Jovialisme sécuritaire

À en croire le ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, et son collègue de la Justice, Peter MacKay, le projet de loi antiterroriste, C-51, serait un modèle parfait d’équilibre entre la protection des Canadiens contre la menace terroriste et la protection de leurs droits et libertés.

Qu’importe ce qu’en disent les partis d’opposition et les « soi-disant experts », les pouvoirs accrus accordés à la GRC et au Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) seront adéquatement surveillés, ont martelé les deux hommes, qui comparaissaient mardi devant le Comité parlementaire de la sécurité publique et nationale.

Ils en veulent pour preuve qu’avant de contrecarrer une menace, comme le prévoit C-51, les espions canadiens devront obtenir l’approbation d’un juge pour avoir recours à une méthode illégale ou contraire à la Charte des droits et libertés. Et il y aura toujours le Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS) qui pourra, après le fait, examiner la conduite du SCRS.

Les conservateurs sont bien les seuls, ou presque, à se satisfaire de cette approche. En fait, ils en connaissent si bien les limitations et les lacunes qu’ils passent leur temps à déformer la réalité et à amalgamer des choses fort différentes. Le ministre Blaney a même affirmé mardi qu’il y avait une surveillance continue du SCRS, ce qui est faux.

 

Les deux ministres ne cessent de dire que l’exigence d’un mandat judiciaire pour poser certains gestes équivaut à une forme de surveillance. Il n’en est rien. Un juge attribue un mandat sur la base des informations que lui fournit un service. Dans le cas du SCRS, tout se passe en secret. Et avec C-51, c’est le SCRS lui-même qui déterminera s’il risque d’enfreindre la loi et si, par conséquent, il doit demander un mandat.

Quant au juge, il ne pourra pas, par la suite, vérifier si les limites du mandat ont été respectées. Et comme il ne s’agit pas d’une opération policière pouvant mener à des accusations, il n’y aura pas d’examen ultérieur dans le cadre d’un procès.

Il faudra donc attendre que le CSARS s’intéresse à l’affaire, mais ce dernier ne le fait qu’après le fait. Et le projet C-51 lui demande seulement de faire rapport chaque année sur le nombre de mandats obtenus et refusés et d’examiner « à chaque exercice au moins un aspect » des mesures prises par le SCRS pour « réduire les menaces ». Rien de plus.

Pourrait-il en faire davantage ? On en doute. Le SCRS a quelque 2000 employés et un budget d’environ 530 millions de dollars. Grâce à C-51 et à un autre projet de loi actuellement à l’étude, le C-44, il pourra élargir ses activités à l’étranger en plus d’avoir des pouvoirs accrus au Canada.

Le comité de surveillance, lui, a des ressources limitées. Témoignant lundi devant un comité sénatorial, le directeur du CSARS, Michael Doucet, a confirmé que son budget était resté à peu près le même depuis 10 ans, soit environ 3 millions de dollars par année, que son conseil de cinq personnes était toujours à court d’un membre et que 18 personnes travaillaient sous ses ordres.

Le comité fait sept ou huit études par année, dont une à l’étranger. Il y a lieu de se demander, a dit M. Doucet, si une visite à l’étranger sera suffisante à l’avenir. « Nous n’avons pas les ressources » pour en faire plus, a-t-il avoué, et si rien ne change, « nous pourrions ne pouvoir examiner chaque année qu’une plus petite part de leurs activités ».

 

En décembre 2006, le juge Dennis O’Connor rendait public un deuxième rapport sur l’affaire Maher Arar, cet homme expédié dans les geôles syriennes par les autorités américaines sur la foi d’informations erronées fournies par la GRC. Il y recommandait, entre autres, de soumettre davantage de ministères à un mécanisme de surveillance et de mettre en place des « passerelles législatives » afin de permettre aux organismes responsables de l’examen des activités de la GRC, du SCRS et du Centre de sécurité des télécommunications (CST) de collaborer. À l’image des services qu’ils surveillent, finalement.

* Ce texte a été modifié après publication

Encore lundi, M. Doucet disait que l’impossibilité de le faire empêchait, non seulement son comité, mais aussi le gouvernement d’avoir une vue d’ensemble des activités en matière de sécurité.

Le gouvernement est prêt par contre à permettre à 17 organisations et ministères d’échanger de l’information liée à la sécurité nationale. Comme le soulignait le commissaire à la protection de la vie privée, Daniel Therrien, la semaine dernière, 14 d’entre eux ne sont soumis à aucune surveillance. Lui aussi a les mains liées et voudrait que soient mises en place les « passerelles » proposées par le juge O’Connor.

Quatre anciens premiers ministres, des anciens juges de la Cour suprême et plusieurs personnes éminentes ont récemment demandé au gouvernement de faire mieux en matière de surveillance. Une centaine de juristes ont fait de même il y a deux semaines.

Le gouvernement, lui, reste sourd. Rappeler les dérapages passés, le cas de Maher Arar, la nécessité d’une surveillance accrue des services secrets n’est rien de moins, aux yeux du ministre Blaney, qu’une tentative de dénigrer le SCRS et la GRC. Comme s’ils ne pouvaient se tromper…

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

5 commentaires
  • Michel Lebel - Abonné 11 mars 2015 08 h 34

    Fort troublant!

    Les conservateurs surfent sur le climat de peur d'actes terroristes qui existe présentement au Canada. Dans pareil contexte, la majorité de la population opte pour la sécurité et met au second plan les droits et libertés. Phénomène bien classique! La position de juristes et d'ancien juges et premiers ministres ne changera pas grand-chose à la donne. Tout ceci est fort troublant. À moyen terme, je ne vois hélas qu'"une" solution: se débarrasser des conservateurs lors de la prochaine élection.


    Michel Lebel
    Juriste

    • André Le Belge - Inscrit 11 mars 2015 12 h 20

      Et les libéraux ont surfé sur le climat de peur d'actes terroristes créé par les mesures de guerre lors des événements d'octobre 1970 et la majorité de la population a opté pour la sécurité en mettant au second plan les droits et libertés...

  • Clermont Domingue - Abonné 11 mars 2015 11 h 23

    Belle réussite des terroristes..

    Je te surveille,tu me surveilles,nous nous surveillons. Viva Cuba,ça coûtera ce que ça coûtera...

  • Colette Pagé - Inscrite 11 mars 2015 12 h 04

    La peur et l'insécurité nourrissent l'idéologie conservatrice. (Partie 1)

    La peur et l’insécurité nourrissent l’idéologie conservatrice

    S’il était pompier, n’est-il pas raisonnable de penser que pour maintenir son emploi, le Premier ministre Stephen Harper pourrait devenir pyromane ?

    C’est un peu ce que fait le Canada en participant, comme s’il était une grande puissance, à la guerre en Irak, contre l’État islamique puis en soutenant aveuglément Israël. Comme conséquence : le Canada est dans la mire des terroristes. Désormais, stratégie électorale oblige, le Gouvernement conservateur fait de la récupération politique en s’érigeant comme le seul parti capable de combattre les terroristes.

    Sans oublier au passage, toujours dans cette campagne de peur, d’incarcérer à vie les criminels sans possibilité de libération conditionnelle sauf si le cabinet en décide autrement. Ce qui signifie le retour dans la sphère politique, d’une évaluation partisane. Que de dérives en perspective !

    Mais, le plus surprenant, en regard du projet de loi C-51, c’est que les forces policières ne l’ont jamais réclamés préférant plutôt demander une augmentation des effectifs et de moyens ainsi et surtout une meilleure coordination de tous les intervenants.

    Un projet de loi C-51 qui, avec une définition large de la sécurité nationale, pourrait ficher des militants faisant partie des groupes de défense de l’environnement, des droits des autochtones et des souverainistes québécois considérés par les décideurs comme étant une menace pour le Canada.

    Pour s’en convaincre, il suffit de garder en mémoire les dommages collatéraux découlant de l’application par le Parti libéral de la Loi sur les mesures de guerre.

    Pourtant, n’ayant tiré aucune leçon des dérives de l’application en temps de paix de la Loi des mesures de guerre, le Parti libéral s’apprête à voter en faveur du projet de Loi C-51.

    Il s’impose de mettre en évidence que cette Loi qui existait depuis 1914 permettait aux autorités de procéder à des arrestations et perquisitions sans mandat e

  • Colette Pagé - Inscrite 11 mars 2015 12 h 05

    La peur et l'insécurité nourrissent l'idéologie conservatrice . (Partie 2)

    À ce jour, comme stratégie de choc, le Parti conservateur a toujours su exploiter avec succès toutes les crises possibles et imaginables pour faire progresser ses idées et vouloir notre bien.

    Jadis c’était la crise économique désormais c’est la peur des terroristes et des criminels près de chez vous. La peur, toujours la peur !

    Il suffit de regarder la publicité récente des forces armées canadiennes accompagné du message « êtes vous prêts » pour se convaincre que la peur est devenue le slogan électoral privilégié des conservateurs.

    Que dire également du ministre de la sécurité publique qui pour frapper l’imagination et arroser de partout évoque le Rawanda et l’Holocauste.

    Force est de constater que la peur nourrit l’idéologie conservatrice. Car, pendant que le Gouvernement sème la peur, les électeurs oublient son laxisme, ses abus de pouvoirs et son manque de transparence.

    Laxisme en matière de sécurité ferroviaire, en environnement, coupures déraisonnables dans les transferts en santé, manque de respect des institutions, présentation de projets de loi mammouth, manque de transparence, sans oublier le manque d’intégrité des sénateurs conservateurs.

    Et dans cette campagne de peur, il ne faudrait pas oublier les enveloppes suspectes devenues subitement inoffensives reçues par trois ministres québécois.

    Et si ces enveloppes faisaient partie d’une technique additionnelle des conservateurs visant à faire peur aux citoyens afin de démontrer que la peur est partout et que vaut mieux voter conservateur pour être protégé.

    En politique, pour se justifier ou garder le pouvoir et les précédents sont nombreux, l’on peut facilement créer une psychose. Pour s’en convaincre, il faut lire « La grande peur d’octobre 1970, de Jean Provencher (éditions de l’Aurore).

    On y apprend notamment que le porte-parole de la Gendarmerie royale évaluait le nombre de cellules à 22, les membres à 130 et les sympathisants à 2000. Pour sa part, le ministre de la Défen