Enfin

Les jours défilent avec la constance du métronome, souvent conduits par la main de politiques grossières et ignorantes, sans scrupules, béates de leurs triomphes à courte vue et qui se juxtaposent tristement, selon des lignes serpentines, sur un horizon de déconvenues.

Un grand portrait de nous est en train de se dessiner sans nous. Au quotidien, on ne le voit pas toujours bien. Il faut prendre le temps de se retourner, de regarder derrière, d’envisager les fragments dans la continuité de ce qui va à demain, pourquoi pas en commençant par observer cette semaine passée.

Premier tableau. Un gouvernement très provincial s’emploie à couvrir d’un noir opaque le droit du public à mettre en lumière les activités des compagnies minières. À Fermont, la mine Cliffs vient de fermer. Elle laisse aux Québécois le soin d’éponger ses dégâts. L’affaire est devant la Cour, mais la minière n’offre apparemment aucune garantie financière. Elle n’est pas la seule : le Québec compte déjà plus de 700 sites miniers délaissés. Les profits partis, les ennuis restent. Il faudra au moins un siècle et plus d’un milliard de dollars pour espérer décontaminer ces vieux sites abandonnés. Est-ce à cela que mène plus fort encore le nouveau « Plan Nord » ?

Deuxième tableau. Les priorités et les dépenses ont été réaffectées loin de l’université. Elles seront donc privées bientôt de centaines de cours. Le savoir est en chute libre. Que fait le ministre Bolduc ? Il plane, comme à son ordinaire. Nathalie Normandeau, l’ancienne vice-première ministre devenue animatrice de radio, plonge de son côté en vrille pour offrir son argent et son appui à une nouvelle poursuite contre Gabriel Nadeau-Dubois. Et on apprend que le premier ministre, qui ne souffle mot, fait réaménager son bureau pour 50 000 $. Le prix pour une décoration plus austère ?

Troisième tableau. Les prestataires du « bien-être social », cibles faciles, chair à canon, matière à ponction, en prennent à nouveau plein les dents. Qui ose encore parler de « bien-être » à l’égard de ces déclassés de notre société ? Un exemple : les toxicomanes qui se lancent dans une cure de désintoxication perdront dorénavant presque tout de leur allocation. Aussi bien dire qu’on les encourage à éviter de se refaire un monde. François Blais, mon ancien professeur de philosophie politique devenu ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, redit à sa façon que les pauvres sont coupables de l’être. Voilà bien une rengaine que nos puissants bedonnants n’en finissent plus de faire fermenter.

Quatrième tableau. Pour cause de proclamation de l’austérité, l’inspection des aliments et les visites-surprises dans les restaurants se feront au mieux par téléphone, du moins sur la Basse-Côte-Nord. Faut-il que cette région-là goûte encore plus à la misère ? Le bon vieux temps revient peut-être. Au début des années 1970, les libéraux de Robert Bourassa avaient dû avaler le scandale de la viande avariée : un témoin de la Commission d’enquête sur le crime organisé affirmait avoir recyclé plus de 400 000 livres de chairs impropres à la consommation pour les revendre à la population et financer parfois des élections.

Cinquième tableau, présenté cette fois du côté de la rivière des Outaouais. Faute de la peine de mort, la prison à vie est désormais envisagée comme son supplétif. Qu’il existe déjà dans notre système des modulations pour établir des distinctions entre les tueurs en série, les délinquants dangereux et les criminels d’autres types, les conservateurs n’en ont que faire : ferme, la prison le sera pour tous. L’Université de Montréal et le King’s College de Londres reconfirment pourtant que les psychopathes — 20 % de la population carcérale — ne réagissent pas aux punitions. Peu importe : pour soulager les poids qui pèsent sur le monde social, les populistes préfèrent les raisonnements légers.

Une haute vague sécuritaire emporte tout, y compris le jugement que l’on prête à Justin Trudeau. Bel ignorant de l’histoire de son parti, celui-ci ne s’insurge pas contre la volonté des conservateurs de faire en sorte de fermer les prisons à double tour sans distinction. Tout porte à croire, hélas, que les hauts taux d’intérêt manifestés à l’égard de Justin Trudeau ne tomberont jamais assez bas pour qu’il puisse rembourser le prix de pareilles bêtises.

Sixième tableau. Les conservateurs abandonnent l’idée de lutter pour favoriser l’égalité et se lancent à fond dans le durcissement des tensions. Il faut lutter par tous les moyens, plaident-ils, contre ce « grand mal » qui « descend sur la planète ». Les voici donc à idéaliser des services secrets qui auront désormais champ libre pour moissonner où ils veulent. « Ceux qui abandonnent la liberté pour la sécurité n’auront et ne mériteront ni l’une ni l’autre », disait à raison Benjamin Franklin.

Les dominations dont nous connaissons déjà les parfums nauséabonds se renforcent. Elles fusionnent dans un grand carambolage des idées humanistes sur lesquelles piétinent désormais quelques insectes décomplexés. Devant cette démolition générale qui est en train de s’opérer chez nous, il faut savoir choisir ce qui mérite d’être sauvé et défendu, et l’affirmer haut et fort au plus vite.

Avez-vous remarqué que les insultes pleuvent sur les Couillard et les Harper de ce monde sans guère arriver à leur tenir dessus ? C’est bien la preuve que les insultes ne suffisent pas, loin de là. Les charges sérieuses s’accumulent néanmoins depuis un moment et s’empilent à leurs pieds. Si bien qu’avec le temps, le niveau général finira bien par monter assez haut pour les submerger et emporter leurs idées au loin. Enfin.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

31 commentaires
  • Céline A. Massicotte - Inscrite 2 février 2015 06 h 11

    les psychopathes — 20 % de la population carcérale — ne réagissent pas aux punitions.

    Ils réagiraient à quoi alors? J'attends impatiemment...

    • - Inscrite 2 février 2015 09 h 30

      S'ils ne répondent pas aux punitions, ils ne répondent pas non plus aux bontés. Alors que faire pour protéger les autres contre ces psychopathes dangereux ? Les placer dans des asiles psychiatriques serait peut-être la meilleure solution. C'est mon humble opinion.

    • Luc Girard - Inscrit 2 février 2015 12 h 08

      @Diane Hébert: les asiles psychiatriques n'existent plus depuis 1987, sortez de votre noirceur. Pire est, on est présentement à vider Pinel vers de nouveaux cieux qui ne vous réjouiront pas nécessairement car Barette va aussi couper là...
      Il ne restera alors que deux choix: la rue ou la prison.

    • Benoit Toupin - Abonné 2 février 2015 13 h 18

      Ne serait-il pas temps de penser prévention. Tous les arguments peuvent être considérer, mais il n'en demeure pas moins qu'il devrait y avoir place à plus de science dans ce genre de situation. Le gouvernement Harper dépense beaucoup pour le systême carcéral. Personnelement je serais davantage fier de voir l'État investir dans l'éducation, l'aide à la santé mentale, la lutte à la pauvreté et l'exclusion; agir avant le crime... Certes une large part de l'action est de juridiction provinciale; alors pourquoi ne pas soutenir les provinces dans la prévention.

      Pour le reste, je m'attend de la justice qu'elle me protège et non qu'elle me venge. Que mérite l'auteur d'un meutre? Il n'y a pas de réponse satisfaisante à cette question. Voilà pourquoi il faut se limiter à la justice protectrice et faire confiance à la science malgré quelques risques inévitables.

    • - Inscrite 3 février 2015 01 h 33

      @Luc Girard: au lieu de me dire de sortir de ma noirceur (selon vous) ce qui est totalement stérile comme intervention, on aurait préféré une petite idée de solution. Dire qu'il leur restera la rue ou la prison, tout le monde le sait. Mouillez-vous !

  • Marc Lacroix - Abonné 2 février 2015 07 h 20

    Bienvenue dans le monde du nouveau moyen âge !

    Après la chute de l'Empire romain, l'Europe a sombré dans le chaos pendant quelques centaines d'années. Les petits seigneurs se faisaient la guerre pour obtenir le pouvoir, de temps un géant arrivait, mais avec la génération suivante, tout s'effondrait. De nos jours, le géant reste américain, mais il doit s'appuyer sur plusieurs petits seigneurs et les barbares ne manquent pas. Tous courent après la richesse, mais certainement pas au bénéfice de tous... et l'argent n'a pas d'odeur. La mondialisation, ce n'est pas pour améliorer le sort de la plèbe, mais pour permettre aux seigneurs d'amasser plus et encore plus, les Harper et Couillard ne sont que des mercenaires au service des barons de la finance et de l'industrie.

    • Jean-Pierre Bédard - Inscrit 2 février 2015 12 h 29

      Pis que mercenaires ! Des gestionnaires qui appliquent sans tiquer les règles de gestion décrites avant tout le monde par Machiavel, dont une des constatations les plus connues veut que « la fin justifie les moyens ». On fixe des objectifs et on ne dévie pas du trajet à parcourir pour les atteindre même si les dommages collatéraux sont considérables.

  • michel lebel - Inscrit 2 février 2015 08 h 00

    Exagération!

    Enfin! On exagère! Notre société n'est parfaite j'en conviens, mais ce n'est quand même pas l'enfer sur terre. Il s'y fait aussi de bonnes choses, diable! Il y en aura toujours pour ne voir que Harper et Couillard dans leur soupe! Liberté d'expresion oblige!


    Michel Lebel

    • Normand Bélair-Plessis - Inscrit 2 février 2015 10 h 31

      Bien oui, pourquoi s' indigne devant l'injustice?
      Pourquoi donc?

    • Luce Prevost - Inscrite 2 février 2015 10 h 55

      Mais ,cet homme est journaliste et c'est son travail de dire ces choses !

    • André Le Belge - Inscrit 2 février 2015 12 h 30

      Il faudrait accepter de voir la réalité même si cela touche vos vedettes!

    • Benoit Toupin - Abonné 2 février 2015 13 h 31

      La démocratie serait mieux servie si la politique faisait plus de place à la science, la transtarence et la diversité d'opinion. Il y a lieu, comme le fait monsieur Nadeau d'aspirer à mieux. Les gouvernements Harper et Couillard manipule l'information et instrumentalise les débats; les changements qu'ils opèrent sont souvent de nature idéologique plutôt que fondé sur la recherche de consensus raisonné et éclairé. Notre société n'est pas l'enfer... j'espère qu'il est possible d'espérer beacoup mieux. Nous disposons de tant de ressources humaines de grande valeur, de tant de créativité potentielle que je ne peux me satisfaire de politique idéologique populiste et simpliste.

    • Bernard Plante - Abonné 2 février 2015 14 h 12

      M. Lebel,

      Vous dites qu'il y a exagération alors que le journaliste ne relève que certains événements sur une seule semaine! Là où vous voyez de l'exagération, je vois plutôt l'illustration d'une tendance lourde qui démontre le mode d'opération des néolibéraux de tout acabit.

      Évidemment, ce constat doit être plus difficile à avaler pour quelqu'un qui, peu importe les nombreuses évidences, continue de défendre ce même modèle...

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 2 février 2015 14 h 57

      Je crois qu on doit dire:"Notre societe n est pas parfaite."Surtout que l on s applique a taper sur le pauvre monde et favoriser les bien nantis...... J-P-.Grise