Long-courrier

La maison de l’opéra et le pont Harbour à Sydney, en Australie.
Photo: Saeed KHAN agence france-presse La maison de l’opéra et le pont Harbour à Sydney, en Australie.
L’Australie en février


« Nous avons l’occasion de passer deux semaines en Australie, fin février-début mars. Nous serions trois avec notre fille de 15 ans. Nous arrivons et quittons à Sydney. Que nous proposez-vous comme itinéraire et points d’intérêt ? Bien sûr, la faune, la mer et la découverte devraient être au rendez-vous !

Nous pensons passer quelques jours à visiter Sydney : location de maison ou d’appartement ? Les prix semblent très élevés à Sydney, mais rester en banlieue pour la première semaine pourrait être une solution intéressante. Puis, la deuxième semaine, nous pourrions peut-être aller dans le secteur de Cairns, en voiture (nous n’avons jamais conduit à droite) ou en avion, pour une excursion à la grande barrière de corail. Nous avons aussi pensé à louer un motorisé pour deux semaines… »

Johanne Thérien et famille

Louer un motorisé est une bonne idée pour visiter l’Australie, avec des horaires à votre guise et des arrêts que vous aurez projetés. Sydney vaut le coup pendant quelques jours, avec de nombreuses excursions dans cette ville très vivante.

Seulement, les tarifs hôteliers sont assez élevés. Et la banlieue ne rend pas la note moins haute. Tout ce qui concerne Sydney a son prix. Quant à la conduite à droite, ce n’est pas difficile, seules les intersections peuvent poser problème.

Pour les destinations, vous aurez le circuit de Sidney à Brisbane, puis Charleville et Cairns dans le nord. Sinon, ce serait trop long en voiture, il faudrait alors prendre l’avion.

L’Inde en avril

« Mon mari et moi avons le projet de voyager en Inde en avril 2016, pour une période de quatre à six semaines. Nous hésitons entre l’Inde du Nord et l’Inde du Sud. Nous aimons la culture, les randonnées et tout ce qui a trait à l’histoire.

Nous envisageons un séjour d’une semaine dans un ashram Sivananda (l’Inde en compte au moins quatre, je crois). C’est une période de basse saison à laquelle débute la chaleur. Selon vous, qu’est-ce qui serait le plus approprié ? Quel itinéraire serait un incontournable ?

Quant à la situation de reconstruction au Népal, un séjour dans ce pays peut-il être envisagé ? Avez-vous des références de chauffeur-guide que vous pourriez nous suggérer ? »

Nicole Fortier

À mon avis, le Nord est source de motivation vacancière avec de jolis espaces en hauteur. Voici ce que nous a écrit une lectrice et qui en inspirera plusieurs…

« Nous avons fait appel à l’agence Tour Passion de New Delhi et obtenu une voiture avec chauffeur pendant trois semaines, pour un coût total de 1000 $, y compris les pourboires. C’est un service excellent et le propriétaire de l’agence parle français.

Nous avons parcouru le nord du pays : arrivée et départ à Delhi. Jaisalmer, Jodhpur, Ranakpur, Udaipur, Chittor, Ranthambore… Puis Agra et Delhi. Il nous a aussi proposé Calcutta, mais ça aurait été beaucoup trop long.

On nous a proposé des hôtels, mais nous les trouvions trop chers. Nous les choisissions plutôt dans le guide du Routard : moins chers et excellents avec terrasse, jardin et restaurant. Le chauffeur nous montre aussi des choses et nous explique la vie quotidienne, en anglais. C’est très sympathique et sécuritaire de voyager ainsi. Cela dit, il faut utiliser le Lonely Planet comme guide car le Routard n’est intéressant que pour les restaurants et les hôtels ;

Le pourboire du chauffeur était de 10 $ par jour. Le seul problème, c’était la vitesse excessive : rouler à 90 km/h, c’est trop vite sur les routes et les autoroutes d’où surgissent des gens, des… dromadaires, des vaches, etc. Nous avons dû lui dire qu’il perdrait ses pourboires s’il ne ralentissait pas, et tout a été pour le mieux par la suite.

L’agence nous appelle fréquemment pour demander si tout va bien, s’il y a un problème, etc. Le mois de novembre est excellent pour faire ce voyage, mais pas plus tard car il n’y aura plus d’eau dans le lac d’Udaipur, ce qui serait dommage.

Nous avons aussi passé une semaine à Darjeeling : l’agence nous a réservé un vol intérieur de Delhi à Bagdogra, d’où nous avons pris un taxi : ne pas prendre les bus locaux pour monter à Darjeeling. On s’est organisés nous-mêmes pour cette partie du voyage, avec le Lonely Planet, et tout s’est bien déroulé. »

Madeleine Fleury

Les réservations par Internet

« Je suis votre chronique avec intérêt depuis plusieurs années. J’ai un problème avec les réservations d’avion et d’hôtel par Internet et vous avez probablement une solution. Je consulte le prix d’un hôtel ou d’un vol pour une date donnée et je reçois un tarif.

Si je répète l’opération le lendemain ou quelques heures plus tard, celui-ci aura souvent augmenté. C’est un problème reconnu par les professionnels du métier. Pouvez-vous suggérer une technique pour contourner cela ? Peut-être utiliser une autre adresse de courriel ? »

Ara Karahisar

Beaucoup de sites Web fournissent des prix différents selon la destination. C’est que le prix doit être le plus juste au moment où vous faites votre réservation, et le fait d’utiliser une autre adresse de courriel n’y changera rien.

Vous pouvez faire appel à une agence détaillante qui ne peut déroger d’un tarif proposé. Aussi, de cette façon, vous êtes protégé par l’Office de la protection du consommateur.

Sophie Bujold, stratège en contenu et médias sociaux, a été citée dans le Travel Market Report, repris par Tourisme Plus, un journal professionnel de voyage au Québec : « Tout ce que vous faites en ligne, que ce soit sur votre site ou votre blogue ou dans les médias sociaux, est du domaine public. De plus, les gens réagissent en temps réel à tout cela, ce qui peut avoir un impact significatif sur votre marque. »

Bonnes adresses

« Pour être allé deux fois au Yucatán, je suggérerais au jeune couple qui s’y rend en août de concentrer son périple car la région est relativement grande et la chaleur sera lourde à cette période. S’ils atterrissent à Cancún, leur meilleure option pour un premier séjour serait de demeurer sur la Riviera, tout en évitant les attrape-touristes.

D’où ma suggestion d’aller à Tulum, où ils pourraient trouver un site archéologique avec une vue magnifique sur la mer, une plage fantastique et paradisiaque (si leurs moyens le permettent : se loger au bord de la mer, dans de petits hotels charmants, ou encore dans des cabanas, plutôt que dans la ville qui est un peu moche et éloignée des plages).

Et enfin, si le coeur leur en dit, ils pourraient passer une journée avec un organisme d’écotourisme qui leur ferait découvrir la réserve Sian Ka’an, située à quelques kilomètres au sud de Tulum (100 $US par personne par jour, tout compris, de Tulum). »

Jean Rivet

« À l’attention de l’une de vos correspondantes, Mme Harvey, disons que la Colombie est intéressante du point de vue linguistique : l’Academia Real reconnaît que l’espagnol de Colombie est l’un des meilleurs. L’accent aussi est assez neutre. Toutefois, Bogotá est une ville chère, mais intéressante du point de vue culturel : beaucoup de films, de musées et de concerts. Aussi, la venue d’un transporteur low cost (Viva Colombia) permet de voyager partout en Colombie et au Pérou.

J’ai étudié pendant cinq étés au CEPEX, rattaché à l’Université Externado, où la directrice parle français. Je suggère les cours en groupe puisqu’on se retrouve à deux ou quatre étudiants et que la qualité de l’enseignement est très élevée. De plus, le CEPEX est situé dans La Canadelaria, le vieux quartier.

Certes, le Mexique demeure intéressant, mais je ne le connais pas. Je suis au Nicaragua, où la qualité des cours de langue est un peu « so so ». Merci pour votre chronique, que je lis depuis belle lurette. »

René André Hervieux

« Pour répondre à Mme Harvey, je crois que le Guatemala est difficile à battre côté cours d’espagnol : pour 5 $US (la devise canadienne n’étant pas très stable), on trouve des leçons particulières avec d’excellents professeurs, à la fois dans les villes et dans les villages.

À Antigua, Quetzaltenango (Xela), ou dans la région enchanteresse du lac Atitlàn, où je vais dans le sympathique village de San Pedro tous les hivers depuis 2012, on a l’embarras du choix. Et on peut se loger dans une famille, en hôtel, en appartement ou dans une maison, à très bon prix.

Il me ferait plaisir d’orienter votre correspondante Mme Harvey si vous lui faites suivre mon courriel. Pour le simple plaisir de rendre service à mes amis professeurs d’espagnol. »

Jean-Marc LaFrance

Des guides

Un voyage hispanique avec les ouvrages de Lonely Planet consacrés à Madrid et à l’Espagne du centre, puis à Barcelone dans la série « L’essentiel de… » : ce dernier se veut un must, sauf qu’on ne précise aucunement les changements au niveau des taxes et des longueurs de séjour.

Celui intitulé L’essentiel de l’Espagne est le plus faible avec des présentations sommaires des différentes parties du pays. Quant à Paris et île de France version restos, de Gault et Millau, on y trouve aussi des bars à vins et des artisans de la bouffe. On est dans l’anti-Michelin.

Vos suggestions, bonnes adresses, découvertes, souvenirs de voyage : lkiefer@ledevoir.com

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.