvoir le 19 octobre, je deviendrai souverainiste québécois, non seulement de coeur, mais à voix haute. Tant pis pour le Canada qui, de toute façon, ne serait plus vraiment le Canada.

À voir en vidéo