Les nouveaux modes de cuisson de l’été

La plaque à cuisson gagne en popularité depuis quelques années, au point de remplacer le bon vieux gril de barbecue dans certaines régions de l’Europe et des États-Unis.
Photo: Jeff Haynes Agence France-Presse La plaque à cuisson gagne en popularité depuis quelques années, au point de remplacer le bon vieux gril de barbecue dans certaines régions de l’Europe et des États-Unis.

Contrairement aux pays nordiques, où l’on utilise le barbecue toute l’année, le Québec est plus frileux sur l’utilisation de cette cuisson durant l’hiver. De nombreux pays s’en servent pourtant à longueur d’année. Par exemple, la Corée a élevé le gril au rang d’art et en a fait une pièce maîtresse de sa cuisine traditionnelle.

Une forte compétition s’est installée chez les fabricants, qui rivalisent de gadgets et accessoires à ajouter à son attirail. Souvent, cela ne contribue qu’à faire bondir la facture. Certains appareils combinent même les méthodes, comme le fumage, la cuisson lente, les plaques de cuisson. La grande majorité des consommateurs se sert du barbecue pour la viande, le poulet ou encore le saumon. Présentant de nombreux avantages, le gril reste sous-utilisé.

L’arrivée de la plancha

Cela fait longtemps que les Espagnols utilisent la plancha comme méthode de cuisson. Il s’agit de cuire les aliments sur une plaque de fonte chaude. Une grande variété de produits peuvent être déposés sur la plaque. La cuisson doit se faire à plat, rapidement et presque sans matière grasse. Une méthode qu’utilisent aussi les chefs dans leur restaurant, tant pour les petits-déjeuners que pour les repas plus gastronomiques.

Le grand avantage de cet appareil est l’effet de caramélisation obtenu. Une réaction mise au jour en 1911 par Louis Camille Maillard, qui a découvert que les acides aminés, en présence des sucres, favorisent la caramélisation et modifient favorablement le goût.

La plaque à cuisson gagne en popularité depuis quelques années, au point de remplacer le bon vieux gril de barbecue dans certaines régions de l’Europe et des États-Unis.

Pourtant, certains puristes considèrent encore que le Weber au charbon de bois n’offre rien d’équivalent sur le marché. Alimentée dans certains pays par l’électricité, on la retrouve au Canada alimentée par le gaz propane, que l’on utilise de façon habituelle pour tous les types de barbecue.

Depuis plusieurs années, les concepteurs de matériel de cuisson ont radicalement changé leur façon de faire. Finies les briquettes qui brûlent de l’oxyde de carbone : la mode est à la bonne répartition de chaleur. On cherche aussi à laisser écouler les gras sans les brûler. C’est un avantage qu’on retrouve aussi chez la plaque à cuisson de fonte épaisse, qui se nettoie en deux temps trois mouvements à l’eau.

Outre le fait de bien cuire de façon égale, le grand avantage des plaques de cuisson, plus chères que les barbecues classiques, demeure leur longévité. Lorsque bien entretenues, celles-ci peuvent durer jusqu’à 20 ou 30 ans. Du reste, après avoir utilisé une vraie plancha en fonte, il est difficile de revenir en arrière.

Impossible de résister au fait d’essayer une machine livrée chez vous, et puis de dire non merci si cela ne convient pas.

Le nouveau hibachi

 

Le petit hibachi classique a beaucoup voyagé, et était devenu un outil indispensable chez les familles québécoises. Mais Downtown Grill, une compagnie du Québec, vient tout juste de lancer un appareil électrique similaire, dont la puissance concurrence les barbecues à bois ou au gaz. Il peut chauffer jusqu’à 700 degrés en 10 minutes, permettant ainsi une cuisson rapide. Ce barbecue conçu ici offre une belle surface qui répond aux attentes. Le barbecue et la plancha changent de style pour satisfaire aux exigences du présent.

Où les trouver ?

Tous les centres de rénovation à travers le Québec. Assurez-vous du service et des pièces. Plancha Eno en fonte chez Desprès Laporte, Jardin de Ville. Maisons spécialisées dans la vente. Doyon, centres de rénovation, Costco, etc.

Petites recettes pour l’apéro

Collection Cuisiner!
Éditions Larousse
2015, 191 pages

À voir en vidéo