Le troisième Non

De toute évidence, François Legault a fait écho au sentiment d’une majorité de Québécois quand il a lancé : « Sacrez-moi patience avec le référendum! » Le dernier sondage CROP-La Presse est clair : deux Québécois sur trois n’en veulent pas.

 

Le problème est que, même sans référendum, une défaite du PQ le 7 avril, qui doit maintenant être envisagée sérieusement, aurait la même signification qu’un troisième Non, avec toutes les conséquences dramatiques que cela entraînerait.

 

Le Non de 1980 avait ouvert la porte au rapatriement unilatéral de la Constitution et à l’enchâssement d’une Charte des droits qui a diminué les pouvoirs du Québec dans un domaine aussi vital pour son avenir que la langue de l’éducation. Celui de 1995 avait provoqué l’adoption de la Loi sur la clarté, par laquelle Ottawa s’est arrogé le droit d’interpréter à sa guise les résultats d’un futur référendum. Que résulterait-il d’un troisième Non ?

 

Philippe Couillard a finalement reconnu que le statu quo est actuellement la seule solution de rechange à la souveraineté, mais la relative autonomie dont jouit actuellement le Québec pourrait bien diminuer dans l’avenir. Même sans modification constitutionnelle, le gouvernement fédéral pourrait voir ses pouvoirs augmenter, ne serait-ce qu’en raison de l’aggravation du déséquilibre fiscal entre Ottawa et les provinces. Les Canadiens hors Québec ne s’y opposeraient vraisemblablement pas.

 

Le soulagement qu’une victoire libérale procurerait au Canada anglais serait à la mesure de la frousse que lui a causée l’entrée en scène de Pierre Karl Péladeau. Si sa venue n’a pas suffi à convaincre la population de donner le feu vert à la tenue d’un autre référendum, on conclura à coup sûr que la souveraineté ne constitue plus un danger, ce qui privera le Québec de tout rapport de force dans les discussions à venir. Même M. Couillard va s’en désoler s’il devient premier ministre.

 

Les effets sur le moral des souverainistes risquent d’être tout aussi désastreux. L’arrivée de PKP en a plongé certains dans une euphorie telle qu’ils ont perdu tout contact avec la réalité de l’électorat québécois. « Enfin, la souveraineté est de retour au centre des débats », s’est réjoui Jacques Parizeau, qui déplorait jusque-là la prudence du gouvernement Marois. On voit le résultat.

 

On peut imaginer que des mois de pédagogie basée sur le livre blanc sur l’avenir du Québec annoncé par Pauline Marois permettraient de surmonter l’aversion qu’inspire la perspective d’un autre référendum, mais il était illusoire de croire que la simple présence de M. Péladeau permettrait d’y arriver en 30 jours.

 

Après le fol espoir soulevé par l’apparition d’un sauveur auquel on était prêt à tout pardonner, pour autant qu’il nous conduise à la terre promise, le réveil ne peut être que brutal, avec toute l’amertume que cela ne manquera pas de créer.

 

On peut difficilement reprocher à M. Péladeau son excessive démonstration de ferveur souverainiste, qui a déclenché un branle-bas fédéraliste. On a assez dit que les gens d’affaires manquent souvent de sens politique. Ce sont plutôt ceux qui l’ont jeté dans la mêlée sans la moindre préparation qui devront porter le poids de cette énorme faute politique.

 

Si le pire se confirme et que le PQ est renvoyé dans l’opposition, ceux qui rêvaient de voir PKP dans l’arène référendaire devront se demander s’ils le veulent comme chef. La course à la succession de Pauline Marois, qui se transformerait en débat sur les orientations fondamentales du PQ, serait déchirante et une victoire de ce prince du capitalisme provoquerait un exode vers Québec solidaire.

 

Ce n’est pas Pierre Karl Péladeau mais Pauline Marois qui fera face aux trois autres chefs de parti lors du débat télévisé de ce soir. Sous peine de démobiliser complètement les militants péquistes, elle ne peut malheureusement pas prononcer la phrase qui pourrait changer le cours de la campagne : « Je m’engage à ce qu’il n’y ait pas de référendum durant le prochain mandat. » Toute autre réponse ne peut que renforcer la méfiance qui s’est installée.

 

La première ministre a bien tenté de ramener le débat sur le terrain de l’éthique en rappelant les vieilles « affaires libérales » qui ont empuanti le dernier mandat de Jean Charest, les troublantes relations entre M. Couillard et l’ancien directeur général du CUSM, Arthur Porter, de même que les circonstances équivoques dans lesquelles il a quitté le cabinet en juin 2008.

 

Rien n’assure que cela suffira à conjurer la crainte d’un autre référendum. À l’élection du 4 septembre 2012, le PLQ a réussi à faire élire 50 députés malgré les innombrables allégations de favoritisme et de corruption dont il était l’objet. Et il n’était même pas question de référendum. Certains sont plus allergiques à la souveraineté qu’à la magouille.

À voir en vidéo