Pignard et ses pignardises

Le temps des Fêtes apporte une bouffée d’oxygène aux nombreux commerçants et artisans du secteur de l’alimentation à Montréal, dont les commerces subissent les contrecoups des travaux sur différentes artères.
Photo: Maryna Voronova iStock Le temps des Fêtes apporte une bouffée d’oxygène aux nombreux commerçants et artisans du secteur de l’alimentation à Montréal, dont les commerces subissent les contrecoups des travaux sur différentes artères.

Alain Pignard se définit lui-même comme un chef à la maison. Comprendre ici : un chef qui donne accès à des plats uniques et signatures à faire chez soi, afin de vivre une expérience gastronomique inoubliable.

Il allait de soi pour l’enfant discret Pignard, Lyonnais d’origine, qu’il allait devenir cuisinier. Sur les traces de plusieurs mentors, son parcours lui fait découvrir l’Italie, l’Angleterre et la France, bien sûr, à l’hôtel des Ambassadeurs, avant de faire les beaux jours du Reine-Élizabeth de Montréal, où il recevra les plus grands chefs du monde, de Paul Bocuse à Alain Ducasse, durant 26 ans.

L’inspiration

Outre une formation classique, aussi nécessaire en cuisine que le sont les bases du solfège pour un musicien, Pignard s’est beaucoup inspiré de ses collègues et de ses voyages à l’étranger pour devenir un maître discret de la gastronomie montréalaise.

Comme tout bon chef, il puise ses idées dans la découverte des produits de niche chez les artisans, tant au Québec qu’ailleurs dans le monde, avec des produits uniques comme le safran ou la truffe, qu’il utilise de façon parcimonieuse en saison, tout en contrôlant les coûts.

Un changement de cap

Après toutes ces années « au Reine », comme il le dit, Pignard décide de se lancer en affaires, épaulé par plusieurs spécialistes, tant au chapitre de la gestion que de la pâtisserie. Il y a quelques semaines, il présentait La Palette gourmande, un espace ludique, presque dépouillé, proposant une palette de produits gourmands qui ne laissent aucun épicurien indifférent. On y trouve aussi des produits d’épicerie de qualité qui côtoient le prêt-à-manger offert pour emporter.

Les pignardises de Pignard, qui riment avec gourmandises, permettent de composer aussi bien de petits repas en tête-à-tête que des soirées thématiques gastronomiques. En réalité, grâce aux conseils de Pignard et aux formules proposées, tout est possible, même devenir votre propre chef.

Tout le monde trouve son compte ici puisqu’on propose aussi des menus adaptés aux personnes allergiques et à celles qui souhaitent des produits uniquement végétariens. Avec la copropriétaire Liliana de Kerorguen, Pignard offre dans son espace un coin café où on peut savourer des produits sélectionnés, des pâtisseries et des chocolats fins.

Offre alléchante

Montréal est vraiment une figure de proue dans le secteur de l’alimentation, non seulement par le choix et la diversité de ses restaurants, mais aussi, et de plus en plus, par la qualité de ses commerces liés aux métiers de bouche : boucheries et charcuteries de qualité, boulangeries artisanales, fromageries offrant une grande sélection de fromages, en plus de marchés publics diversifiés.

S’il faut nommer un point faible, on peut citer le manque de poissonneries dans certains quartiers, mais cette lacune est compensée par d’importants comptoirs de poissons et fruits de mer dans les supermarchés.

Aussi, bien des commerçants se trouvent acculés au bord de la faillite sur certaines artères à cause de travaux qui n’en finissent plus et qui rendent leur accès très difficile. Pour plusieurs d’entre eux, la période des Fêtes apporte une bouffée d’oxygène nécessaire. Pour d’autres, il s’agit de leur dernière chance de survie.

Dans un demi-sous-sol de la rue Sherbrooke Ouest, la petite boutique de Pignard laisse deviner un charme discret, irrésistible pour les épicuriens. De l’autre côté de vitrines largement garnies, tout est fin prêt, et le maître Pignard veille au bon déroulement des opérations. Tel un peintre, palette à la main, le chef se fait créateur, pour une expérience gourmande qui ne laissera personne insensible.

La Palette gourmande, 1486, rue Sherbrooke Ouest à Montréal

Philippe Mollé est conseiller en alimentation. On peut l’entendre toutes les semaines à l’émission Samedi et rien d’autre à ICI Radio-Canada Première.

Dans la bibliothèque

Trois ouvrages coups de cœur à se procurer au Salon du livre de Montréal

Le livre gourmand des Îles-de-la-Madeleine
Collectif
Éditions La Morue verte
Canada, 2014, 174 pages

Je suis vraiment tombé amoureux de cet ouvrage qui illustre merveilleusement l’univers gourmand des Îles. Un livre qui raconte les gens et les artisans, avec des recettes que l’on savoure même avec les yeux. Magnifiques photographies et très bon travail de composition. J’aime.

Ainsi cuisinaient les belles-sœurs dans l’œuvre de Michel Tremblay
Anne Fortin
Flammarion Québec
Canada, 2014, 191 pages

Voilà le résultat d’un travail monumental de recherche, un ouvrage qui mérite un prix pour sa qualité et l’histoire alimentaire qu’il présente. On y redécouvre avec bonheur des recettes familiales de 1913 à 1963, qui nous donnent le goût d’y revenir.

Fish
Philippe Emanuelli
Marabout
Espagne, 2014, 286 pages

Quel ouvrage fabuleux ! Il raconte tout sur la pêche responsable, contient des photos de poissons faciles à apprêter, avec, en plus, des recettes des plus originales qui viennent étayer ce livre qu’il vous faut vous procurer si vous êtes, comme moi, un grand amateur de poissons.
1 commentaire
  • Jacques Cameron - Inscrit 24 novembre 2014 09 h 44

    Pardon?

    ...aussi nécessaire en cuisine que sont les bases du solfège pour un musicien... Monsieur, il existe quantité de musiciens même géniaux qui n'ont pas de base en solfège. Je dois dire que c'est la première fois que je prend votre chronique en défaut.