MOOC sur la plage

Le lien de cause à effet était aussi prévisible qu’un coup de soleil douloureux sur le dos d’un Blanc, 12 heures à peine après son arrivée sur une plage. En faisant tomber les barrières de l’espace et du temps, les technologies n’ont pas seulement fragilisé la frontière entre le travail et la vie de famille, entre la vie privée et la vie publique, entre les moments d’intimité et la socialisation en groupe, par l’entremise du texto ou du réseau (social numérique). Elles sont aussi en train de porter atteinte au concept même de vacances en y faisant entrer l’enseignement et l’éducation en passant par la porte des MOOC.

 

Les quoi ? Les MOOC, ces cours en ligne à l’accès libre — que les Anglos nomment « Massive Online Open Courses » — qui, depuis le début de l’été, se multiplient un peu partout dans les univers numériques, comme pour mieux mettre une nouvelle mutation dans la face du présent. Plusieurs grandes universités du monde en proposent d’ailleurs, sur des sujets très techniques, mais également très humains, et ce, afin de permettre à ceux qui le voudraient de revenir de vacances avec des bagages différents de ceux avec lesquels ils sont partis. Une idée folle qui peut trouver son carburant à plusieurs endroits sur ces nouveaux chemins de la connaissance d’ailleurs, dont voici ici quelques balises.

 

La caméra ne ment jamais. C’est l’Université de Londres qui est derrière ce MOOC de six semaines, diffusé par Coursera, qui propose une incursion dans la construction sociale de la réalité par l’image au XXe siècle. Il va y être question de photojournalisme, de preuves historiques, d’authenticité et de manipulation des images à des fins de propagande. Emmett Sullivan, un spécialiste britannique de l’image dans une perspective historique, est aux commandes.

 

Une brève histoire de l’humanité. Sur Coursera — encore — ce cours de 20 semaines en ligne a été mis sur pied par l’Université hébraïque de Jérusalem. Il propose un plan-séquence, en 17 cours, de l’humanité, de l’Homo sapiens à la révolution industrielle, en passant par l’avènement de l’agriculture, la construction de la justice, des religions ou encore de l’ignorance. L’objet éducatif, mené par Yuval Noah Harari, observe l’humain sous l’angle d’un animal pensant dont les faits et gestes ont des conséquences importantes sur la planète et qui parfois se transforme en « tueur en série de l’écologie ». Entre autres.

 

L’ère de la mondialisation. Explorer toutes les facettes de la mondialisation, pour continuer à la craindre ou se mettre à l’apprécier un peu plus. Voilà en substance le projet derrière ce cours de 15 semaines que l’Université d’Austin, au Texas, propose en ligne. Ce MOOC, comme on dit là-bas, pose la mondialisation en termes de système de concurrence et de réseaux qui seraient en train d’induire des mutations profondes dans plusieurs strates de l’activité humaine. Crimes transnationaux, identités nationales remises en question, diversité des langues en péril, changements climatiques… ce cours se veut un survol de ces transformations, avec quelques clefs pour tenter de mieux les comprendre et les analyser.

 

Introduction à l’art numérique. C’est jeune, connecté et bien de son temps. Sous la houlette de Margaret Anne Schedel, prof à l’Université d’État de New York, ce cours en ligne à l’accès libre cherche à scruter les nouveaux courants artistiques et les possibilités en art induits par la technologie. En 17 semaines, avec un travail pratique à la fin. De l’art par la programmation à l’art par l’image pixelisée et le son, le voyage dans ce monde qui fait de la poésie dans le code binaire fait un tour de la question en liant théorie, exemples et pratique. Et le programme chargé, exposé sur Coursera, indique aussi que ce MOOC a été pensé sur un sujet en apparence ludique, pour des élèves sérieux et motivés.

 

Alcool, drogues et baby-boomers : êtes-vous prêt ? Qui l’aurait cru ? L’Université Johns Hopkins prétend dans ce cours en ligne que le vieillissement de la population, massivement mené par la génération des baby-boomers, est en train de faire de la consommation de l’alcool et de drogues un enjeu important en matière de santé publique, chez les vieux, dans nos sociétés. En cinq semaines, Christine L. Savage propose d’en faire la démonstration, tout en apportant aux élèves des quatre coins du globe — le MOOC n’ayant pas de frontières — des pistes de solution pour prévenir ou enrayer ce nouveau fléau.

 

La musique des Beatles. Étudier en été, oui. Mais il est possible aussi de le faire en se divertissant avec ce cours en ligne de l’Université de Rochester, qui a décidé de décortiquer l’univers musical des Fab Four, des origines à Abbey Road, mais également de passer au crible l’influence que ce groupe mythique a eue sur d’autres artistes. À suivre avec des écouteurs, bien sûr. Sur la plage ? Pourquoi pas ?

À voir en vidéo