La réponse

Pas plus tard que le mois dernier — et pas plus tôt non plus, il faut bien le dire — nous eûmes l’inestimable plaisir de nous délecter des propos d’après-match de Marshawn Lynch, le demi offensif étoile des Seahawks de Seattle qui s’était déjà fait coller une amende de 100 000 beaux billets de mononcle Sam par la NFL pour son manque de collaboration avec les représentants des médias suspendus à ses lèvres. À cette occasion, Lynch avait répondu à toutes les questions par « Ouais » ou quelque chose d’approchant. Les représentants des médias suspendus à ses lèvres avaient alors persévéré dans leurs interrogations pendant quelque temps, faisant semblant de ne pas se rendre compte que le joueur se foutait royalement de leur gueule.

Lynch est un très, très bon porteur de ballon. Si on avait besoin d’une nouvelle preuve de cela, on l’a obtenue dimanche soir, alors qu’il a effectué une course totalement malade de 79 verges pour un touché contre les Cardinals de l’Arizona. On ne surnomme pas le monsieur « The Beast » sans raison.

Mais, devant les micros, ça ne s’emmieute pas vraiment. Au terme de la rencontre, Lynch y est encore allé d’une prestation pour la postérité. Ç’a donné une séquence hilarante, que les représentants des médias ont qualifié d’insultante, mais c’est parce que la majorité d’entre eux n’ont aucun sens de l’humour, les pauvres.

Donc.

À propos de son spectaculaire touché : « Merci. »

À propos des maux d’estomac qu’il avait dit ressentir avant et pendant le match : « Merci de me poser la question. »

Se sent-il mieux ? « Merci de me le demander. »

À propos de ce qu’il a vu pendant sa longue course : « Merci de me poser la question. »

Non vraiment, cette course d’anthologie, c’était comment ? « Merci de me le demander. »

Quoi ? « J’ai dit : « Merci de me le demander ». »

Peux-tu nous parler de la course ? « Je sais. J’ai dit : « Merci de me le demander. J’apprécie cela. »

Et cette course de 79 verges ? « Merci de me poser la question. »

Des problèmes d’estomac ? « J’apprécie que vous me posiez une question à propos de mon estomac. Merci. »

A-t-il craint de rater le match ? « Merci de me le demander. J’apprécie cela. »


Fin de l’entrevue.

Sur ce et pour mon humble part, je tiens à vous remercier de me poser la question, n’importe laquelle, et à souligner que je ne souffre pas de l’estomac, du moins pas avant les traditionnels excès du temps des Fêtes.

Joyeux Noël. J’espère que vous l’apprécierez !