Un florilège

La communication politique a toujours été un exercice périlleux. À notre époque de communication instantanée, elle s’apparente à un champ de mines. Étant peu charitables, nous recueillons et classons depuis 2007, dans le blogue Mots et maux de la politique, les perles les plus désopilantes en la matière. En plusieurs catégories.

Mots à la mode

 

Au Québec, « faut se parler », disait la publicité. Et on ne cesse d’inventer des lieux pour le faire. Pour des politiciens qui ne peuvent ou ne veulent trancher une question, rien de mieux qu’une bonne séance de discussion. Titre d’un communiqué d’avril 2013 : «Sommet sur l’enseignement supérieur : le ministre Pierre Duchesne lance les consultations en lien avec les chantiers.» Les prochaines étapes ? Des états généraux sur les consultations à propos du Sommet en lien avec les chantiers ? Une table de concertation ou une commission ad hoc ? Un comité sectoriel ? Un forum ? Oh, pourquoi pas une «commission d’examen» ?

Mots béquilles

Certaines expressions deviennent des béquilles commodes qui prolifèrent comme des algues bleues dans un lac pollué. « Au niveau de », par exemple : « On veut améliorer l’apprentissage, entre autres au niveau de la littératie des langues, au niveau du français, également au niveau de l’anglais », lançait au début du mois l’ex-ministre de l’Éducation Yves Bolduc.

Gibelotte

C’est ce que produisent plusieurs politiciens lorsqu’ils marchent sur des oeufs ou traitent d’un sujet complexe. Ancien animateur de télévision, le nouveau député de Lévis, François Paradis, de la Coalition avenir Québec, fut questionné récemment sur la mosquée de Shawinigan : « Je veux dire, il y a une problématique à ce chapitre-là, mais il y a des choses qui ne sont pas claires. Je veux dire, il y a des choses qui ne sont pas… Je veux dire, il va falloir qu’on en parle davantage, qu’on adresse… » Ouf !

La ministre Lise Thériault, questionnée au sujet de sa mission de cette semaine en Europe, a affirmé : « Comme ministre de la Sécurité publique, toutes les questions de la sécurité publique sont vraiment intéressantes et de l’autre bord de l’Europe, on a des problématiques qui sont communes avec ce qu’on vit ici au Québec. »

Humour involontaire

Parfois, dans le feu de l’action, les politiciens prononcent, de manière non intentionnelle, des phrases très drôles. 2011, un bloc de béton se détache d’une bretelle menant au pont Champlain, fracasse le pare-brise d’un automobiliste. Le lendemain, le ministre des Transports, Sam Hamad, commente : « On est chanceux dans notre malchance […] que le citoyen, il n’ait pas été blessé malgré que le choc qu’il a obtenu. J’ai essayé de le rejoindre ce matin pour apporter les excuses du gouvernement pour l’accident… Évidemment, c’est pas volontaire de notre part. »

Expressions déformées

Utiliser une expression qu’on maîtrise mal est très risqué. On risque de faire un Jean Perron de nous-mêmes, du nom de cet entraîneur de hockey qui avait le don de déformer les expressions. Un jour de juin 2010, le député de Huntington, Stéphane Billette, voulut pointer « une épée de Damoclès », mais se trompa. Deux fois : « C’est une épine de Moclès qui pèse depuis très longtemps sur la tête des producteurs [agricoles], principalement laitiers. Une autre épine de Moclès, je pense… »

La ministre de la Famille, Francine Charbonneau, affirmait récemment ceci : « Pour le manque de places, on a eu la protectrice du citoyen qui nous a fait une suggestion qui n’était pas dénudée de sens. » Pour cette dernière, il n’y a rien de tel qu'une langue authentique.

Peu importe si elle est fautive, expliquait-elle en novembre en commission parlementaire : « Quand on arrive en politique, on peut vouloir se transformer, ça adonne juste que moi, je n’ai pas essayé. […] Je le sais que, pour certains, ça peut être choquant. Et d’emblée, je vous dirais […] qu’à quelque part, quand on choisit de faire de la politique, on s’améliore à tous les jours dans le vocabulaire qu’on a, mais je ne changerai pas ma façon d’être pour plaire aux uns ou aux autres. Je m’exprime, je le fais comme je veux quand je m’exprime, puis je prends les expressions qui sortent de ma bouche. Ma mère dirait : “ Si tu changes, tu n’es plus pareille.  »

À voir en vidéo