Le français au Japon

Les cerisiers sont en fleurs au Japon et c’était, samedi, la fête de la Francophonie à l’Institut français de Tokyo. Il y est venu près de 1000 personnes pour picorer parmi la dizaine de kiosques culinaires, écouter de la musique francophone ou participer au concours de karaoké en français.

Pour ma part, j’avais une autre bonne raison d’en être puisque, quatre jours plus tôt, j’avais donné la dernière de quatre conférences sur la langue française, également présentées à Osaka et à Nagoya. (Divulgation complète : la tournée, organisée par la Délégation générale du Québec à Tokyo à l’invitation de la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, était entièrement aux frais des contribuables québécois.)

Il s’agit de mon deuxième séjour au Japon. En 2008, la Délégation m’avait invité lors de la parution de mon livre sur la langue française dans sa version japonaise. Cette fois-ci, Marc Béliveau, l’attaché aux affaires publiques de la Délégation, m’a surpris en m’obtenant quatre interviews avec des médias francophones du Japon, dont le service français de NHK-Monde et lepetitjournal.com édition de Tokyo.

Les Japonais et le français

La première langue étrangère qui intéresse les Japonais est habituellement l’anglais, mais sur les devantures des magasins, on observe trois langues : le japonais, l’anglais et le français.

Ils seraient 800 000 francophones au Japon selon l’Observatoire de la langue française. C’est une estimation. Le chiffre solide concerne les 180 000 étudiants japonais inscrits à des cours de français. En fait, le français est très présent chez les Japonais éduqués. À la kanteï (la résidence du premier ministre), un conseiller ministériel, qui me priait d’excuser son ignorance du français, a été très surpris d’apprendre que sa secrétaire le parlait très bien : elle m’avait accueilli en français et nous avons conversé un brin. Lui l’ignorait.

Ce n’est pas la seule surprise du genre. Le gouverneur de Tokyo, Yôichi Masuzoe, est francophone et le Conseil pour la promotion de la Francophonie au Japon le travaille en prévision des Jeux olympiques de Tokyo en 2020. Le cabinet du premier ministre du Japon, qui a constitué une cellule de communication en français, enverra une délégation de cinq Japonais au Forum mondial de la langue française, à Liège en juillet.

Un autre personnage qui m’a scié, c’est Bob Leenaers. Il est belge, il est diplômé d’anthropologie à Louvain-la-Neuve et il insiste pour qu’on l’appelle Bob. Bob, donc, a développé Chocolat, un concept d’émission en balado, qui offre 12 minutes hebdomadaires de contenu culturel sur la francophonie en général, dont 10 minutes en japonais et 2 minutes en français pour une interview avec une personnalité de passage, accompagnée d’une série de jeux éducatifs autour du vocabulaire. Un concept simple et viable : Bob a ses 800 abonnés qui paient leurs 850 yens (8,50 $ environ) mensuels.

Les francophones du Japon, dont Bob, profitent d’un certain nombre d’implantations solides : cinq Alliances françaises, quatre Instituts français et une Maison franco-japonaise (un centre de recherche fondé par l’auteur et ambassadeur Paul Claudel), où je suis logé au moment d’écrire ces lignes. Il existe aussi une Société japonaise de didactique du français comptant 700 membres, et un certain nombre de spécialistes se sont constitués en Association japonaise des études québécoises.

Ce voyage m’a permis de revoir un certain nombre de Japonais, dont la professeure Sachiko Komatsu-Delmaire, qui travaillait dès 2008 à une méthode de pédagogie francophone du français. Son idée, très simple, était que l’on peut enseigner autrement qu’avec le seul modèle français. Il y a donc un chapitre sur le Québec, sur la Belgique, le Maghreb, etc. Depuis, sa méthode, Destination francophonie, maintenant publiée, a été reprise dans plusieurs institutions.

Sortir du village d’Astérix

Je me permets une suggestion pour le gouvernement. Il serait urgent que le ministère des Relations internationales et de la Francophonie organise, conjointement avec Culture et Enseignement supérieur, une série de colloques destinés aux producteurs de contenu culturel (éditeurs, producteurs, médias) et aux universitaires. La conférence porterait strictement sur les réseaux francophones internationaux, qui sont des multiplicateurs essentiels.

En ces heures d’austérité budgétaire, il me semble que l’action du gouvernement y gagnerait en efficacité. Si les producteurs québécois de contenu élaboraient des stratégies de distribution et d’information intégrant les réseaux francophones existants, l’action québécoise serait encore plus efficace sans qu’il en coûte un sou de plus au gouvernement.

Dit autrement : il n’y a aucune raison pour que les éditeurs, producteurs, rédacteurs en chef, universitaires ignorent l’existence de tous les Bob Leenaers, de toutes les Sachiko Komatsu, de toutes les Alliances françaises de ce monde… Cela devrait être un réflexe. Mais pour sortir du village d’Astérix, il faut amorcer la pompe.

3 commentaires
  • Nicolas Bouchard - Abonné 30 mars 2015 11 h 04

    Quel beau texte. Merci pour cela

    Nicolas B.

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 30 mars 2015 12 h 50

    M. Nadeau, avez-vous vu le film « Tokyo fiancée » ?

    Il pourrait vous intéresser.

  • Pierre Dunnigan - Abonné 30 mars 2015 14 h 04

    Sortir du village

    Un beau titre de chronique! Merci M. Nadeau de nous sortir de notre village avec toutes ces informations que vous nous transmettez chronique après chronique, sur la place du français dans la monde, de toutes ces resources qui permettent le réseautage, et de la fièrté que nous devons cultiver à parler notre langue !