Résister

Depuis un long moment, j’observe s’accumuler sous notre nez des opérations policières pour le moins fortes de café.

On aura tout vu. Des coups portés contre de simples citoyens avec les poings, les coudes ou les pieds. Les Taser, le poivre de Cayenne. Les bombes assourdissantes. Les matraques dernier cri, garcettes d’aujourd’hui destinées à réprimer jusqu’au moindre son qui oserait jaillir des larynx irrités préalablement par l’usage de gaz.

Faut-il apprécier la modernité des Flash-ball et l’élégance avec laquelle le kevlar rehausse désormais les treillis militaires qui tiennent lieu d’uniforme à la police ?

J’observe avec des frissons ces raffinements propres à cette nouvelle « police de proximité » dont on nous a tant seriné par le passé la douce bienveillance. Derrière les paravents constitués de boucliers policiers, ce pays demeure malgré tout plongé dans sa léthargie, comme s’il n’arrivait pas à se sortir d’une longue convalescence de lui-même.

Rien n’est parfait, bien sûr. La police elle-même le reconnaît. Il y aurait par exemple à Montréal trop peu d’armes à décharges électriques. D’ailleurs, des policiers s’en plaignent. La métropole québécoise comptait en début d’année seulement 76 Taser, contre 500 à Toronto ou 468 à Calgary et 200 à Vancouver. Imaginez les possibilités offertes à cette même justice en arme si elle se trouvait soudain mieux équipée ?

Afin que les membres de la puissante corporation des policiers soient mieux préparés « pour gérer les situations comportant un haut niveau de stress », leur formation sera au moins améliorée, annonçait l’école de police. Ce qui devrait, promet-on il y a quelques jours, « permettre notamment d’améliorer le comportement des agents lors des manifestations ».

Est-ce à dire que la formation actuelle s’avère insuffisante, que les actions qui en découlent apparaissent pour le moins compromettantes ? Le rapport Ménard sur les événements du printemps 2012 le laissait entendre. Il fut balayé sous le tapis, puis roulé avec le tapis lui-même, afin de débarrasser le plancher et ainsi faire place à un avenir dégagé prêt à être de nouveau foulé aux pieds.

« Si vous désirez une image de l’avenir, imaginez une botte piétinant un visage humain », disait Orwell. Nous n’en sommes quand même pas rendus à vivre dans un État policier. Il n’empêche que, par moments, à force d’arbitraire, on s’y croirait.

Les policiers peuvent-ils frapper à coups de poing un simple citoyen ? Qu’importe ce que disent les codes de conduite officiels en la matière puisque des vidéos amateurs nous confirment régulièrement qu’ils le font sans raison.

Le maire Coderre a beau réfléchir à la possibilité pour Montréal de filmer toutes les actions des policiers afin de mieux les encadrer, il faut d’abord reconnaître que cette police sait de plus en plus y faire en matière de répression.

Réprimée elle-même dans ses revendications, la police justifie-t-elle désormais son existence par ses excès ? Ou est-ce plutôt un discours politique marécageux qui l’encourage à ce point dans ses élans autoritaires et punitifs ?

Il est facile de voir qu’ici comme ailleurs le durcissement de la police à l’occasion de manifestations d’insatisfactions sociales tient à des circonstances historiques. L’appareil répressif n’existe pas entre parenthèses, coupé du monde et de ceux qui confortent à travers lui le pouvoir de leurs idées.

Le sociologue Guy Rocher avait bien raison, la semaine dernière, de tancer le ministre de l’Éducation, François Blais. Oui, comme l’indique Rocher, ce ministre ferait bien de s’inspirer de quelques idées généreuses, celles de la jeunesse notamment, plutôt que d’envisager l’éducation comme une simple affaire de réussite individuelle liée à une répression collective.

Mais le problème est que le ministre François Blais n’est pas seul à applaudir à l’idée qu’on fasse « des exemples » de quelques réfractaires et qu’on instrumentalise du coup le droit. Ils sont nombreux ceux qui n’aspirent qu’à servir les appétits d’autres dont le programme consiste à se vautrer avec quelques amis dans l’assiette au beurre.

Depuis des années, on regrette en cantate, sur tous les tons, que la jeunesse ne vote pas, qu’elle ne s’intéresse pas à la vie politique. On râle devant ce qui apparaît comme sa dépolitisation massive. Mais dès qu’un élan apparaît, dès qu’une conscience sociale se manifeste, on s’empresse de la nier et de renvoyer tout un chacun à la seule contemplation de son nombril.

Qui a avantage à faire croire ainsi que la société n’est plus qu’une coalition d’individus atomisés, réunis au mieux par des octets, quelque part dans le noir de l’éther du Net ? Les aspirations d’une population ne se cadastrent pourtant pas en sondages ou en formules de 140 caractères liées à une adresse personnelle que l’on peut aimer ou pas.

Une majorité de citoyens étaient en train de regarder une partie de hockey quand la loi C-51 a été adoptée la semaine dernière. Peu de gens se sont souciés jusqu’ici de cette loi antiterroriste à très large spectre d’action, alors qu’elle est pourtant dénoncée par un aréopage de défenseurs des libertés civiles. Sous prétexte d’offrir plus de sécurité, on s’emploie désormais à écouter, espionner, surveiller et réprimer les libertés dans une société de plus en plus livrée à l’arbitraire policier. Mais n’est-ce pas pourtant au nom de la défense des libertés qu’il faut savoir résister autant contre les menaces terroristes que celles des nouvelles polices ?

18 commentaires
  • Gaston Bourdages - Inscrit 11 mai 2015 05 h 37

    Vous avez déjà fait, monsieur Nadeau, le...

    ...décompte du nombre possible de visages que le pouvoir peut avoir ? Je corrige...«le nombre possible de visages que l'Homme peut donner au(x) pouvoir(s)?»
    Suis-je dans le champ à penser que nous sommes à une époque de grande violence et dont ses manifestations se veulent d'une telle subtilité !?
    Dans une conférence donnée à l'U.Q.A.R. dernièrement, je citais feu monsieur Sartre qui en 1948, dans «Situations II» a écrit: «La violence, sous quelque forme qu'elle se manifeste, est un échec»
    La violence policière est aussi un échec tout comme le sont celles verbale, celle psychologique. Certains silences peuvent même être violents.
    La dignité humaine est si inconfortable lorsque en présence de violence...
    Le mot «résister» me fait penser au Mahatma Gandhi, à Martin Luther King, au Christ.
    Mes respects,
    Gaston Bourdages,
    Auteur - Conférencier.

  • Denis Paquette - Abonné 11 mai 2015 07 h 19

    N,avons nous pas tous en dedans de nous, tous ce qu'il faut pour devenir des tyrans

    C'était prévisible avec l'apparition de toutes les approches de sécurité prétendant posséder des moyens infaillibles, comme si les humains n'étaient que des sortes de robots, nous devons admettre que cette approche est mondiale, de laisser les experts décider, combien de monstres en émergeront-ils, n'avons-nous pas tous en dedans de nous, ce qu'il faut pour devenir des Hitlers

  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 11 mai 2015 08 h 45

    17 paragraphes...avec alinéas bien prononcés...

    dont le décompte et l'exactitude des faits en font un texte exemplaire des dérives
    de notre société ...livrée à une mondialisation "affairiste", "sournoise" et "arbitraire".

    Merci m. Nadeau ... d'être libre de penser...mais surtout de le dire et de l'écrire.

  • Richard Bouchard - Abonné 11 mai 2015 09 h 07

    Léthargie sociale

    Faudra attendre que la botte piétine plus de visages pour déclasser la soirée du hockey.

  • Patricia Posadas - Abonnée 11 mai 2015 09 h 19

    Merci beaucoup

    Ce texte me fait du bien, même s'il souligne ma terrible inquiétude. Votre indignation est salutaire et nous devrions toutes et tous être ainsi indignés. En cette terrible période d'austère autoritarisme, il faut se tourner vers des voix comme la vôtre et relire aussi des penseurs comme Jaurès, par exemple.
    La situation est terriblement inquiétante. Nous glissons vers une forme nouvelle de fascisme, nous sommes soumis au règne d'une démocratie qui me fait penser à la fin du premier film des Ghostsbusters dans lequel Gozer le Gozérien déclarait ceci: Choisissez votre destructeur et périssez! L'un des chasseurs de fantômes avait alors choisi the Marshmallow Man, une figure rassurante et débonnaire, qui se transforme, dans ce film prémonitoire - ;O) -, en monstre apocalyptique. Tant Harper que Couillard présentent les traits débonnaires de celui que l'on ne doit pas craindre mais leurs actions, depuis qu'ils sont au pouvoir, détruisent une société qui, bien qu'imparfaite, était vraiment l'une des meilleures en Amérique du Nord.