Le centenaire d’une boisson pharmaceutique devenue Coca-Cola

La recette de base du Coca-Cola est demeurée intacte de sa création jusqu'à la fin du XIXe siècle.
Photo: iStock La recette de base du Coca-Cola est demeurée intacte de sa création jusqu'à la fin du XIXe siècle.

Le pharmacien John Pemberton, d’Atlanta, concepteur de la célèbre boisson Coca-Cola, n’imaginait certainement pas que la tout aussi célèbre bouteille obtiendrait le succès mondial que l’on connaît.

La boisson fut d’abord vendue en carafe, en 1886, avant l’apparition de la première version de la bouteille, en 1916, qui arborait le logo de la firme moulé dans le verre. Ce changement eut lieu à la suite d’un concours national lancé par la compagnie Coca-Cola.

Une recette secrète

L’histoire raconte que l’Américain John Pemberton se serait inspiré, au départ, de la recette d’Angelo Mariani, un chimiste français qui avait créé une boisson alcoolique avec du vin de Bordeaux et des feuilles de coca, en 1863. Une recette concoctée à base de damiana — une plante dont on vantait les pouvoirs aphrodisiaques — de feuilles de coca et de noix de kola. Ce « French Wine Cola » sera vendu tel quel dans sa pharmacie, jusqu’à sa mort en 1888.

En 1885, le maire d’Atlanta avait organisé un référendum afin d’interdire la vente de toute boisson alcoolique dans la ville. Déjà malade, Pemberton, un vétéran de la guerre de Sécession, s’associe à Frank Robinson, comptable de son État, pour créer la Pemberton Chemical Company et lancer officiellement le Coca-Cola, un soda sans alcool qui goûte le bourbon.

Plus tard, le 6 juin 1887, Pemberton fait inscrire la compagnie au registre du commerce aux dépens de ses anciens associés et devient ainsi le seul titulaire de la marque déposée.

La même année, profitant de l’aggravation de la maladie de Pemberton, son ancien associé Robinson et l’homme d’affaires Asa Griggs Candler rachètent de force l’entreprise au pharmacien pour 2300 $ et décident de lancer véritablement la boisson. Le Coca-Cola vient de naître et la recette de base va demeurer intacte jusqu’à la fin du XIXe siècle.

Un développement mondial

Officiellement, la boisson ne contient plus de cocaïne depuis 1903, mais on en retrouve quelques traces lors d’un contrôle effectué en 1929 par la US Food and Drug Administration. À l’époque de sa création, un verre de Coca-Cola contenait neuf milligrammes de cocaïne. Aussi, tout au début, Pemberton servait sa boisson à la fontaine et ajoutait du sirop à l’eau gazeuse.

Une fois la feuille de coca retirée de la recette, c’est la caféine qui sera mise en cause dans la boisson et qui va influencer tout le catalogage nutritionnel, y compris la loi états-unienne sur l’étiquetage, dès les années 1930.

En 1918, à la fin de la Première Guerre mondiale, avec l’armée américaine, les premières bouteilles de Coke feront leur apparition en France, à Bordeaux, ville de vin qui verra arriver des tonneaux de sirop foncé auquel on ajoutera alors un soda gazeux, ou parfois de l’eau de Seltz. En 1921 s’établira en France la production de Coca-Cola en bouteilles et en canettes.

Mais c’est le Troisième Reich qui deviendra le deuxième consommateur mondial de Coca-Cola après les États-Unis. À Berlin, lors d’une exposition dédiée aux ouvriers du troisième Reich en 1937, le Coke vole la vedette et devient une boisson populaire recherchée.

Une stratégie de développement s’impose alors en Europe. Durant la Deuxième Guerre mondiale, un décret sera même voté par l’administration Roosevelt pour permettre à la firme de devenir boisson de guerre et ainsi éviter les restrictions sur le sucre aux États-Unis et en Europe.

Cent ans plus tard

À la fin de la guerre, la petite bouteille abondamment copiée, imitée, prendra un essor international pour se retrouver partout sur la planète et devenir ce qu’est le Coca-Cola d’aujourd’hui, fabriqué par une énorme multinationale.

Cent ans plus tard, le Coca-Cola fait partie du quotidien de bien des gens et les consommateurs sont toujours partagés entre le Coke et l’autre soda tout aussi populaire, Pepsi-Cola. Le Coke original, maintenant centenaire, a donné lieu à une multitude de rejetons, dont certains se sont avérés sans intérêt.

Le Coca-Cola s’offre une jolie fête dans plus de 100 pays. Cette boisson parmi les produits les plus publicisés a passionné des artistes comme Picasso, Jean-Paul Gaultier ou Paul Smith. Elle est représentée autant par le père Noël que par le sport ou les arts.

Coca-Cola pétille, comme le ferait un grand champagne millésimé, à la mémoire de son créateur John Pemberton.

Découverte

Grand Prix des boulangers artisans 2015

Quatre boulangers renommés de Montréal s’affronteront dans une compétition amicale les 31 mai et 1er juin : Laurent Agliata (L’Amour du pain), Charles Létang (Mamie Clafoutis), Quentin Locuratolo (Le pain dans les voiles) et Gérald Loersch (Première Moisson).

Devant juges et public, ils devront tout faire, de la pâte à la cuisson des pains et des viennoiseries. C’est au Palais des congrès de Montréal.

Dans la bibliothèque

Les meilleures recettes de pain autour du monde
Éditions Marabout 2015, 416 pages

Voilà un ouvrage complet sur l’histoire du pain dans le monde. Les recettes sont réparties en niveaux de difficulté de 1 à 3. On y retrouve aussi des techniques de plusieurs pays, dont certaines font ressortir la présence de blés anciens redevenus très à la mode, comme l’épeautre.