Fonds d'investissement: L'intérêt des petites capitalisations

Dans une chronique de mars 2003, j'avais fortement recommandé aux investisseurs de regarder de près les occasions que représentaient les fonds de petites capitalisations canadiennes.

Heureusement, le marché m'a donné amplement raison. Au cours des six derniers mois, le rendement moyen des fonds de petites capitalisations canadiennes s'est établi à 33 %, alors que pour la même période l'indice composé S&P/TSX a connu une hausse de 19,1 %, et ce, au 31 octobre 2003. La montée du secteur des petites capitalisations a même été plus forte que celle des fonds de sciences et technologies, qui a pourtant grimpé de 21,5 % dans le même laps de temps.

Les trois fonds recommandés dans cet article sur la catégorie des petites capitalisations canadiennes étaient les suivants: le Trimark petites sociétés canadiennes, le Clarington petites sociétés canadiennes et le fonds Banque Nationale petites capitalisations. Deux fonds sur trois, ceux de Clarington et de la Banque Nationale ont même battu, pendant cette période, la médiane de leur catégorie respective. Celui de Trimark a fait un peu moins bien, mais, compte tenu de sa faible volatilité et des mises en garde à cet effet en raison de son approche de type valeur, le résultat est excellent.

Malgré des hausses très importantes dans cette catégorie, je persiste à croire que l'investisseur pourra profiter encore de quelques mois de rendement intéressant. Cependant, à la suite de ces succès aussi impressionnants, l'investisseur aurait avantage, tout en conservant une partie de son portefeuille dans cette catégorie, à rééquilibrer cette portion en fonction de son plan d'investissement personnel. Pour prendre un exemple concret, si votre objectif est que votre portefeuille contienne 7 % en petites capitalisations canadiennes et que le pourcentage actuel est plus élevé, vendez-en une partie pour retrouver votre point d'équilibre. Cette façon de procéder diminue le risque de votre investissement tout en vous permettant de profiter plus raisonnablement des hausses futures de ce marché.

Les petites capitalisations globales

Outre les petites capitalisations canadiennes, il y a la catégorie des petites capitalisations globales ou internationales qui est digne d'intérêt. Si nous comparons leurs rendements historiques à long terme et celui obtenu depuis quelques années, une reprise, déjà apparente, est fortement plausible pour les 12 à 24 prochains mois. Évidemment, les variations de valeur des différentes monnaies par rapport à notre dollar ajoutent un facteur de risque supplémentaire; de toute façon, l'investisseur trouvera sa récompense à moyen et à long terme. Et, il n'est pas logique de limiter sa participation étrangère uniquement en raison de la fluctuation des devises.

Bien qu'on ne retrouve pas une importante gamme de fonds dans cette catégorie, quelques-uns sont dignes de mention. D'abord, le fonds Clarington petites sociétés mondiales sous la supervision, depuis septembre 1996, de Gary Craven de Evergreen Investment Management. L'actif sous gestion est faible, à peine 20 millions, mais depuis cinq ans le gestionnaire a battu la médiane de sa catégorie sans interruption. Même si l'actif est investi à plus de 50 % chez nos voisins du Sud, le rendement des six mois précédant le 31 octobre 2003 a été de plus de 25 %.

Mon deuxième choix s'arrête sur le fonds Brandes actions globales petites capitalisations, dont la création récente remonte à juillet 2002, soit au moment du «divorce» entre AGF et Brandes. Malgré un historique fort court, rappelons-nous que l'expertise «valeur» de Brandes aux États-Unis et ailleurs est reconnue depuis longtemps. Au cours des six derniers mois, ce fonds a obtenu un rendement de 31,3 % comparativement à une médiane de seulement 11,7 % pour les fonds de même catégorie.

C'est une catégorie de fonds qui est plus à risque que les petites capitalisations canadiennes. Cependant, dans un pourcentage raisonnable, entre 5 et 10 % de son portefeuille, l'investisseur qui aime l'action et supporte bien ses conséquences sera récompensé dans le cadre d'une détention à long terme. N'oubliez pas qu'un bon fonds global ou international bien diversifié comprendra souvent une participation dans des entreprises de petites tailles.

Petites capitalisations canadiennes ou internationales, voilà donc deux catégories de fonds que je trouve très intéressantes, mais encore là «la modération a bien meilleur goût».

questions@avantages.com

L'auteur est conseiller en placement et président d'Avantages Services Financiers, une société indépendante spécialisée dans le courtage de fonds communs de placement et dans la gestion privée.