Qui? Quoi? Combien?

Chaque nouvelle passionnante saison de la Ligue nationale de football apporte son lot de questions fondamentales dont seul un avenir férocement prometteur nous dira si elles trouveront réponse. Et si elles ne trouvent pas réponse, vous pouvez parier la masse salariale des Dodgers de Los Angeles que des milliards de voix s’élèveront pour tonitruer que Roger Goodell a quelque chose à cacher et qu’on devrait non seulement lui montrer la porte, mais aussi la lui faire traverser à grands bottés de dégagement de 70 verges net dans la région.

Parmi ces interrogations : en quelle matière les Patriots de la Nouvelle-Angleterre se feront-ils pincer à essayer de contourner les règlements en faisant preuve de créativité et nieront véhémentement tout avec un air angélique (sauf dans le cas de Bill Belichick, qui démentira bel et bien mais avec sa mine habituelle de gars qui pour qui la vie est une partie de football et non de plaisir)? Combien de dizaines de quarts-arrière les Browns de Cleveland utiliseront-ils dans une autre tentative réussie de terminer au dernier rang ? Quel feuilleton faisant les délices des tabloïds de Manhattan animera cette fois les Jets de New York après que le quart Geno Smith se fut fait fracturer la mâchoire par un coéquipier autour d’une histoire de dette de 600 $US ? Combien de fois encore Pete Carroll devra-t-il encore expliquer sa décision de ne pas remettre le ballon à Marshawn Lynch à la toute fin du dernier Super Bowl ? Et combien de fois Marshawn Lynch ne répondra-t-il rien quand on lui demandera quoi que ce soit ?

Voilà un univers fascinant, en marge duquel on retrouve notamment Jason Pierre-Paul. Pierre-Paul, un ailier défensif étoile des Giants de New York, a subi une grave blessure à la main droite en manipulant des pièces pyrotechniques à l’occasion de la fête nationale des États-Unis, le 4 juillet. Grave au point que, quatre jours plus tard, on a dû lui amputer l’index. Depuis, le joueur se claquemure et, mis à part quelques interventions sur les Twitters et deux photos de lui avec la main recouverte d’un épais bandage croquées par le New York Daily News, sa situation baigne dans un énigmatique mystère. Il ne s’est toujours pas rapporté au camp des Giants, et il a refusé jusqu’à maintenant d’être examiné par les médecins de l’équipe, ce qui a mis en furie la direction du club.

Il y avait cependant une lueur d’espoir d’en savoir davantage lorsque Pierre-Paul a twitté que ce qui lui est arrivé « n’est pas un contretemps » et que « Dieu a de plus grands plans pour moi. Aucun homme ne peut me juger, sauf Dieu lui-même », ce qui demeure tout de même une drôle de formulation, et qu’il a été annoncé qu’il prendrait part dimanche à une activité de bienfaisance à Sunrise, en Floride. Le truc consistait à distribuer 200 sacs à dos contenant des fournitures scolaires aux jeunes de la région.

Il était évident que des reporters d’enquête sur le terrain, dont un du Daily News, allaient se présenter là-bas, mais Pierre-Paul avait un stratagème pour les éviter, qui devait du reste être hilarant. À un moment donné, un homme est sorti rapidement de l’édifice où avait lieu l’activité. Il avait la carrure de Pierre-Paul, mais il portait un manteau sur la tête qui camouflait son visage. Pour rendre la chose crédible, il avait la main bandée. Sauf qu’il y avait deux légers problèmes : quand on y regardait bien, on pouvait constater que le présumé bandage était fait de papier de toilette et que l’homme le portait à la main… gauche. Il s’est engouffré dans une voiture et a illico quitté les lieux.

Pendant ce temps, Pierre-Paul filait par une autre porte, comme dans les films où le scénariste n’a pas été payé cher.

On raconte maintenant que Pierre-Paul devrait rejoindre les Giants à temps pour le début de la saison régulière. À moins qu’il ne s’agisse de quelqu’un d’autre…