Se libérer de ses cordes

Le vouloir n’a pas sa place dans cette entreprise de lynchage de l’ego. Le kinbaku incite douloureusement au lâcher-prise.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le vouloir n’a pas sa place dans cette entreprise de lynchage de l’ego. Le kinbaku incite douloureusement au lâcher-prise.

HoMa, PQ — Me voici saucissonnée et suspendue à une poutre dans un dojo de kinbaku. Je peux hurler tant que je veux, même la grosse femme d’à côté s’en fiche, elle a l’habitude. Je me sens comme le Québec dans le Canada ou comme ces prosciuttos, pendus au plafond d’entrepôts immenses, que j’ai vus à Bologne. Je faisande ou je sèche, c’est selon. J’ai deux brassées qui m’attendent, une épicerie à faire, une pédicure en retard, des gens en apparence « normaux » à fréquenter et tout ce que j’ai trouvé à soutirer à ce dimanche, c’est cette séance à mi-chemin entre la curiosité et la crucifixion. Au fond, je suis bien judéo-chrétienne. Nous sommes tous un peu masos par héritage ou par inclination culturelle, qu’on le veuille ou non.

Ce serait plutôt non, en ce qui me concerne, mais depuis que j’ai vu Isabelle Hanikamu (un nom d’artiste) performer à la télé, une mouche m’a piquée. La noueuse de cordes de jute m’a lancé une invitation et je n’ai plus la conscience tranquille. Je ne suis ni casse-cou ni très hardie, mais cette torture de samouraï me semble à la fois alambiquée psychologiquement et soutenable physiquement. Et j’ai surtout envie de m’immiscer dans le monde du kinbaku, BDSM (bondage-domination-sado-masochisme) nippon, esthétique et sensuel, plus exotique aussi, sans le côté salace et un peu glauque auquel on associe généralement ces pratiques contraignantes. Je préfère les dojos aux donjons.

On dit kinbaku ou shibari, qui veut dire « attaché, lié », pour décrire l’art de ficeler les paquets, les cadeaux. Au Japon, la présentation est tout aussi importante que l’objet ; le moindre paquet de thé est offert d’une façon qui convie à la fois l’oeil et l’esprit, l’élégance et la patience, le respect aussi.

Même orientation pour le kinbaku, une forme de sexualité tourmentée qui atteint son paroxysme entre les deux oreilles et implique confiance, abandon et lâcher-prise, dans le respect de l’autre, mais en frôlant la limite, le girigiri.

Claustros et douillets s’abstenir

C’est sexuel ? « Qu’est-ce qui n’est pas sexuel ? », laisse tomber Isabelle. Cette grande et solide quinqua, née en France, émigrée au Québec il y a une douzaine d’années, rêve d’aller rejoindre son maître de kinbaku au Japon, à demeure. Elle le visite chaque année pour renouer avec lui. Depuis quatre ans, elle pratique tous les jours, sur elle-même et sur des modèles, surtout des femmes, les hommes étant plus hésitants « à accepter de vivre leurs faiblesses » au grand jour.

Pour Isabelle, le kinbaku fut une délivrance. « Cela fait moins de dix ans que j’ai accepté de vivre mes différences. Cela a été une libération. Je ne me suis pas vécue durant des années et j’étais autodestructrice, dépressive et suicidaire. Vaut mieux le vivre dans le dojo que dans la vie. Ma psy trouve que je vais mieux… » Effectivement, il est préférable de se passer la corde autour des jambes qu’autour du cou. Isabelle navigue autant du côté de la domination que de la soumission, aussi à l’aise et convaincante dans une position que dans l’autre.

La bulle intime dans laquelle elle nous entraîne est clairement sexuelle. Pas tant dans la gestuelle que dans le souffle, l’énergie, la pulsion, l’intention sous-jacente. La maîtresse de jeu reste avec son sujet, mais l’ensorcelle en silence. « Je suis une sorcière moderne », convient celle qui peut nous materner avec douceur et fermeté. Tout juste si elle ne fait pas « béquer bobo ».

Si ses « proies » prostrées recherchent une forme de sublimation des instincts par l’abandon et la sensualité des cordes, reste que la violence du lien, la douleur, la fermeté des entraves choquent nos sensibilités modernes. Nous sommes éduqués (du moins ici, en Occident) à nous concevoir libres. Se soumettre ainsi n’a rien de naturel et le tabou naît précisément de là, la honte d’y consentir et de le désirer aussi. La jouissance peut ne consister qu’en cela : aller à contre-courant. « J’offre un voyage. Les gens viennent chercher l’abandon et l’assurance de pouvoir se livrer en sécurité. »

 

Patience, ça viendra

« C’est une douleur acceptée, désirée et qui monte progressivement. On apprend à vivre avec la sensation », explique la dominatrice tatouée qui performe également sur elle-même afin de mieux ressentir la tension des cordes et d’exercer sa dextérité. « Les cordes et les tatouages, c’est très joli. Je m’attache souvent le soir et je tchatte avec des gens sur le Web », mentionne cette célibataire assumée dans sa sexualité transgressive. On s’attache et on déjeune ?

Je n’ai pas signé la feuille d’exonération de responsabilité qui la protège en cas de blessures ou DÉCÈS (c’est indiqué en gros), pour la tester. Isabelle a beau prétendre que la douleur génère des endorphines qui nous procurent de l’euphorie, après une dizaine de minutes à subir le poids de la gravité, je cherche le mot magique, le « safe word » sur lequel nous avons oublié de nous entendre. Je VEUX que ça cesse. Mais le vouloir n’a plus sa place ici.

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec cet univers, un « non » n’est pas un « non » pour indiquer qu’on arrête tout. La dominatrice semble mener le jeu, mais c’est le dominé qui décide, d’où l’importance de ce mot clé. J’essaie « Hiroshima mon amour », « Harper », « 911 », « Fuck »,« Tab… » et tout mon chapelet de sacres du dimanche, perdant toute contenance. Je suis en furie au bout de ma corde tandis qu’Isabelle s’extasie (elle jouit des yeux aussi) et que Jacques Nadeau m’encourage derrière sa lentille (le peuple aura ta peau).

En bonne dominatrice, elle installe son pouvoir sur moi et me fait goûter au girigiri, sur le fil du rasoir, testant la limite jusqu’au bout, quelques secondes supplémentaires.

Ces jeux interdits, mais consentis, ne sont pas pour moi (n’y pense même pas, chéri !), mais je comprends tout à fait en quoi ils sont pour d’autres avec, pourquoi pas, une petite séance de fouet ou de cire chaude pour ajouter un peu de zeste. La jouissance va jusqu’à admirer ses traces de cordes sur la peau et en garder l’empreinte quelques heures ou jours durant.

« Le corps ne garde pas la mémoire de la douleur physique », assure Isabelle. Par contre, l’ego n’oublie pas de sitôt l’affront qu’on lui a infligé. Somme toute, je vais continuer à méditer.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

Il était évident que pour obtenir cet effet, le maître avait passé beaucoup de temps. Ouvrir cette véritable œuvre d’art, en m’obligeant à utiliser mes doigts avec respect, fit naître en moi une profonde jouissance esthétique.

Pour défendre le masochisme, il faut d’abord souligner qu’il n’est pas l’apanage de quelques tordus, mais qu’il concerne tout le monde à des degrés divers. Le masochisme contient en outre une critique du concept de normalité […]

Testez votre libido

C’est une simple curiosité et ça vaut ce que ça vaut en terme de fiabilité. Mais on aime toujours se comparer. Pour rester dans la moyenne, l’étude américaine prétend que les baby-boomers coucheraient (ce n’est pas terminé) avec 11 partenaires durant toute leur vie, 10 pour les Gen X et 8 pour les Y. Maintenant, il faudrait s’entendre sur la définition de «coucher»… Si vous voulez savoir où vous vous situez, c’est ici et on répond à trois questions… sans tricher.

Lu sur le blogue Les 400 culs  (Libération), d’Agnès Giard, spécialiste de l’érotisme japonais : « La technique du shibari repose sur le même principe : celle du déconditionnement. Il s’agit de mettre fin aux postures et aux faux-semblants. Les individus se protègent toujours derrière un arsenal d’attitudes et de mots qui leur donnent l’impression d’exister en tant que personne. Le shibari vise à briser ces défenses et c’est pourquoi ceux qui font du shibari une sorte d’art décoratif visant à “sublimer le corps” se trompent. La beauté du shibari n’est pas destinée à mettre en valeur une personne, mais bien plutôt à la détruire. Ou du moins détruire l’illusion qu’elle a d’être “elle-même”. »  


Noté que le cinquième « bondage pique-nique » aura lieu ce dimanche 28 juin à 11 h au parc Maisonneuve, à Montréal. Des amateurs de kinbaku s’exerceront en plein air et vous pouvez essayer aussi. C’est gratuit et on annonce du beau temps. Apportez pique-nique et cordes de jute ou votre appareil photo, si vous êtes simplement voyeurs. Perso, je laisserais mes enfants chez leurs grands-parents, mais, je vous connais, vous y auriez pensé tout seul. Isabelle donne des cours à ceux qui voudraient s’initier. À ne pas faire à la maison sans instructions !

 

Reçu le nouveau coffret de trois bouquins d’Alejandro Jodorowsky, Le génial extravagant (Albin Michel). Pour ceux qui ne connaissent pas Jodo, ce cinéaste chilien, dramaturge, tarologue (il m’a déjà tirée au tarot au téléphone !), romancier, comédien, voici trois ouvrages qui résument bien son parcours : La danse de la réalité, Le théâtre de la guérison et La sagesse des contes. En fait, toute son oeuvre balsamique vise à accéder à sa vérité. Jodo, sorcier et conteur, a essayé toutes les façons de faire tomber les masques et de percevoir la « réalité » autrement, de trouver son « Dieu intérieur », y compris par la magie et la sorcellerie. Un disciple de la chute de l’ego dans sa plus franche et fantaisiste expression.

9 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 26 juin 2015 03 h 03

    Pratiqué pas des gens honnêtes et compétents

    Vous dites que le corps garde en memoire la douleur, ne dit on pas que le corps est la mémoire par excellence que c'est dans notre corps que sont inscrits la plupart de nos émotions, voila selon moi ce qui est important d'apprendre, je crois beaucoup a ces disciplines ou on fait appels au corps, en fait je crois beaucoup aux jeux de rôle, meme s'ils ne sont pas encore très connus, le seul bé mol il faut que ce soit pratiqué par des gens honnetes et compétents car ils peuvent aussi bien construire que de déconstruire

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 26 juin 2015 06 h 32

    Quand

    Quand on ne sais pas «qui» on est, on cherche dans les artifices.

    PL

  • Jacques Gagnon - Inscrit 26 juin 2015 10 h 48

    Non

    Non

  • David Cormier - Abonné 26 juin 2015 12 h 27

    Il serait temps de passer à autre chose

    Si seulement Le Devoir pouvait utiliser ce précieux espace d'une pleine page dans l'édition du vendredi à autre chose qu'à fournir une vitrine à cette chroniqueuse égocentrique qui aime tellement se mettre en scène!

  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 26 juin 2015 14 h 43

    Franchement

    c'est sérieux ou une attrappe ...