Tous ensemble pour un week-end horticole

Au carrefour du Jardin botanique, vous trouverez des horticulteurs pour répondre à vos questions, mais la vente de végétaux du Jardin se fera à la boutique L’Orchidée.
Photo: Mathieu Rivard Au carrefour du Jardin botanique, vous trouverez des horticulteurs pour répondre à vos questions, mais la vente de végétaux du Jardin se fera à la boutique L’Orchidée.

Quelques jours avant l’ouverture, des kiosques blancs s’alignent graduellement le long du chemin de ceinture, serrés les uns contre les autres, non loin de l’entrée. On dirait un village de légionnaires qui s’érige, mais ici s’installeront jardiniers, horticulteurs, sociétés d’horticulture, herboristes et artisans, heureux de se retrouver, car c’est le Rendez-vous horticole de l’année, mais tout aussi contents de revoir et de rencontrer les amateurs.

Jardin botanique

Au carrefour du Jardin botanique, vous trouverez des horticulteurs pour répondre à vos questions, mais la vente de végétaux du Jardin se fera à la boutique L’Orchidée. Et, triste nouvelle pour les amateurs et les producteurs qui profitaient de l’occasion, une fois par année, pour s’approvisionner en plantes parfois uniques et rares qui provenaient des collections, ce sera leur dernière chance de le faire. En cette période d’austérité, la masse salariale des employés devant être réduite de 5 %, le Jardin botanique a dû prendre la difficile décision d’éliminer les activités périphériques, dont, entre autres, la production et la vente pour le Rendez-vous horticole. Logiquement, la direction a fait le choix de se recentrer sur ses missions : la conservation, l’éducation et la recherche. Donc, pour une dernière fois au Rendez-vous, une trentaine d’espèces de vivaces pour le soleil seront proposées, environ 25 espèces d’annuelles, 8 cultivars d’hémérocalles et peut-être des fines herbes, des plantes d’ombre et des arbustes, mais en petit nombre. Toutes des plantes qui étaient déjà en production en début d’année et qui sont simplement écoulées. Une page d’histoire vient d’être tournée. Toutefois, y aurait-il une solution pour ne pas qu’elle se referme ? Sur le même thème de l’austérité, des coupes ont également dû être effectuées dans le personnel. Souhaitons qu’elles n’aient pas trop de répercussions sur la qualité des collections et des jardins, car, après tout, l’horticulture est un domaine où les ordinateurs peuvent rarement remplacer les gens.

Les végétaux

Vous souhaitez naturaliser une zone de votre terrain ? Deux exposants qui se spécialisent dans les plantes indigènes pourraient vous être utiles : l’entreprise Horticulture Indigo, qui a fêté ses 30 ans l’année dernière, et Arboquecium, plus récent dans le paysage et plus tourné vers les arbres et les arbustes. Pour les amateurs de paysages comestibles — une tendance que je souhaite voir s’ancrer —, cinq jeunes entreprises d’aménagement seront sur place pour vous conseiller : Croque Paysage, Paysage gourmand, Semis urbains, Nature vivante et Les Urbainculteurs, pionnier en la matière. Toujours dans la bouffe, si vous recherchez des arbres à noix, il faut passer à la pépinière Casse-noisette et s’arrêter au Club des producteurs de noix comestibles du Québec. Pour les arbres fruitiers, les arbustes et les arbres, il faut visiter la Pépinière ancestrale, et pour le raisin de table, Vignes chez soi ; les deux ont une sélection intéressante. Vous désirez des légumes et des fines herbes ? Les spécialistes d’aménagement comestible en offrent, même l’École des métiers de l’horticulture de Montréal. Un incontournable à ce propos est la ferme Tourne-sol. Vous aimez les champignons ? Visitez Violons et champignons, qui se fera un plaisir de vous conseiller des espèces faciles à faire pousser. Pour les vivaces, les Jardins Balmoral du Nouveau-Brunswick arrivent toujours avec des plantes surprenantes, et Solos Vivaces ne cède pas sa place non plus. Seront aussi présents nos producteurs aguerris, tels Jardins Michel Corbeil et Jardins Osiris, deux piliers des vivaces au Québec qui à eux deux cumulent plus d’une soixantaine d’années d’expérience. Enfin, pour votre information, sachez que même parmi les vivaces on trouve des espèces comestibles : les hémérocalles, les monardes, les hostas…

Un dernier petit blitz sur ce que vous pourrez trouver de plus au Rendez-vous horticole : des éricacées et des écrans vivants à la Pépinière Villeneuve, des tapis de fougères chez Bryophyta (un produit récent sur le marché), des plantes alpines chez Alpineeium, des plantes aquatiques chez Aquafolia, des rosiers rustiques chez Rosiers rustiques, des plantes tropicales chez Flora Exotica, au Paradis des orchidées et chez Brugmansia-Québec, qui vend de superbes brugmansias évidemment, mais qui propose également un choix de figuiers fascinants.

Un conseil : dans les platebandes et même au potager, on a avantage à favoriser la biodiversité afin de diminuer les risques d’infestation, d’attirer les prédateurs ainsi que les pollinisateurs. On y mêle donc avec plaisir, et un peu de doigté, arbustes, vivaces, annuelles, légumes et fines herbes.

 

Produits et accessoires

Pour la première fois, un producteur de prédateurs sera sur place, Anatis Bioprotection. C’est l’occasion de mieux comprendre la lutte biologique à l’aide d’insectes et de vérifier si vous souhaitez vous lancer dans l’aventure. Ensuite, Vert Métal propose des murs végétaux d’intérieur de facture design et moderne montés dans un cadre d’acier inoxydable. Bois McNeil, une nouvelle entreprise présente pour la première fois au Rendez-vous, expose ses jardinières, ses caissons et ses bacs de bois vintage. Je prédis qu’ils vont faire sensation. Puis, Lee Valley, un spécialiste canadien d’outils de jardinage, sera sur place pour une première fois lui aussi. Il va offrir 15 % sur les commandes et aura quelques accessoires dans son kiosque.

Conférences

Des spécialistes de renom du monde horticole québécois vont donner des conférences au cours des trois jours du Rendez-vous, à 11 h, à 13 h et à 15 h. Voici quelques exemples pour vous donner un avant-goût : Lili Michaud le vendredi à 11 h, sur la culture des fines herbes ; Albert Mondor le samedi à 11 h sur le thème «Cactus et succulente en pot et au jardin» ; Larry Hodgson le samedi à 13 h sur le jardin comestible ; Bertrand Dumont le samedi à 15 h sur la plantation du bon arbre au bon endroit.

Événements

Cultiver Montréal

Cultiver Montréal invite tout au cours du mois de mai à participer aux différentes foires agricoles urbaines qui se déroulent sur l’île. C’est l’occasion de se procurer semis et semences locales, de s’inscrire à un jardin collectif et de profiter de conseils d’experts et d’ateliers.

Plantcatching

Plantcatching organise pour une deuxième année un grand événement d’échange sympathique de plantes, de semis, de semences… Cette fois, il aura lieu à la Maisonnette des parents, en la présence d’Albert Mondor, qui se fait toujours un plaisir de répondre aux questions et de fournir quelques plantes pour le tirage de la fin. Pour participer, on inscrit nos plantes sur le site Web de Plantcatching et on se présente à 9 h le 24 mai aux locaux de la Maisonnette, au 6651, boulevard Saint-Laurent à Montréal.

Dans la bibliothèque

Le Truffaut du jardin écologique
Ouvrage collectif
Larousse, 2015, 287 pages

Visuellement, c’est un très beau livre, en plus d’être une mine d’informations impressionnante! Ce guide regroupe toutes les techniques et méthodes de jardinage biologique appliquées aujourd’hui et testées par des experts français. Il donne aussi des solutions fiables pour cultiver autant les fleurs que les légumes et les fruits et amène à voir le jardin dans son environnement naturel. Un incontournable.

Au jardin cette semaine

Au potager, on continue les semis avec les bettes cardes, les betteraves, les carottes, le cresson de fontaine, et on plante les artichauts, les brocolis, les choux et les choux de Bruxelles. Également, on prend tout de suite le contrôle sur les indésirables pendant qu’elles sont jeunes et tendres, et faciles à arracher. Dans les platebandes et les potagers, on le fait à la main ou avec des outils, mais dans les pavés, on peut utiliser des produits spécialisés. Au jardin, le printemps est la saison idéale pour la division de la plupart des vivaces, cela permet de les propager, mais aussi de les rajeunir. Pour ce faire?: extraire la souche avec une bonne motte de terre à l’aide d’une bêche, la déposer sur le sol, et la diviser d’un bon coup de bêche à la verticale. On replante, sans trop laisser traîner les divisions, et on arrose.