Les derniers premiers

Cela s’est produit lors de la saison 2010, et voici que la chose pointe de nouveau son vilain et hideux museau. La chose : l’injustice, mesdames messieurs. Quand vous travaillez fort et bien sans briser de matériel et que vous ne dérangez personne et que vous n’obtenez pas la récompense appropriée alors que le voisin ne fout rien qui vaille et décroche les honneurs et les félicitations de son patron, qui songerait même à lui offrir une augmentation pour l’ensemble de son oeuvre. De quoi hurler.

C’est pourtant bien ce qui est en train de se passer du côté du football professionnel américain. Voyez plutôt le scandale : les Eagles de Philadelphie pourraient terminer la saison régulière avec un dossier de 11-5 et rater les éliminatoires alors que le champion de la division Sud de la NFC présentera au mieux un rendement de 8-8 et en sera. On pourrait aller jusqu’à se retrouver avec un prétendant au Super Bowl qui entrerait dans l’après-saison avec un ronflant parcours de 6-9-1.

Cela, bien sûr, est imputable au maudit système. Le système qui veut que les sections soient de la plus haute importance et que quiconque en gagne une, aussi poche soit-il, ait droit à des égards. On remarquera qu’au football, où il y a peu de matchs et où un club n’affronte pas chacun des autres, on ne peut guère fonctionner autrement.

Un changement possible, par contre, consisterait à faire en sorte qu’un champion de division à la fiche moins étincelante que son rival au premier tour n’ait plus le privilège de disputer ce match à domicile. L’avantage du terrain, c’est beaucoup trop important pour qu’il puisse être conquis à la légère, n’importe qui vous le dira.

En 2010-2011, on s’en souviendra, les États-Unis poussaient les hauts cris alors que les Seahawks de Seattle se faufilaient là où ils n’avaient supposément pas d’affaire avec un dossier de 7-9. Impensable, inacceptable et franchement tout croche, disait l’amateur critique qui s’attend à la crème de la crème quand ça compte vraiment. À la maison, les Seahawks, négligés par une dizaine de points, avaient trouvé le moyen de s’offrir les Saints de La Nouvelle-Orléans, qui avaient fini 11-5 et étaient les champions du Super Bowl en titre, par la marque de 41-36. À la télé, ils avaient soudain changé leur fusil d’épaule et raconté que c’était ça l’Amérique, tout le monde prend au fond pour le petit et chacun a la chance de faire sa marque s’il y met l’effort nécessaire.

Ce sera donc pour janvier, et soit les Saints, les Panthers de la Caroline ou les Falcons d’Atlanta seront cette fois les mal-aimés. En attendant, si vous manquez de sommeil, ne manquez surtout pas la rencontre de jeudi soir entre les Titans du Tennessee et les Jaguars de Jacksonville. Ce devrait être soporifique à souhait, un match que les personnes atteintes de tension nerveuse ont l’habitude d’affectionner.

Les deux clubs sont à 2-12 et il leur manque plein de leurs moins mauvais joueurs. En fait, il s’agira principalement de voir qui perdra et prendra ainsi la tête dans la lutte pour l’obtention du premier choix au repêchage universitaire prochain. Mais on pourrait assister à un précédent historique : il est loin d’être impossible que pour la première fois depuis la création de la NFL, les deux équipes perdent.

C’est à suivre.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

1 commentaire
  • Alain Castonguay - Abonné 18 décembre 2014 17 h 34

    C'était un excellent match

    Je me souviens très bien de l'étonnante victoire des Seahawks à domicile en janvier 2011, contre les champions sortants. L'exhubérance de Pete Carroll, à sa première saison derrière le banc à Seattle, était belle à voir. Les Saints pourraient leur jouer le même tour cette année, s'ils finissent premiers de leur section et que les Seahawks finissent 2e de la leur. Mais de la manière dont les Saints jouent à domicile cette saison, où ils ont perdu leurs 4 derniers matchs, pas sûr qu'ils auront l'avantage de jouer à la maison. Personne ne pariait pour Seattle il y a 4 ans, et ils avaient gagné. Quelques dollars bien placés sur les Saints pourraient rapporter gros.