Bulletin de l’opposition

Alexandre Cloutier (Lac-Saint-Jean) a été la révélation de la course à la chefferie du PQ, qui lui a valu une hausse de popularité fulgurante. Il a fait un réel effort pour avancer des propositions novatrices, notamment en matière d’éducation, mais il a surtout réussi à incarner aux yeux de plusieurs le renouveau dont le parti avait besoin. A

Françoise David (Gouin) demeure la députée québécoise la plus appréciée, selon le dernier baromètre des personnalités politiques Léger-Le Devoir-Le Journal de Montréal. Son projet de loi visant à interdire l’éviction des locataires âgés qui sont dans l’incapacité de payer leur loyer a franchi l’étape de l’adoption de principe. Elle est la principale artisane de la politique visant à contrer le harcèlement budgétaire à l’Assemblée nationale. A

Jean-François Lisée (Rosemont) a peut-être quitté la course prématurément, mais il a eu le courage d’assumer ses opinions sur la situation de conflit d’intérêts de PKP en refusant de siéger à la commission parlementaire sur le code d’éthique. À l’Assemblée nationale, il a été le meilleur député d’opposition, tous partis confondus. Il a complètement déculotté le gouvernement sur sa politique de lutte contre l’itinérance et sur la hausse de tarifs dans les CHSLD. A-

Faire face à un taupin comme Gaétan Barrette n’est pas une tâche facile. Diane Lamarre (Taillon) a semblé un peu intimidée au départ, mais elle a fait une critique très pertinente du projet de loi 20, notamment en ce qui concerne la procréation assistée. Elle avait parfaitement raison de voir un retour de la « prime Bolduc » dans l’entente qui a été signée avec les omnipraticiens. B

Contrairement à Mme Lamarre, qui est issue du milieu de la santé, François Paradis (Lévis) est un communicateur de métier qui donne parfois l’impression que la forme l’emporte sur le fond, mais ses interventions n’en sont pas moins efficaces. B

Le passé d’enseignant de Jean-François Roberge (Chambly) le sert bien face à François Blais. Alors que le ministre de l’Éducation semble toujours prendre de haut l’inquiétude que les compressions budgétaires provoquent dans le milieu scolaire, M. Roberge semble sincèrement préoccupé par le sort des élèves qui éprouvent des difficultés. B

 

Porte-parole de la gauche du PQ, Martine Ouellet (Vachon) avait les positions les plus claires durant la course à la chefferie, y compris sur l’échéancier référendaire. Elle et son collègue Sylvain Gaudreault (Jonquière) peuvent considérer comme une victoire d’avoir vendu leur position sur le projet Énergie Est à leur nouveau chef, qui disait pourtant la trouver simpliste. B

Stéphane Bédard (Chicoutimi) a monté la garde efficacement durant la course à la chefferie. À titre de leader parlementaire, c’est son devoir de défendre son chef, que les libéraux ne lâcheront pas d’une semelle, mais ses attaques contre le jurisconsulte de l’Assemblée nationale étaient nettement exagérées. B-

Le « shérif » de la CAQ, Éric Caire (La Peltrie) a beau réclamer à répétition une enquête publique sur la gestion des projets de technologie de l’information du gouvernement, dont il évalue les dépassements à près de 3 milliards, le dossier ne lève toujours pas dans l’opinion publique. C

Agnès Maltais (Taschereau) n’a eu aucun mal à embarrasser la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, avec la question du tchador, mais un peu plus de sérénité à l’occasion ne ferait pas de tort. Elle a cependant eu le bon réflexe en portant officiellement plainte contre la nouvelle politique de collecte des ordures du maire Labeaume. C

 

Il est trop facile de dénoncer les compressions budgétaires tout en insistant pour que le déficit zéro soit atteint dès cette année. À l’époque où il était ministre des Finances, Nicolas Marceau (Rousseau) n’était même pas venu près de respecter son propre échéancier de retour à l’équilibre. C-

Spectaculaire démonstration du blocage de la « troisième voie », la défaite dans Chauveau a été un coup très dur coup pour François Legault (L’Assomption), qui s’était totalement investi dans l’élection partielle. La CAQ n’arrive pas à se faire entendre, au point où son chef a même admis avoir songé à quitter la politique. Ce n’était cependant pas une raison pour passer sa frustration sur les électeurs ni pour déclarer qu’il avait eu de graves raisons pour retirer son poste de leader parlementaire à Gérard Deltell sans préciser ce qu’il lui reprochait, autorisant ainsi tous les soupçons. D

Déjà handicapé par sa charte de la laïcité, Bernard Drainville (Marie-Victorin) a commis une grave erreur de positionnement dès le début de la course à la chefferie en renvoyant la tenue d’un référendum à un deuxième mandat. Après avoir qualifié Pierre Karl Péladeau de « mirage » et lui avoir reproché de demander un chèque en blanc aux membres du PQ, il s’est rallié à sa candidature quand il a réalisé qu’il risquait de terminer troisième, laissant en plan les députés qui l’avaient appuyé. D

P.-S. Comme d’habitude, à l’instar du premier ministre, le chef de l’opposition officielle est dispensé de bulletin.

7 commentaires
  • Yvon Bureau - Abonné 18 juin 2015 07 h 18

    Véronique Hivon A

    Pour l'ensemble de son être et de son agir politiques.

    Pour son appui à A, Alexandre Cloutier.

    Pour sa continuité de présence noble et digne à la Loi concernant les soins de fin de vie.

    • Lise Bélanger - Abonnée 18 juin 2015 08 h 00

      Bien d'accord et ainsi de suite....

      Ça ne me tente même plus de répondre à M. David dont les bonnes notes exagérées au parti au pouvoir et le contraire au PQ mine sa crédibilité d'objectivité en ce qui me concerne.

      Sa pensée est bien cristalisée. Je ne le suis plus.

    • Jacques Boulanger - Inscrit 18 juin 2015 09 h 11

      Effectivement, gros oubli. Comment le chroniqueur a-t-il fait pour passer à côté ?

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 18 juin 2015 09 h 21

      Mme Bélanger, le but des commentaires n'est pas d'être d'accord avec M. David, c'est d'exprimer notre prise de conscience face à ce qui se passe.

      Ne lâchez pas prise madame, le cristal de votre pensée est nécessaire à tous.

      Bonne journée.

      PL

    • Sylvain Auclair - Abonné 18 juin 2015 12 h 31

      Des deux côtés, des gens on des A, des B, des C et des D.

  • Johanne St-Amour - Abonnée 18 juin 2015 08 h 44

    Françoise David et une véritable politique égalitaire

    Bien sûr que Françoise David défend des dossiers honorables. Mais je ne lui donnerai jamais un A, notamment avec cette décision au dernier congrès de QS de cautionner la prostitution! Plusieurs pays dont la Suède, la Norvège, l'Islande, l'Irlande du Nord, la Corée du Sud, la France, comme le Canada, ont catégoriquement déclaré que la prostitution était une violence faite aux femmes. Répondant à ses militants pro-prostitution qui baigne dans l'entourage de Françoise David depuis sa présidence de la FFQ, son parti fait maintenant des pieds et des mains pour tenter d'éliminer ce qu'ils considèrent comme des irritants à la loi C-36. Pour un parti qui se dit progressiste et féministe: on repassera!

    • Patrick Boulanger - Abonné 18 juin 2015 17 h 41

      Mme Saint-Amour, les fémistes sont divisées sur la question de la prostitution. Et vous savez... QS est également divisé sur cette question-là (entre les féministes abolitionnistes et les féministes réglementaristes). Par ailleurs, bien que je ne m'y connais vraiment pas sur cette question-là, J'ai l'impression que vous faites les coins bien ronds en présentant les féministes réglementaristes comme des féministes pro-prostitution. Qu'en pensez-vous?