Joyeux Noël à vous aussi, M. Coiteux

Il ne le sait pas encore, mais c’est tout ce qu’il aura de ma part pour Noël. J’ai écouté attentivement son discours de mardi dernier alors qu’il en a profité pour nous remettre sous le nez notre pauvreté et notre manque d’ambition, et ça m’a coupé complètement l’envie de lui préparer un panier de petites gâteries pour qu’il puisse passer un Noël joyeux avec les siens sans trop dépenser.

Je ne serais pas surprise d’apprendre qu’il n’a jamais gâté personne de son entourage parce qu’il estime que ce serait du gaspillage et que l’argent, c’est fait pour s’empiler en toute sécurité. Son séjour comme étudiant en Suisse a dû lui faire comprendre comment on s’y prend pour finir par avoir une fortune.

C’est aussi son ambition en politique : nous sortir du trou, même si ça fait mal et que nous allons voir se faire détruire tout ce que nous avons construit depuis 1960, grâce au gouvernement Lesage, un gouvernement libéral (eh oui) qui avait rassemblé des bâtisseurs de pays comme René Lévesque, Paul Gérin-Lajoie et Georges-Émile Lapalme. Ils ont été des modèles de détermination, de courage et d’ambition pour le petit peuple frileux que Maurice Duplessis avait fait de nous. Le Parti libéral d’aujourd’hui tire plus à droite que jamais et le saccage des acquis qui nous sont essentiels pour notre développement est entrepris avec une détermination qui fait peur.

Le pire, c’est que les libéraux d’aujourd’hui n’ont rien à offrir pour remplacer ce qu’ils vont détruire. Le néant. Leur seul objectif est d’atteindre un déficit zéro avant la fin de 2016, quel que soit le prix à payer sur le plan humain et sur la perte des avancées que nous avions réussies dans le domaine social. C’est tellement gros que même le monde des affaires, qui devrait chanter les louanges de ce gouvernement, hésite à applaudir. Il n’a pas tort, car la colère qui va envahir nos rues ne créera pas un climat propice à leur business as usual.

La proposition de se serrer la ceinture a été essayée dans plusieurs pays du monde. Si ça avait réussi quelque part, on le saurait. Les taux de chômage sont à la hausse partout : en Espagne, au Portugal, en Grèce et en France. Les parents sont sans travail et les enfants sans avenir. Est-ce que c’est ça la proposition de monsieur Coiteux ? Certaines boutiques annoncent déjà qu’elles vont fermer à Montréal, sans parler des mines qui plient bagage en nous laissant le soin d’assurer le nettoyage après leur départ. 82 000 emplois perdus en six mois, ce n’est pas rien. Nous serrer la ceinture ? Pour une bonne partie de la population, il n’y a plus de trou dans la ceinture, car ceux qui existaient ont tous été utilisés.

Il faut sauver ce qu’il va rester des garderies, car la participation des femmes à l’avancement de la société, qui était devenue un plus pour la collectivité, risque de les retourner entre les quatre murs de leur maison. Avancer par en arrière ne mène nulle part. Moi qui pensais que la prochaine étape allait être la gratuité, de la garderie à l’université, dans le but d’instruire tous nos enfants qui sont notre avenir immédiat et de leur donner à tous la chance de jouer un rôle important dans notre société qui a tellement besoin de savoir. Je vois déjà la tête du ministre Coiteux si je lui faisais une telle proposition…

Ce qui me fascine en ce moment, c’est de constater que nous allons être privés même de choses essentielles pour rembourser une dette évaluée par le premier ministre Couillard à quelque 200 milliards de dollars (est-ce le bon chiffre ?), dont une bonne partie accumulée pendant les neuf années libérales sous Jean Charest. Ce n’est pas vrai que le PQ a accumulé une telle dette en 18 mois. Nous allons payer la dette accumulée par les libéraux, en notre nom, sans que nous ayons été consultés quand la décision a été prise et sans que nous sachions dans quelle situation financière on allait nous laisser.

Malgré tout ça, on va taper sur les moins riches parce que les autres sont intouchables. Ils n’ont qu’à menacer de filer en Ontario ou ailleurs, et on sait qu’ils ne paieront rien. On leur vend l’électricité moins cher qu’au citoyen payeur de taxes, on leur construit des routes et des chemins de fer pour aller chercher nos richesses naturelles et on leur offre le Saint-Laurent gratuitement pour transporter le pétrole de l’Alberta sans imposer un « péage » comme sur le pont Champlain à venir… Étrange, non ? Ça donne vraiment envie d’envoyer le « dindon de la farce » à M. Coiteux pour Noël. Joyeux Noël, Monsieur le Ministre du Trésor. Nous aurons une bonne pensée pour vous.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

53 commentaires
  • Valois Juliette - Inscrit 28 novembre 2014 00 h 52

    Un gouvernement sans scrupules

    Il m'arrive de penser que nous subirions moins de chamboulements au lendemain de l'indépendance du Québec qu'en ce moment.

    Notre système politique comporte des failles importantes. Un parti a besoin de l'autorisation de la population pour se séparer (ce qui me semble bien raisonnable), mais il peut unilatéralement, et du jour au lendemain, décider de jeter notre état social à la poubelle et changer les paradigmes de son fonctionnement sans en demander la permission.

    Je comprends que le gouvernement Couillard s'est approprié le Québec pour en faire SA business. Que peut-on faire pour lui rappeler que le Québec ne lui appartient pas ? Comment lui faire comprendre que le "Québec qu'il souhaite pour SES enfants" se fait sur le dos des enfants et des familles de la classe moyenne du Québec!

    Que peut-on faire pour le forcer à nous écouter ? Bien sûr, il y a la rue. Mais quelle influence aura la rue sur ce gouvernement sans scrupule ?

    • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 28 novembre 2014 13 h 40

      Vrai.
      Après 1995, je croyais naivement que le fédéral nous laisserait en paix quelque temps. Et bien non. Comme des chacals se jetant sur leur proie, ils ont concocté des programmes anti-Québec et mis toutes leurs ressources à démanteler notre pays. "Je met mon siège en jeu avait dit Trudeau". Il a menti. Comme tous ses suiveurs.

    • Michel Vallée - Inscrit 28 novembre 2014 16 h 47

      @Valois Juliette

      « Il m'arrive de penser que nous subirions moins de chamboulements au lendemain de l'indépendance du Québec... »

      Comme si le PQ n'incarnait pas l'austérité...

    • Murray Henley - Inscrit 28 novembre 2014 17 h 56

      Il y a depuis longtemps un grand ménage à faire dans les finances publiques. Il est à espérer que ce gouvernement va être capable de résister à la pression des pleurnichards. Je ne suis pas encore convaincu qu'il va en être capable.

  • Cyr Guillaume - Inscrit 28 novembre 2014 01 h 16

    Bien dit Madame!

    C'est de leur faute à ces libéraux, si on s'endette de plus en plus. La méthode néolibéral, ça ne fonctionne pas, ce n'est pourtant pas compliqué à comprendre! L'austérité va faire tellement d'insatisfaits qu'ils pourraient bien (le PLQ et les libéraux) finir encore plus bas que Charest! Et cette fois, ce n'est pas que les étudiants qui prendront la rue!

    Qui plus est, Mme Payette touche des points forts pertinents je trouve, austérité pour tout le monde, sauf l'oligarchie rempante du monde des affaires, et des plus riches, sans compter les péages absents sur nos ponts!
    82000 emplois de perdus, et ça ce n'est qu'en 8 mois, imaginez, le pire est à venir!

    Bonne journée à tous quand même.

    • Rodrigue Guimont - Inscrit 28 novembre 2014 09 h 02



      Avec le gouvernement Couillard, nous n'en sommes plus au libéralisme, ni au néolibéralisme mais bien à l'ultralibéralisme (ou déstabilisation puis disparition progressive des services à la population au profit du secteur privé). Les tenants de cette politique sont pour la droite ce que le communisme est pour la gauche, i.e. des extrémistes.

      Ce qui est choquant dans le cas de M. Coïteux, c'est qu'issu du mode ouvrier (père vendeur de pièces automobiles, mère infirmière) il a profité de la gratuité scolaire et universitaire (baccalauréat en affaires à l'Université de Sherbrooke, une pépinière ou l'on formait de futurs "hommes d'influence" dans les décennies 80 et 90!) et qu'aujourd'hui, parvenu au faîte du pouvoir, il renie en quelque sorte ses origines, l'humble lieu qui l'a vu naître.

  • gaetan gagne - Inscrit 28 novembre 2014 01 h 48

    Taper sur les moins riches par ce que les autres sont intouchables.

    Quand je lis cela ...je me dis ...qu il y a quelque chose qui ne marche pas?
    Pourtant ...ce que vous avez cree c est exactement cela...Je parles de votre systeme assurance No Fault et imdemnisations ...(accidentes de la route )
    Vous avez dis que c etait un systeme Juste et Equitable pour tous les quebecois et quebecoises...! hahaha...
    En 1994 Ma femme s est tuee dans un accident automobile ,laissant 2 filles orphelines de mere...
    votre Systeme donnait a mes filles 1.25 environ de son salaire annuel comme imdemnitee pour son deces....Ma femme en 1994 avait payer sa Plaque d immatriculation 185 $ environ....mes filles ont recues 29.000 et 31.000 $ ...bon jusque la ca va ....Mais ou ca va pas....et ca les gens ne le savent pas ,c est Pourquoi les intouchables comme vous dites eux ,leurs orphelins suite a un accident de la route recoivent environ 8 fois plus en imdemnite que mes filles en payant le meme prix leur immatriculation? (c est juger selon le salaire annuel de l assure)
    Pourquoi votre systeme (juste et equitable) donne plus aux riches que aux moins riches? (pauvres compris)....? Pourquoi les riches ne payent pas leur plaques d immatriculation selon l imdemnite accorder a leurs orphelins???
    Pourquoi nous les moins riches payont pour que leurs orphelins recoivent jusqu a 8 fois plus que nos propres enfants? si nous payont le meme prix pour l assurance automobile????
    Je me permets de dire ,que...si les riches payaient selon l imdemnite a leur orphelins suite a un deces....on serait pas mal moins dans le rouge au quebec....et ce serait plus (Juste et equitable ) pour nous les moins riches et les pauvres ...
    Il n existe qu Une assurance au Monde qui donne 8 fois plus a un client qu a un autre pour le meme prix de la prime ...(plaque)....et vous pouvez en etre fiere* c est vous qui l avez cree.....*
    Je vous soupcone de faire partie des Intouchables.....
    Merci au Devoir si vous me publier*

    • Lise Bélanger - Abonnée 28 novembre 2014 08 h 06

      Je trouve cela très triste ce qui est arrivé à votre épouse et famille. Cependant, si le responasble de l'accident n'avait pas d'assurance/accident, vous n'auriez rien reçu et auriez eu des frais d'avocats importants à débourser pour tenter de poursuivre le responsable.

      Avant le sytème sans faute, les gens n'étaient souvent que très peu dédommagés pour leur séquelles physiques ou autre car il fallait que le responsable soit solvable, ce qui n'était pas toujours le cas, et plusieurs responsables se sont retrouvés dans la rue car tous leurs biens étaient passés à l'indemnisation des victimes etc....

      Victimes et responsables étaient souvent détruits financièrement parlant avant le sans faute, et leur famille également.

      Les seuls perdants sont les avocats dans ce système sans faute.

    • Marc G. Tremblay - Inscrit 28 novembre 2014 09 h 00

      @M. Gagné, merci pour le courage d'avoir diffuser l'information.
      S'il est vrai que l'individu, ou l'organisme, qui dépense au-dela de ses revenus, un jour "le gros bon sens va faire très mal" (c'est le cas actuel du Québec). Il est aussi vrai que l'exercice de retrouver l'équilibre ne se fait pas sans douleur. Par contre, c'est aussi la belle occasion de corriger les aberrations dans chacun des programmes. Vous donnez à l'équipe de M. Coiteux la possibilité d'étudier comment, dans un cas semblable au votre, le gouvernement actuel doit "rectifier le tir".

    • Jean-Pierre Bédard - Inscrit 28 novembre 2014 11 h 45

      Le triste et déplorable cas de Monsieur Gagné ne m'empêchera pas de lui signaler qu'il est déplacé de sa part d'utiliser a posteriori son deuil pour tirer sur la messagère. Surtout qu'il ne semble pas très bien comprendre le sens du mot « intouchable » tel qu'utilisé dans le propos de Madame Payette.

    • Sylvain Auclair - Abonné 28 novembre 2014 12 h 35

      Ce n'est pas clair? Qui reçoit huit fois plus que vos enfants (à qui il restait leur père comme soutien, si je comprends bien)?

      De toute manière, madame Payette n'est plus ministre depuis 1981, et la tables des indemnisations de la SAAQ a sûrement pu changer depuis.

    • Yves Corbeil - Inscrit 28 novembre 2014 17 h 39

      Mes condoléances M.Gagné, moi mon oncle est mort sur le bord de la route frapper par un soulon et mon grand père n'avait pas les moyens de le poursuivre donc il l'a enterré lui-même. Rien n'est parfait vous savez.

  • Marcel Bernier - Inscrit 28 novembre 2014 04 h 10

    Le pouvoir, connais pas, qu'elle disait...

    Lorsque Pierre Karl Péladeau a été nommé à la présidence du conseil d'administration d'Hydro-Québec, les libéraux savaient très bien ce qui les attendait : un adversaire politique de taille se pointait à l'horizon. Ceux-ci, voyant la menace, ont bien fait leur devoir et se sont mis d'accord pour utiliser le principe d'autorité (incarné par les médecins et les banquiers) pour faire accepter l'inacceptable aux Québécois et aux Québécoises, soit le démantèlement de l'État québécois et la mise au rancart de la social-démocratie, tellement associée, de nos jours, au Parti québécois.
    D'entrée de jeu, les libéraux ont montré leurs couleurs : l'octroi de plus d'un milliard de $ en augmentation de traitement aux citoyens-médecins-entrepreneurs, ceux-là même qui représentent la quintessence de la pratique privée. Bonjour l'austérité! Puis, on s'est attaqué aux syndiqués-es et au syndicalisme, avec le détricotage éhonté des régimes de retraite, pour démoraliser les forces d'opposition et mettre à genoux les syndicats.
    Qui plus est, avec la nouvelle tarification dans les garderies, et la cessation de la gratuité pour les services ambulanciers pour les personnes âgées de 65 ans et plus, ces libéraux commencent à nous montrer clairement leur agenda politique, concocté toujours par les mêmes, qui ne jurent que par le néolibéralisme et le principe de l'utilisateur-payeur.
    Or donc, le député de Carignan n'est qu'un figurant parmi tant d'autres, qui ne méritent vraiment pas que le Père Noël viennent porter des cadeaux au pied de leur arbre.

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 28 novembre 2014 05 h 21

    Ottawa

    Le gouvernement d'Ottawa est rendu à Québec.

    • Marie-Claude Delisle - Inscrit 28 novembre 2014 08 h 53

      Alors qu'attendons-nous pour sortir Ottawa du Québec ? Mme Valois a raison, les lendemains de l'indépendnace ne seront sans doute pas pire que ce que nous vivons et appréhendons ces jours-ci !

    • Gérard Pitre - Inscrit 28 novembre 2014 17 h 19

      À messieurs Vanier et Delisle. Moi aussi je suis un jeune pré-retraité de 70 ans. Je serai demain à la manif pour dénoncer ce gouvernement corrompu des libéraux. Ils sont entrain de nous préparer une crise sociale comme ils savent si bien le faire. Souvenons-nous en, chaque fois que le Québec depuis les années 60 a vécu une crise sociale, ça toujours été sous un gouvernement libéral; la crise d'octobre de 70 sous Bourassa 1er, la crise d'Oka de 90 sous Bourassa 2, la crise de 2012 sous Charest et si nous devions encore se retrouver en crise ce sera sous un autre gouvernement libéral couilliardisé et couillon cette fois-ci. Pour l'amour du ciel et pour le bien du Québec et de tous les québécois faisons en sorte que les 3 ans et demie qu'ils nous restent ne soient pas trop pénible et gardons en mémoire ce qui se passe actuellement pour que lors du prochain scrutin nous les foutions à la porte afin qu'ils aillent ronger leur frein au purgatoire de l'opposition pour un minimum d'aumoins 20 ans. Si ce n'était que de moi ils seraient en enfer politique pour l'éternité. Le simple mot libéral, me donne des vertiges. Je suis allergique à tout ce qui est libéral, pour moi c'est pire qu'une maladie contagieuse. Bonne manif à tous et à toutes où que vous soyez au Québec. Gérard Pitre