L’inconduite sexuelle entre élus est-elle sans remède?

Il n’est pas prouvé qu’un vrai terroriste s’en soit pris au Parlement ; par contre, la vague de révélations qui secoue le pays sur les agressions sexuelles laisse peu de doute sur l’ampleur de la violence faite aux femmes. Pourtant, si les autorités ont vite paré aux attentats politiques, elles ne se sont guère empressées de réagir aux violences sexuelles. Depuis, toutefois, on comprend mieux pourquoi les Communes s’en émeuvent. Victimes ou agresseurs, des parlementaires y sont mêlés, et nul ne sait trop comment tirer au clair ce scandale appréhendé.

Ces années-ci, des dépenses de sénateurs avaient ravivé les préoccupations éthiques, mais sauf pour un cas finalement jugé sans fondement, l’inconduite sexuelle n’a jamais touché le Sénat. À la Chambre basse, toutefois, la chose était connue, des élus ont abusé de leur personnel. Nul ne prétend qu’il n’y a pas de harcèlement sur la colline, ou que les plaignantes du NPD n’ont pas dit la vérité. Mais l’inconduite sexuelle entre députés paraît rare. D’où l’absence de procédure d’enquête.

Or, une telle enquête, semble-t-il, pourrait difficilement être instituée par la présidence des Communes, surtout si ces deux femmes députées refusent de porter plainte ou de témoigner même à huis clos. Quant au Bureau de la régie interne (BRI), en plus d’être multipartite, il n’a guère plus de pouvoir en l’espèce, à supposer qu’il échappe aux travers de ce genre de comité. L’impasse donne du Parlement une image d’impuissance fort malencontreuse. On ne saurait donc pas y trouver vérité et justice ?

Comme il fallait s’y attendre, libéraux et néodémocrates semblent se préoccuper davantage de l’élection qui s’en vient que de l’intégrité de la chambre et de la violence endémique faite aux femmes. Le NPD et son chef ont joué la carte de la défense des victimes, comme si rien ne pouvait protéger leurs deux représentantes d’une nouvelle « victimisation ». N’aura-t-on pas de la sorte découragé d’autres femmes violentées d’aller se plaindre à la police ?

D’aucuns s’étonnent que les deux députées du NPD aient rompu le silence à l’interne, mais refusent d’en affronter par la suite les conséquences. Une inconduite sexuelle n’est pas un incident privé ou marginal. Une victime sans moyens peut certes hésiter à porter plainte au criminel. Mais un député appuyé par un parti et des collègues aguerris et bénéficiant de privilèges n’est pas dans une situation désespérée. Il aurait même le devoir de lutter contre une conduite indigne d’un élu.

 

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir
 

Craignant la tactique du NPD, Justin Trudeau avait, apprend-on, consulté des collègues plus expérimentés. C’est ainsi qu’il a pris l’initiative de « suspendre » du caucus et du parti les deux députés libéraux visés tout en s’abstenant de mentionner les noms et l’appartenance des deux femmes en question. C’était du même coup refuser à ces libéraux la possibilité de se défendre, ruiner leur carrière, et plonger leur famille dans un drame particulièrement cruel.

La justice est publique, il est vrai, et si les victimes de violence sexuelle peuvent parfois s’en sortir sans plus de dommages, il en va autrement des accusés même si leur innocence est reconnue. Une accusation, voire une perquisition, peut causer un tort immérité, surtout si la personne en cause est une figure connue du public ou que les médias lui donnent une grande visibilité. Tel est, dit-on, le prix à payer pour avoir une justice crédible, impartiale et efficace.

Néanmoins, le problème se complique quand l’inconduite appréhendée survient dans des institutions, surtout quand la police, la justice ou d’autres instances semblent en conflit d’intérêts. Les enquêtes de la police sur la police n’ont pas meilleure réputation que les enquêtes d’une Église sur ses représentants. Au Québec, la surveillance des juristes ou des ingénieurs par leur ordre disciplinaire inspire de moins en moins confiance. Bref, réels ou appréhendés, complaisance ou camouflage minent la crédibilité.

Ce problème n’est pas insoluble. Une affaire grave comme celle des agressions d’orphelins à Terre-Neuve, négligées par les autorités religieuses et civiles locales, a été traitée par le recours à des enquêtes extérieures. Une erreur judiciaire en Atlantique où policiers, procureurs et juges étaient en conflit d’intérêts aura été confiée à des enquêteurs venus d’autres provinces. Des juges à la retraite ont aussi enquêté sur la GRC, la police fédérale, ou sur le SCRS, son pendant du renseignement.

Les Parlements de tradition britannique ont conservé un pouvoir judiciaire qu’ils exercent rarement. Un député est mauvais juge de la conduite d’un collègue, qu’il soit de son parti ou d’un autre. Les élus acquièrent une connaissance des moeurs qui prévalent dans les capitales. Mais ils sont surtout liés par la solidarité partisane et sont dépourvus d’impartialité à l’égard de leurs adversaires. Plus d’un aussi préférera se taire plutôt que de faire éclater un scandale qui risquerait d’éclabousser toute l’institution.

Dans l’affaire des députés libéraux qui en auraient pris large avec leurs collègues néodémocrates, on ne peut trop compter sur le gouvernement conservateur en place pour trouver une issue « maison » au drame politique qui divise et ridiculise les deux principaux partis d’opposition. Quant au Bloc québécois et au Parti vert, à l’approche d’un scrutin où ils risquent eux-mêmes de disparaître, ils ont déjà trop de mal à survivre pour jouer les médiateurs.

Une loi spéciale devrait ouvrir la voie à une enquête indépendante confiée à d’ex-parlementaires ou à des juges à la retraite.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

9 commentaires
  • Gilles Thériault - Abonné 10 novembre 2014 06 h 59

    UN RAPPEL

    «Les Parlements de tradition britannique ont conservé un pouvoir judiciaire qu’ils exercent rarement.» (...) Ce paragraphe vers la fin résume bien la situation du député. Tout cet article est à lire. En effet, une enquête indépendante s'impose.

    • Christian Fleitz - Inscrit 10 novembre 2014 09 h 41

      La séparation des pouvoirs est un des fondements d'une réelle démocratie : le pouvoir judiciaire ne doit pas être exercé par aucune autre institution que par les instances judiciaires et laisser une possibilité, voire une éventualité à une autre entité, même un parlement, relève de la tyrannie.

  • Johanne St-Amour - Inscrite 10 novembre 2014 09 h 09

    Les dommages vécus par les victimes de violence sexuelle

    M. Leclerc, vous dites "La justice est publique, il est vrai, et si les victimes de violence sexuelle peuvent parfois s’en sortir sans plus de dommages, il en va autrement des accusés même si leur innocence est reconnue. Une accusation, voire une perquisition, peut causer un tort immérité, surtout si la personne en cause est une figure connue du public ou que les médias lui donnent une grande visibilité. Tel est, dit-on, le prix à payer pour avoir une justice crédible, impartiale et efficace."

    Vous est complètement en dehors de la mouvance actuelle qui tente de faire émerger ces dommages subis par les victimes de violence sexuelle du silence. Abberant! Vraiment! Quand on veut, on peut instituer un moyen afin que de telles violences soient entendues et réprimées, quelque que soit la noble institution dans lesquelles elles se passent! D'autant plus que depuis, des parlementaires féminines, des journalistes ont osé avouer l'existence d'une certaine culture sexuelle inadéquate même au Parlement!

  • Arthur Talon - Abonné 10 novembre 2014 10 h 00

    Harcèlement

    Avons-nous vraiment besoin de règlements spéciaux pour contrer ces comportements de voyous?
    Par contre, il faut que les femmes acceptent de se battre. L'exemple de Mme Copps, reconnue comme une fonceuse (elle a déjà osé dire que la langue française existait encore en Amérique Grace a l'Angleterre...), qui a attendu 30 ans pour faire ses révélations, n'est pas un bon exemple...
    Les femmes ont obtenu le droit de vote en descendant dans la rue et en criant. Plusieurs sont tombées au combat, mais a la fin, elles ont réussi a se faire reconnaître comme personnes...
    Il est facile de comprendre le désarroi d'une femme violée ou battue; les préjugés machos sont puissants et presque partout... Mais elles doivent surmonter tout cela. En gardant le silence, elles poussent la poussière sous le tapis et les voyous continueront a sévir.

    Charles Talon

  • Christian Fleitz - Inscrit 10 novembre 2014 10 h 03

    Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée...

    1) Il conviendrait qu'une réforme de la Justice dépasse la nécessité de la plainte individuelle pour justifier l'engagement d'une poursuite. Un méfait est un méfait, même si aucune plainte n'est déposée et, à ce titre, relève d'une sanction. Au moins dans ce domaine, le droit germano-latin est clairement bien supérieur à la ''common law'', car elle exclue les arrangements douteux, les pressions stérilisantes et protège la victime comme la société quoiqu'il arrive quand il y a crime ou délit.
    2) Quoiqu'il en soit, l'exemple de ces deux représentantes du peuple que sont ces deux députées, qui refusent de porter plainte est calamiteuse. Quel modèle pour une plaignante ou un plaignant ordinaire que ce comportement ? Soit, il y a eu ''inconduite sexuelle'' par des élus, dont la condition est pour le cas un facteur aggravant, et il est essentiel que ce délit soit dénoncé et puni, soit il ne s'est rien passé et cette affaire relèverait de la calomnie, ce qui est aussi punissable. Il faudrait que les plaignantes soient cohérentes.

  • Richard Génois Chalifoux - Inscrit 10 novembre 2014 11 h 43

    Pandore et l’espérance

    Malheureusement, dans le cas d’inconduite chez nos parlementaires, ce n’est plus la présomption d’innocence qui prévaut mais celle, soit de l’abus de pouvoir, de la partisannerie, de l’opportunisme, de l’électoralisme, voire de l’ignorance crasse de l’importance de la tâche qui nous est confiée; qu’on ait ou pas le courage de l’admettre.
    On peut comprendre les hésitations des présumées victimes, compte tenu de la gravité des conséquences, mais les élus sont là pour défendre le bien commun, pas leurs intérêts personnels, voire partisans.

    Quand on décide de faire de la politique, on doit accepter qu’une grande partie de notre vie privée devienne du domaine public et il faut savoir l’assumer et adapter son comportement à la réalité de cette tâche qui nous est confiée.

    Quand on ouvre une boîte de Pandore, il faut savoir en assumer les conséquences.
    (Seule l’espérance resta au fond du récipient)