Mirage libéral?

Le chef libéral Justin Trudeau n’en démord pas. Son parti, dit-il, a dévoilé le coût de toutes ses promesses et précisé comment il les financerait.

« Le Parti libéral a été le premier parti à présenter un cadre financier complet disant exactement où nous prendrions les investissements, où nous les ferions et, franchement, comment nous équilibrions le budget. […] Chaque promesse mise en avant par le Parti libéral […] est complètement chiffrée », a-t-il répété mardi.

Pourtant, même celle qu’il venait de faire avait ses zones d’ombre. On ne disait nulle part d’où proviendraient les fonds pour la formation des personnes non admissibles aux mesures destinées aux bénéficiaires de l’assurance-emploi (200 millions par an), le financement de la stratégie de formation pour les autochtones (50 millions par an) et les investissements dans les infrastructures de formation (25 millions par an). (On promet aussi 500 millions de plus pour les ententes sur le développement du marché du travail conclues avec les provinces, normalement financées à même le compte de l’assurance-emploi, mais les libéraux ne prévoient dégager une marge de manoeuvre dans ce compte qu’en 2017.)

Quand on demande au parti comment ces engagements seront financés, on nous renvoie au « cadre financier » annoncé en même temps que l’ambitieux programme d’infrastructures du parti. Sauf qu’on n’y retrouve rien de tel. Le parti y annonce seulement qu’un prochain gouvernement libéral affichera un déficit d’un peu moins de 10 milliards par année pendant deux ans pour finalement renouer avec l’équilibre budgétaire en 2019.

Dire qu’on empruntera pour payer les factures n’est pas un cadre financier ni un programme chiffré. Ce l’est d’autant moins qu’au rythme où vont les choses — et on nous promet d’autres annonces — les 10 milliards d’emprunts pourraient s’avérer insuffisants pour éponger la facture de la première année. À moins, bien sûr, que la situation financière du gouvernement soit meilleure que ne veut l’admettre M. Trudeau.

 

Le Parti libéral a fait ses devoirs, mais seulement qu’en partie. Il a prévu financer sa baisse d’impôt pour la « classe moyenne » à même l’instauration d’un nouveau palier d’imposition de 33 % pour les personnes gagnant plus de 200 000 $ par année. Il a aussi prévu financer sa nouvelle allocation pour les enfants, non imposable, en utilisant les fonds pour les prestations existantes, en éliminant celles versées aux familles mieux nanties et en mettant fin au fractionnement du revenu aux fins d’impôt pour les familles avec enfants. Malgré cela, il lui manquera 2 milliards par an pour financer ce programme, ce qu’il reconnaît depuis le début.

Pour ce qui est de l’assouplissement des congés parentaux et de compassion et de la réforme de l’assurance-emploi (qui n’entrera en vigueur qu’en 2017), il les financera en limitant la réduction des cotisations promise pour 2017 par les conservateurs. Au lieu de passer de 1,88 $ à 1,49 $ par tranche de 100 $ de revenus assurables, les libéraux les ramèneront seulement à 1,65 $, ce qui leur donnera une marge de manoeuvre de 2 milliards par année.

Les libéraux ont d’autres économies en tête, comme ramener le plafond de cotisation au compte d’épargne libre d’impôt de 10 000 à 5000 $ (une économie d’environ 160 millions en 2016-2017). Ils évoquent aussi la fin de la publicité partisane, un recours moins fréquent aux consultants extérieurs et la réduction des subventions pour les combustibles fossiles. Ne cherchez toutefois pas à combien s’élèvent ces économies, elles ne sont évaluées nulle part.

 

Il en va de même pour plusieurs dépenses, certaines potentiellement coûteuses. En voici une liste non exhaustive pour lesquelles aucun chiffre n’apparaît dans les documents publics du parti : mise en oeuvre de « toutes » les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation, levée du plafond pour le financement des services aux autochtones (seule l’éducation est chiffrée), « investissements substantiels » dans la préservation et la promotion des cultures et langues autochtones, investissements dans les technologies vertes. Même silence sur certains engagements pour les anciens combattants : rétablissement de la pension à vie, augmentation de la pension pour survivant, réouverture de neuf points de service du ministère des Anciens Combattants, embauche de 400 fonctionnaires.

Si, en revanche, on additionne les dépenses sur lesquelles le parti appose un prix, sans toutefois préciser la source des fonds, on arrive à la rondelette somme de 9,7 milliards pour l’année 2016-2017.

Le PLC parle d’un déficit de 10 milliards pour cette année-là. Si ses engagements chiffrés totalisent 9,7 milliards, comment paiera-t-il pour les autres, ceux déjà faits et ceux à venir ? Sans véritable cadre financier où apparaissent le prix de chaque promesse et la valeur des économies anticipées, les Canadiens ne pourront pas savoir si ce déficit de 10 milliards n’est qu’un début ou un plafond réaliste.

La transparence dont se targue le chef libéral exige de lui la même chose qu’il demande avec raison de ses adversaires : un programme complet, chiffré et détaillé. Il en va de sa crédibilité.

À voir en vidéo