Automobiles 2014: les meilleurs choix par catégories (2e partie)

La Ford Fiesta ST peut être utilisée en hiver comme en été.
Photo: Philippe Laguë La Ford Fiesta ST peut être utilisée en hiver comme en été.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la chronique de la semaine dernière a suscité des réactions. Pas toujours courtoises, d’ailleurs, et ces réactions disproportionnées me sidèrent chaque fois, même après plus de vingt ans de métier. Les réactions sont aussi émotives que lorsqu’on parle de la charte des valeurs… Pour des autos ! Cela dit, concluons cette liste des meilleurs achats par catégories (seuls les segments les plus populaires ont été ciblés).

Véhicules utilitaires sport et multisegments

Mon choix : Honda Pilot

S’il vous faut un VUS confortable, logeable et fiable, le Honda Pilot s’impose. Et si vous voulez utiliser un véhicule utilitaire pour les vraies raisons, tournez-vous vers le Toyota FJ Cruiser qui a toutes les qualités d’un Jeep Wrangler tout en étant plus fiable. Et n’oublions pas les coréens (Santa Fe et Sorento), champions du rapport qualité-prix. Personnellement, le Grand Cherokee est mon préféré, mais la fiabilité demeure son talon d’Achille et m’empêche de le recommander.

Modèles concurrents : Chevrolet Traverse, Ford Edge, Ford Explorer, Ford Flex, GMC Acadia, Hyundai Santa Fe XL, Jeep Wrangler, Jeep Grand Cherokee, Kia Sorento, Mazda CX-9, Nissan Murano, Nissan Pathfinder, Nissan Xterra, Subaru Tribeca, Toyota FJ Cruiser, Toyota 4Runner, Toyota Highlander, VW Touareg

À éviter : VW Touareg. L’un des plus chers et l’un des moins fiables.

Voitures « vertes » (hybrides, rechargeables et électriques)

Mon choix : Chevrolet Volt

GM a tenu ses promesses en construisant une voiture aussi efficace que la Prius et nettement plus inspirante, à regarder comme à conduire. Elle n’a rien à lui envier non plus au chapitre de la fiabilité, s’il faut en croire les publications spécialisées (Consumer Reports, Protégez-vous), qui la recommandent chaudement. Mieux encore, GM a baissé le prix de la Volt en 2014. Cela dit, elle n’est pas parfaite : l’espace est limité à l’arrière, pour la tête comme pour les jambes. Si c’est votre priorité, tournez-vous plutôt vers les hybrides de Ford, Honda ou Toyota, toutes recommandées elles aussi (à l’exception de la C-Max, qui a connu des ennuis de fiabilité). La Tesla ? Oui, si vous pouvez vous le permettre…

Modèles concurrents : Ford C-Max, Ford Focus Electric, Ford Fusion Hybrid et Energi, Honda Civic Hybrid, Honda Accord Hybrid, CR-Z, Lexus CT 200h, Mitsubishi i-Miev, Nissan Leaf, Tesla S, Toyota Camry Hybrid, Toyota Prius, Prius C et Prius V

À éviter : Mitsubishi i-Miev. Parce que c’est la moins intéressante du lot, à tous les égards.

 


Multisegments compacts

Mon choix : Mazda5

Celles qu’on appelait autrefois les minifourgonnettes (Caravan, Odyssey, Sienna) ont pris du volume, de sorte que leur préfixe ne s’applique plus. Mazda a eu la bonne idée de revenir à l’esprit originel de ce type de véhicule en concevant un croisement entre une minifourgonnette et une berline traditionnelle à partir d’une plate-forme de Mazda3. Au fil du temps, elle s’est imposée par sa qualité supérieure à celle de ses concurrents. Consumer Reports la recommande, Protégez-vous aussi. C’est également ma préférée, mais j’aime beaucoup la Ford C-Max et les coréennes (Kia Soul et Rondo), qui proposent un très bon rapport qualité-prix.

Modèles concurrents : Chevrolet Orlando, Dodge Journey, Ford C-Max, Kia Soul, Kia Rondo, Mercedes Classe B, Nissan Cube, Scion xB

À éviter : Mercedes Classe B. Pas un mauvais véhicule, mais beaucoup trop cher, d’autant plus que les innombrables options font rapidement grimper la facture.

Voitures sport (moins de 50 000 $)

Mon choix : Ford Fiesta ST

La Scion FR-S et son clone, la Subaru BRZ, incarnent la quintessence de la voiture sport : légères, agiles, maniables et d’un équilibre exceptionnel, tout ce qu’une sportive devrait être. Il y a cependant un hic : ce sont des propulsions, basses sur pattes de surcroît, donc peu adaptées à la conduite hivernale. La Fiesta ST a l’avantage d’être une traction et son 4-cylindres suralimenté est une pure merveille. De plus, l’effet de couple est beaucoup moins perceptible que sur la Focus ST, plus puissante (et plus lourde). De plus, la Fiesta est une sportive pratique, avec de véritables places arrière et de l’espace pour les bagages. On peut l’utiliser sur une base quotidienne, durant les quatre saisons.
Modèles concurrents : Chevrolet Camaro, Dodge Challenger, Fiat 500 Abarth, Ford Focus ST, Ford Mustang, Honda Civic Si, Hyundai Genesis Coupé, Kia Koup, Mazda MX-5, Mazdaspeed3, MINI Cooper S et JCW, Nissan 370Z, Scion tC, Scion FR-S, Subaru BRZ, Subaru Impreza WRX, VW GTI

À éviter : Cette catégorie regorge de bons joueurs. La fiabilité perfectible de la Fiat et de la MINI Cooper incitent cependant à la prudence.

Voitures de luxe (moins de 50 000 $)

Mon choix : Acura TL

Dans cette catégorie, aucune voiture n’en donne autant pour le prix. Aucune. Si elle était belle, elle serait parfaite ! J’ai aussi un faible pour la Lexus IS 350 : son habitacle est plus confortable, plus chaleureux aussi que celui d’une BMW Série 3 et les concessionnaires traitent mieux leurs clients. Au chapitre du comportement routier, la BMW demeure une petite coche au-dessus, mais, à équipement égal, elle coûte plus cher, sans parler de l’interminable liste d’options. Je reconnais que c’est une voiture exceptionnelle à tous les chapitres, mais lorsqu’on achète un produit de luxe, on s’attend ce qu’on soit aux petits soins pour nous, et c’est rarement le cas avec les marques allemandes.

Modèles concurrents : Acura ILX, Audi A3, Audi A4, BMW Série 1, BMW Série 3, Cadillac ATS, Cadillac CTS, Infiniti Q50, Kia Cadenza, Lexus ES, Lexus IS, Lincoln MKZ, Mercedes-Benz Classe C, Mercedes CLA, Volvo S60
À éviter : Soyons honnêtes, l’Acura ILX n’est rien d’autre qu’une Honda Civic endimanchée. L’Infiniti Q50 déçoit : elle a encore des croûtes à manger pour rivaliser avec les allemandes, tant pour le raffinement mécanique que pour les prestations routières. Quant à Volvo, cette marque semble sous respirateur artificiel.

Utilitaires de luxe compacts (moins de 50 000 $)

Mon choix : Acura RDX

Ici, il faut y aller selon vos priorités. Mon cœur penche pour le BMW X3 parce que c’est le plus agréable à conduire et ma tête me dit de recommander l’Acura RDX parce que c’est celui qui en donne le plus pour votre argent. Et il y a l’Audi Q5, un solide joueur lui aussi. Les innombrables options des allemandes posent toutefois problème : on dépasse rapidement la barre des 50 000 $. C’est beaucoup pour un petit VUS, même s’il porte l’écusson BMW, Audi ou Mercedes.
Modèles concurrents : Audi Q5, BMW X1, BMW X3, Cadillac SRX, Infiniti QX 50, Range Rover Evoque, Land Rover LR2, Mercedes-Benz GLA et GLK, Volvo XC 60

À éviter : Volvo XC60. Pas un mauvais véhicule, mais cette marque a connu des jours meilleurs.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

19 commentaires
  • François Beaulé - Abonné 20 janvier 2014 05 h 29

    Encore des critiques!

    Premièrement, une erreur en haut de la page, la section «Véhicules utilitaires sport et multisegments», suivent des véhicules hybrides, hybrides branchables et électriques qui ne sont pas des VUS ni multisegments.

    Aussi, placer dans la même catégorie les différents véhicules dits verts est une erreur. Les prix sont différents et surtout l'autonomie est très, très, très différentes. On ne peut pas aller très loin avec une Leaf, surtout l'hiver, car le chauffage épuise les batteries. Au contraire les hybrides peuvent faire de longues distances sans même s'arrêter pour faire le plein. Il faudrait aussi, avec l'aide de www.fueleconomy.gov, évaluer la distance à parcourir pour amortir le prix supplémentaire d'une hybride ou électrique. Exemple, combien de km pour amortir le surcoût d'une Camry hybride ou d'une Accord hybride selon la proportion du kilométrage ville/route ? Faire la comparaison économique entre la Prius et la Volt serait aussi fort utile. Ce travail, qui comporte une dimension comptable pourrait (devrait) être fait par «Protégez-vous». Ou M.Laguë, s'il est bon en calcul.

    Pour ceux qui roulent surtout sur la route, un véhicule diésel, comme la Jetta par exemple, ou la Golf, est-il avantageux?

    Où est la Subaru Outback dans ces catégories?

    Qui aime bien, châtie bien!

    Vous êtes un des meilleurs journalistes auto du Québec et vous écrivez bien. Vous et vos confrères devriez faire la promotion des autos à faible consommation. Vos consciences environnementales sont faibles. Vous n'assumez pas de fonction éducative en cette matière. Attendons que le gouvernement règle tous les problèmes!

    • Philippe Laguë - Inscrit 20 janvier 2014 09 h 03

      La Subaru Outback n'est rien d'autre qu'une Subaru Legacy familiale avec quelques modifications cosmétiques. Or, la Legacy était mon choix la semaine dernière dans la catégorie des berlines intermdiaires.

      Quant à ma conscience environnementale, c'est votre perception et je ne la partage pas. Je suis le premier à dire que les hausses sauvages des pétrolières sont, au fond, une bonne chose, car elles feront augmenter les ventes de véhicules verts.

      Finalement, la comparaison entre une Prius et une Volt a été déjà faite dans ces pages, à ma demande, par Daniel Breton.

      Je vais laisser le soin aux gens de Protégez-vous et autres publications spécialisées dans la protection des consommateurs de faire des calculs ; j'en ai déjà plein les bras avec les essais routiers.

      Meilleures salutations.

    • Patrick Lépine - Inscrit 20 janvier 2014 17 h 13

      @ monsieur Laguë, la Subaru Outback est-elle vendue en tant que "berline" ou break?

      Et la garde au sol est-elle la même?

      Je sais bien qu'elle est un peu vieillisante, malgré ses particularités, mais où doit-on alors la chercher dans vos tableaux comparatifs?

      Et petite colle en finissant; doit-on voir le fait que Subaru nous offre aujourd'hui une voiture sport à propulsion uniquement avec sa BRZ comme un indice que les fabricants automobiles s'attendent définitivement à un réchauffement climatique au Québec qui fera à terme disparaître la neige? ;)

    • Simon Chamberland - Inscrit 20 janvier 2014 19 h 56

      M. Beaulé,

      La catégorie où la Volt a gagné était la voiture verte.

      Ça exclue immédiatement les voitures diésel.

      J'ai une Volt. C'est de loin la meilleure voiture que j'ai conduit. Quel bonheur de faire le plein aux 10 semaines et de ne jamais se soucier de l'autonomie.

      M. Laguë propose ici un excellent choix. Selon une revue américaine réputée, c'est la voiture qui aurait le plus haut taux de satisfaction, outre la Tesla S. Mais pour le prix d'une Tesla S, on peut s'offrir 3 Volts.

    • François Beaulé - Abonné 20 janvier 2014 20 h 59

      Très intéressant M. Chamberland de profiter de l'expérience à long terme d'un propriétaire. Combien ça coûte une Volt en 2014? Combien plus qu'une Prius? En tenant compte de la subvention du gouvernement bien sûr.

    • François Beaulé - Abonné 21 janvier 2014 08 h 06

      Hé bien! après une recherche avec google, je vois que la subvention sur la Volt sera de 8000$ à compter du 1er février. Alors que la subvention ne sera que de 4000$ sur la Ford Cmax energi et sur la Prius branchable.

      L'écart de prix après subvention est donc minime entre la Chevrolet Volt et la Toyota Prius normale (non branchable). La Volt est une aubaine sensationnelle au Québec. Pourtant je vois à Montréal beaucoup de Prius et Prius V et très peu de Volt. Je lis aussi sur une page web d'un journal concurrent (août 2013) que GM perd de l'argent en vendant ses Volt. Qu'en est-il de la disponibilité des Volt au Canada? Y a-t-il une liste d'attente?

    • Simon Chamberland - Inscrit 21 janvier 2014 08 h 43

      En 2014, on peut sortir une Volt pour un peu moins 29 000 $ avant taxes. Bien équipée, avec les taxes, le transport et la préparation, ça doit tourner autour de 35 000 $.

      Je ne connais pas les prix de la Prius. Par contre, quand j'avais une Prius de seconde génération, ma consommation réelle était légèrement supérieure à 5 L / 100 km. La Volt ? Autour de 1,3 L/ 100 km. Pour les Québécois, qui paient très cher l'essence et ont l'électricité à rabais, c'est une aubaine. Je ne peux pas dire avec précision de combien la facture d'électricité a augmenté, car il y a eu sur ma maison des travaux majeurs d'efficacité énergétique. Côté entretien, j'ai fait faire le premier changement d'huile il y a quelques semaines, après 2 ans à rouler avec la voiture.

      La Volt correspond à mon profil de consommateur. Aller au travail est un trajet de 16 km, le retour 17. Le moteur à essence n'embarque jamais du lundi au vendredi, sauf s'il faut très froid le matin. Dans ce cas, pour ou 2 km, ça affiche 30 L/100 km, le temps de réchauffer la voiture. Mais 30 L / 100 km pour un ou 2 km, ça ne fait que 0,3 ou 0,6 L consommé pour le trajet.

      En termes de conduite, la Volt est vraiment en avance sur mon ancienne Prius, que je qualifiais en ces termes : flou et mou. La Volt est une voiture très agréable. Bémol : puisqu'il n'y a pas de bruit de moteur, il faut s'habituer à entendre des bruits qui sont masqués par le moteur dans les autres voitures.

    • Simon Chamberland - Inscrit 21 janvier 2014 14 h 17

      M. Beaulé

      Une des raisons qui font que la Volt n'est si populaire à Montréal, c'est qu'il y a beaucoup de locataires et de gens vivants dans les immeubles à condo, sans possibilité de brancher la voiture.

      Si on ne peut pas brancher une Volt quotidiennement, mieux vaut avoir une Prius.

  • Norman Thibault - Abonné 20 janvier 2014 07 h 28

    Et les camionnettes?

    Et les camionnettes?

    Connaîtrons-nous vos choix dans cette catégorie?


    Norman Thibault
    Abonné

    • Philippe Laguë - Inscrit 20 janvier 2014 09 h 08

      Le lectorat du Devoir étant en général peu porté sur les camionnettes de type pick-up, j'ai préféré mettre l'accent sur les catégories les plus populaires. Je l'ai d'ailleurs précisé en introduction. J'avais deux pages à ma disposition (une par semaine) et je ne pouvais pas inclure toutes les catégories et sous-catégories.

    • Simon Chamberland - Inscrit 20 janvier 2014 19 h 58

      Je pense aussi que mon chroniqueur préféré aurait besoin de plus de 20 catégories pour proposer ses choix dans les camionnettes, tellement le choix de configurations est vaste.

  • pietro di paolo - Inscrit 20 janvier 2014 17 h 59

    subaru crosstrek hybride

    Bonjour M. Lagüe,

    Je roule actuellement avec une Subaru Legacy que j'aime beaucoup. J'ai également eu une Civic hybride que j'ai adoré. Pour ma prochaine voiture, je voudrais le meilleur des deux mondes: une traction intégrale hybride. Que pensez-vous de
    la nouvelle Subaru Crosstrek hybride? Est-ce risqué d'acheter un nouveau modèle qui n'a pas encore fait ses preuves? Serait-il plus prudent de la louer plutôt que de l'acheter?

    Merci de votre attention

    • François Beaulé - Abonné 20 janvier 2014 19 h 12

      La meilleure chose à faire est d'utiliser votre Legacy jusqu'à au moins 200,000 km puisqu'elle est fiable et durable. Le nombre total de véhicules sur les routes du Québec augmente beaucoup plus vite que la population. Moins vous achetez de voitures neuves, plus longtemps vous gardez votre voiture, mieux ce sera. La consommation d'essence de votre nouvelle hybride doit être ajoutée à celle de votre Legacy conduite par son éventuel nouveau propriétaire. Le choix le plus écolo est de rouler le moins possible et d'user votre auto jusqu'à un kilométrage élevé. Plus vous attendez pour acheter, plus il y aura de modèles à faible consommation sur le marché.

    • Philippe Laguë - Inscrit 20 janvier 2014 20 h 54

      Bonjour M. Di Paolo,

      Je vois qu'un lecteur se prend pour un chroniqueur spécialisé... Permettez-moi quand même de répondre à votre question : la Subaru Crosstrek hybride est un excellent choix. Vous tombez bien car j'ai pu la conduire il y a deux semaines. Si vous conduisez surtout en ville, vous bénéficierez pleinement de la technologie hybride, moins sur l'autoroute.
      N'ayez aucune crainte côté fiabilité : le système de Subaru vient directement de Toyota, partenaire et actionnaire de Subaru. Quant à la Crosstrek, il s'agit, dans les faits, d'une Impreza, voiture fiable s'il en est une.
      Si vous avez d'autres questions, je vous invite à communiquer avec moi via Facebook.
      Meilleures salutations.

    • François Beaulé - Abonné 21 janvier 2014 08 h 39

      Les chroniqueurs automobile contribuent à la promotion des ventes de voitures neuves. Voilà pourquoi les constructeurs leur offrent gratuitement l'utilisation de leurs voitures et d'autres avantages comme des voyages aux États-Unis et même parfois en Europe. Ces frais assumés par les compagnies d'auto font partie de leurs gigantesques budgets de marketing et de publicité. Il serait très intéressant qu'un journaliste en économie du Devoir révèle l'ampleur de ces budgets avec tous les détails pertinents. J'aimerais bien connaître, par exemple, la part des constructeurs automobile dans le budget des chaînes de télé privées ou des magazines et de journaux comme La presse et le Journal de Montréal.

    • Jérôme Brisson - Inscrit 21 janvier 2014 11 h 41

      M. Beaulé,

      Cette dernière intervention de votre part pue l'orgueil blessé du Ti-Jos Connaissant qui accepte mal de s'être fait remettre à sa place par un professionnel, et qui s'en remet aux insinuations insidieuses dans le but de miner la crédibilité de son interlocuteur, et tout ça par désir mesquin de vengeance. Bien que le copinage, l'amateurisme, le conflit d'intérêts et la complaisance entre les journalistes automobiles et les constructeurs soient un fléau attesté depuis des décennies, M. Laguë par contre, comme lui-même l'a fort justement souligné ci-dessous, n'a jamais mangé de ce pain-là et s'évertue même depuis 20 ans à dénoncer cette situation, et ce, pour le plus grand bénéfice des consommateurs. Pensez-y à deux fois avant de vouloir jouer les pourfendeurs de moulins à vent.

      Sutor, ne supra crepidam

      Jérôme Brisson

  • Philippe Laguë - Inscrit 21 janvier 2014 10 h 46

    Pas tous dans le même sac

    Je suis allé à l'émission "Tout le monde en parle" en janvier 2006 pour dénoncer cette situation. Vous n'avez donc pas de leçon à me donner, d'une part ; et d'autre part, vous n'avez pas la compétence requise pour conseiller des lecteurs-trices en vue de leur éventuel achat. Trop de gens s'improvisent chroniqueur automobile ; c'est le cancer de notre profession.

    • François Beaulé - Abonné 21 janvier 2014 20 h 55

      Si le chapeau vous fait c'est votre problème. Nulle part dans mon commentaire, je ne vous visais personnellement. Ce que j'ai écrit reste vrai. Si vous le prenez comme une leçon, tant mieux. Vous faites partie comme les autres chroniqueurs auto d'un énorme système qui fait la promotion des voitures neuves. Que vous vous en rendiez compte ou non ne change rien à l'affaire. Vous n'allez pas me faire croire que vous payez vous même les voitures que vous essayez. Ce que Consumer reports fait par ailleurs. Mais c'est l'exception. Mon commentaire de 8h39 dépasse de beaucoup votre petite expérience personnelle.

    • Jérôme Brisson - Inscrit 22 janvier 2014 10 h 28

      M. Beaulé,

      Je me permets encore une fois de faire tomber la pluie sur votre défilé. Ironiquement, votre commentaire de 8 h 39 n'est qu'un ressassage laborieux de faits véridiques, sans doute, mais déjà attestés depuis plusieurs années, notamment par M. Laguë lui-même. Son passage remarqué à « Tout le monde en parle » l'a éloquemment démontré, et son « Bulletin annuel de l'auto 2007 » demeure un modèle de rigueur sans concession ni complaisance pour les constructeurs. En voulant réduire le rôle de M. Laguë et de l'ensemble des chroniqueurs automobiles à de celui de simples laquais inconscients à la solde de l'industrie automobile, vous démontrez à la fois votre arrogance, votre mauvaise foi de même que votre ignorance crasse du métier de chroniqueur automobile et de sa raison d'être. En cela, la « petite expérience personnelle » de M. Laguë parlera toujours plus fort et plus vrai que ces pusillanimes montées de lait que vous tentez de faire passer pour des opinions éclairées.

      Sutor, ne supra crepidam

      Jérôme Brisson