Long-courrier

Grèce et plus

« Nous avons déjà fait appel à vos services pour la visite de Copenhague, c’est l’occasion de vous informer que nous avons suivi votre itinéraire de manière très agréable. Nous projetons un voyage en Grèce pour un mois en septembre et par la suite nous désirons nous diriger vers la France, destination Toulouse. Nous avons pensé prendre un bateau pour rejoindre Marseille, puis le train pour Toulouse. À votre avis, quel serait le meilleur moyen pour gagner cette destination (Marseille) ? Combien de temps pour un tel trajet en bateau et autour de combien pourraient varier les tarifs ? Est-ce que prendre l’avion entre Athènes et Marseille serait une bonne solution ? Avez-vous une idée du tarif possible ?

Étant adeptes du cyclotourisme, nous désirons visiter des îles en vélo ; avez-vous des informations sur la location de vélo et les îles les plus agréables pour pédaler ?

Merci à l’avance »

Claire Vallée

Pour le vélo, les locations au départ d’Athènes sont assez chères. Dans chaque île touristique, vous trouverez un locateur de vélo, qui joue avec l’offre et surtout la demande. Paros, Naxos, Amargos, Santorin, Sifnos, Samos, Patmos, Kytnos. Et surtout les îles Ioniennes. Ithaque, Céphalonie et Corfou. Pour le vélo un peu pensé, Ithaque est sublime. Vous avez les routes qui montent et descendent et vous avez l’Odyssée comme guide. L’avantage et le désavantage des îles, c’est qu’elles sont petites. Mais le vélo offre des arrêts où le bus ne s’arrête pas. Il faut aussi faire attention aux chaleurs, qui sont encore fortes en septembre.

Pour l’avion, vous avez des vols avec Aegeanair d’Athènes à Toulouse, de 70 à 100 euros. Mêmes tarifs pour Marseille.

Pour le bateau, Athènes-Marseille ne se fait pas en ferry direct mais via l’Italie, ou l’Afrique du Nord. Par contre, par les temps qui courent, en Grèce, les bateaux interîles ont certains problèmes d’approvisionnement en carburant. Observez donc les hauts et les bas de l’économie hellénique dans les prochains mois et les changements possibles au niveau des passages.

Pour l’argent, les transactions peuvent se faire au moyen des guichets ou des cartes de crédit dans les hôtels ou les restaurants. Comme ce sont les étrangers qui sauvent la Grèce depuis quelques mois, voire des années, vous avez bonne presse. Le comptant en dollars américains est une bonne voie. Il est un peu le sauveur de l’économie et la garantie monétaire d’un restaurateur et d’un hôtelier.

Normandie

« Connaissez-vous en Normandie des villages et des adresses qui pourraient satisfaire des besoins simples en matière d’hébergement et de restauration ? » 

L. Bégin

Dans le bas pays d’Arromanches, vous avez quelques villages qui sont un peu loin des touristes en mal de débarquement allié de 1944. Vous avez le village de Crépon qui renferme un hôtel-ferme du nom de la Rançonnière. Intérieur très rustique avec des chambres munies de lits à baldaquin. Le petit-déjeuner est servi dans les chambres ou dans une grande salle de séjour devant une immense cheminée. On peut y manger le soir et je vous recommande le poulet, qui est élevé à la ferme.

Terres mayas

« À ce jour, nous (couple de jeunes dans la belle vingtaine) sommes envahis de questionnements à propos d’un désir de voyage au Mexique pendant une dizaine de jours à la fin du mois d’août 2015. Plus précisément, nous désirons savoir si cette période de l’année est aussi pluvieuse et humide que ce que nous avons entendu dire. Aussi, puisqu’il s’agit de notre premier périple en terres mayas, est-il préférable de préconiser des lieux tels que Cancún, ou plutôt de se rendre dans des contrées plus lointaines telles que Riviera Maya ou Tulum ? Enfin, devrait-on louer une voiture d’avance ou se déplacer en collectivo et autres transports collectifs ? Merci de votre réponse et, par la même occasion, de faire voyager vos lecteurs par la voie de la lecture ! Et comme le dit Georges Pernoud de l’émission Thalassa : "Bon vent !"»

Marion et Jefferson

Question vents et humidité, vous êtes dans cette partie du Mexique dans une zone qui peut l’être dans les semaines qui suivent. Mais comme la météo est devenue une dame qui n’en fait qu’à sa guise, le résultat est souvent illégitime et surprenant. Vous aurez chaud, cela est sûr, quoique… Pour ce qui est de la terre Maya, Cancún est une parodie de ces terres anciennes. Même chose pour Riviera Maya, qui, à part le nom, s’est propulsée il y a quelques années en terre de tout inclus aux luxes différents. Seule Tulum a encore un brin de sérénité archéologique dans ses ruines (sauf pour les milliers de touristes qui s’amassent chaque jour autour des pierres et qui ramassent quelques cailloux en croyant que ceux-ci ont assisté à un mariage ou à une séance de sacrifice, ce qui est interdit). Note au passage : presque tous les objets vendus sur le site ne sont pas issus des ruines, mais des ateliers de poterie qui ne sont jamais très loin.

Pour aller dans le maya plus traditionnel, voir Chichen Itza, Merida, Uxmal, Vallaloid, Calakmul (réserve), la route Puuc au sud d’Uxmal. Vous serez entre les singes-araignées et des locaux qui se souviennent.

Pour la location de voiture, elle est possible, mais pas conseillée. Les policiers sur la route essaient tant bien que mal de finir leur fin de mois. Vous pourriez faire partie de leur fin de mois. Vaut mieux opter pour les autocars qui font de grands parcours. Conseil : minimum de bagages et ne pas faire l’amigo avec n’importe qui. Et comme dit le proverbe inca : les pierres parlent mieux que les humains, il suffit d’écouter.

Égoportrait maladroit

J’ai reçu quelques courriels m’indiquant le manque de dignité de la part d’un député britannique qui s’est pris en selfie sur la plage de Sousse. À quelques jours du grave attentat qui s’y est déroulé, il est vrai que l’idée passe mal. Amran Hussain, candidat travailliste malheureux aux élections générales britanniques du 7 mai dans le North East Hampshire, a eu cette idée malheureuse qui bouleverse les médias sociaux. L’égoportrait (terme paraît-il inventé par mon collègue Fabien Deglise) de bord de mer ou en famille n’est pas un phénomène neuf. Mais combien de personnes ai-je vues se photographier à Auschwitz, Bückenwald, Hiroshima, Arromanches ou encore Tchernobyl ! Souvent devant des lieux ou symboles qui ont vu bien plus de victimes que Sousse. Dans cette ville, on vend même aux touristes le portrait du terroriste Seifeddine Rezgui, auteur du tragique attentat. L’égoportrait est là pour rester, peu importe la raison.

J’ai déjà vu des photos d’un député conservateur britannique qui tirait la langue devant une jeune femme totalement ventilée par l’alcool, sans trop de vêtements. Ceci n’est pas rassurant non plus.

À suivre

En France, la SNCF promet des tarifs spéciaux pour ce début d’été. Pour la première classe, on trouve des allers à 35 euros pour Montpellier, Nantes et Luxembourg. Stuttgart est décliné à 49 euros, et il existe un maximum de destinations à petits prix en première classe.

La 34e édition du Mondial des Cultures de Drummondville tire à sa fin. États-Unis, Mexique, Inde, Slovaquie, Espagne et bien d’autres pays sont présents. On y trouve aussi de la bouffe de différents pays et de l’artisanat qui peut plaire à celles et ceux qui ne font pas le déplacement dans le Sud si convoité. Yoga, méditation et spiritualité sont aussi au programme.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.