Le moral

Dans l’arène électorale, les clameurs se sont tues et la poussière commence à retomber. Le psychodrame que je prévoyais a bien eu lieu. Le PLQ est au zénith. Le PQ est en miettes. Je serais tenté de dire, une fois encore. Et avec lui, disent certains, l’option souverainiste. Je ne le pense pas.

 

Tout d’abord parce que le projet d’un pays est tout à fait légitime et que, comme l’a si bien dit Philippe Couillard lui-même, le soir de son élection, les idées ne meurent pas. Que ça déplaise ou non, celle-là revivra. Mais à certaines conditions. Des conditions que jamais (depuis René Levesque qui proposait aux Québécois une idée de pays qui leur ressemblait), le Parti québécois n’a été capable de rassembler.

 

On ne joue pas impunément avec l’image que les Québécois ont d’eux-mêmes.

 

Les Québécois, au sortir de la plus sale campagne électorale de leur histoire, ont refusé l’image d’eux-mêmes qu’on leur renvoyait. Le ton de la campagne certes, mais aussi le flou que la gouvernance de Pauline Marois aura imprimé tout au long des dix-huit mois de son mandat et durant la période électorale. Et, à l’évidence, dans la charte, tous ne se sont pas reconnus. Tant s’en faut.

 

Bernard Drainville (comme si le moment était encore à la parole) prétend que ces derniers ont eu peur d’un référendum ou tente de leur faire croire qu’ils en ont eu peur. C’est proprement inexact. Les Québécois n’ont peur de rien. Et encore moins d’un référendum. Ils n’en veulent tout simplement pas. Pas comme ça. Pas aveuglément. Pas sans savoir pour quel projet de pays ils voteraient.

 

Ils n’ont pas peur des immigrants, ils vivent avec eux depuis toujours et en parfaite harmonie. Ils n’ont pas peur des religions, ces dernières occupent dans l’espace de leur quotidien un rôle très marginal. Ils n’ont pas peur de la langue anglaise qu’ils parlent remarquablement bien et qui leur permet de rayonner dans le monde entier sans pour autant trahir leur langue maternelle et leur culture dont ils sont très fiers.

 

Les Québécois ont tout ce qu’il faut pour être fiers. Du talent, de l’énergie et de l’originalité.

 

Et pour bâtir leur avenir, les Québécois n’ont besoin ni de charte ni de morale, et encore moins de dogmatisme identitaire. Le Québec doit retrouver le moral. Et l’espoir.

 

Du moral pour la jeunesse, désavouée et désabusée, une force intelligente, dynamique et inexploitée comme jamais. Absente ou dupée. Un vrai gâchis. Du moral pour la nature effroyablement menacée et plus respectée par les citoyens que par les politiques gouvernementales. Du moral pour les jeunes entreprises, les bâtisseurs de l’économie nouvelle (tous secteurs confondus), pour l’éducation, la santé, la recherche universitaire, la culture. De l’espoir pour les régions, les villes, les banlieues, afin de cohabiter dans des lieux de vie, sains et intelligents. Du moral et aussi de l’espoir pour les démunis et les laissés-pour-compte de la société.

 

Pour cela, il faudra prendre et réussir le virage de l’innovation. Celui de la modernité. Le Québec, et je suis bien placé pour le constater, est un formidable creuset innovant, résilient et habile. Habitué à produire beaucoup avec peu. De vraies aptitudes pour la réussite.

 

Innover, en politique comme en toutes choses, c’est voir et concevoir, puis agir et produire autrement. Mettre les chances de son côté, observer et placer en symbiose toutes les composantes de son propre milieu avec des composantes extérieures auxquelles on n’aurait même pas songé. Tous les créatifs savent cela !

 

Et contrairement à ce que l’on pense, créer n’est pas si complexe. C’est aussi une question de posture et de volonté.

 

Déjà, la gouvernance de partis est probablement une chose assez désuète en soi. Prétendre que l’on a raison, toujours et sur tout, c’est déjà avoir tort. Trop de partisanerie est à l’évidence déviante et toxique. Et s’il faut de la rigueur morale et éthique, c’est en politique qu’on doit revoir les usages. Ce n’est pas le Québec qu’il faut changer, mais la façon dont on le gouverne. Quelle qu’en soit la couleur.

 

Dans une certaine mesure, le Parti québécois a de la chance. Il va avoir du temps, beaucoup de temps pour se reconstruire sur de vraies bases. En espérant qu’il ne prétendra pas que ceux qui viennent de le mener à l’échec le mèneront demain au succès.

 

Le Québec, lui, a déjà fait sa marque. Il appartient au PQ dans ce cas de revoir la sienne. En profondeur. Car, un coup de vernis ne sera pas suffisant. La marque est un résultat pas un artifice.

 

Et puis, si l’enjeu est encore de faire un pays, qu’on me le dise franchement et, surtout, qu’on me fasse rêver.


Jean-Jacques Stréliski est professeur associé à HEC Montréal, expert en stratégie de l’image.

À voir en vidéo