Le bulletin des constructeurs automobiles

La faillite est la meilleure chose qui pouvait arriver à General Motors, qui a rehaussé la qualité de plusieurs crans. La Corvette menace maintenant la dominante Porsche 911.
Photo: Philippe Laguë La faillite est la meilleure chose qui pouvait arriver à General Motors, qui a rehaussé la qualité de plusieurs crans. La Corvette menace maintenant la dominante Porsche 911.

L’année 2014 vient tout juste de commencer, mais pour les constructeurs automobiles, elle est entamée depuis plusieurs mois, déjà. Et dans une dizaine de jours, les salons de Detroit et Montréal vont ouvrir leurs portes. Tradition oblige, c’est le moment de jeter un regard sur les constructeurs automobiles qui sont présents en Amérique du Nord. Voici donc le bulletin de l’année modèle 2014.

 

En hausse

 

Audi

 

Les Audi sont, dans l’ensemble, plus fiables que leurs rivales de Munich (BMW) et Stuttgart (Mercedes). C’est un gros point en leur faveur. Ajoutons à cela une solide réputation sur le plan technique, rehaussée par des succès sur les circuits, et les chefs-d’oeuvre de design que sont les A5, A7, TT et la spectaculaire R8. On commence cependant à se lasser des A4 et A6, qui ont peu évolué sur le plan esthétique. Cela dit, c’est le plus gros reproche qu’on peut leur faire… Ça, et les innombrables options, maladie endémique des constructeurs germaniques. 8/10 (+1)

 

General Motors

 

La faillite est la meilleure chose qui pouvait arriver à ce géant, qui a non seulement rationalisé sa structure, mais aussi sa gamme de produits, tout en rehaussant la qualité — et pas qu’un peu ! Au sommet, des modèles comme la Cadillac CTS et la Corvette font désormais partie de l’élite mondiale, tandis que dans le rayon abordable, les Sonic, Cruze et Malibu tirent bien leur épingle du jeu. GM est aussi le seul constructeur américain à proposer une microvoiture (la Spark) et la meilleure voiture verte en Amérique (la Volt). La marque Buick suit le même chemin que Cadillac, et seuls des préjugés tenaces ralentissent sa progression. Cerise sur le gâteau, GM est le constructeur américain qui obtient les meilleurs résultats au chapitre de la fiabilité. 8/10 (+1)

 

Jaguar (et Land Rover)

 

L’achat de ces deux prestigieuses marques britanniques par le conglomérat indien Tata continue de porter ses fruits : investissements massifs dans la recherche et le développement, élargissement de la gamme… La fiabilité continue de progresser elle aussi : dans sa plus récente parution, Consumer Reports n’en recommande aucune, mais n’en déconseille aucune non plus. C’est déjà une amélioration. Le taux de satisfaction des propriétaires se situe par ailleurs au-dessus de la moyenne. Et puis disons les choses franchement : la fiabilité des marques de luxe allemandes tient plutôt du mythe. De plus, les Jaguar et les Land Rover ont un avantage sur leurs concurrentes teutonnes : on n’en voit pas à tous les coins de rue. Or, l’exclusivité est un facteur de première importance dans les hautes sphères. 7/10 (+1)

 

Mercedes

 

Depuis le début du siècle, la fiabilité a été le talon d’Achille des Mercedes. La situation s’est cependant améliorée ces dernières années, ce que confirme Consumer Reports : quatre modèles sont recommandés, et ce sont les plus gros vendeurs de la gamme (Classe C et E, GLK et ML). La CLA a cependant déçu : d’une Mercedes, on s’attend à plus, même si c’est la moins chère. Quant à la Smart, elle demeure un des pires achats de l’industrie automobile, toutes catégories confondues. Elle a d’ailleurs récolté la pire note de l’APA dans le guide auto du magazine Protégez-vous pour une troisième année d’affilée. 6/10 (+1)


Stable

 

Subaru

 

Si vous n’êtes pas encore convaincus que les Subaru sont les voitures parfaites pour notre climat, conduisez-en une pendant une tempête de neige. Le système de traction intégrale de ce constructeur est le meilleur de l’industrie automobile (ex aequo avec celui d’Audi). La fiabilité fait aussi partie de l’ADN des Subaru : Consumer Reports les recommande presque toutes, tout comme l’APA et le magazine Protégez-vous dans leur guide annuel. La fiabilité de la BRZ, une sportive développée conjointement avec Toyota, a cependant connu des ratés à sa première année, selon Consumer Reports. 9/10

 

Mazda

 

Mazda continue de se démarquer des autres marques japonaises en proposant des véhicules moins insipides, à regarder comme à conduire. Grâce à la technologie SkyActiv, cette marque a non seulement réglé le problème de consommation trop élevée qui affectait la plupart de ses modèles, mais elle est remontée de la queue à la tête du peloton. Chapeau ! Les problèmes de fiabilité et de corrosion semblent aussi résolus. Il fallait une berline intermédiaire capable de rivaliser avec les Accord et Camry ; c’est chose faite avec la nouvelle Mazda6. Dans le créneau des sous-compactes, les ventes de la Mazda2 n’arrivent cependant pas à décoller. 9/10

 

Honda (et Acura)

 

Elle paraît bien loin, l’époque où Honda était perçu comme le plus dynamique des constructeurs japonais. Le problème n’en est pas un de qualité, car les Acura et Honda demeurent des championnes de fiabilité ; mais la concurrence américaine et coréenne a fait d’énormes progrès à ce chapitre, en plus de proposer des modèles tellement plus attrayants ! Le design demeure le maillon faible de Honda, et plus on monte en gamme, plus cette lacune coûte des ventes. 8/10

 

Hyundai (et Kia)

 

Les compactes et sous-compactes des deux marques soeurs n’ont pas encore le même raffinement mécanique que leurs rivales japonaises. Les Sonata et Optima font cependant jeu égal avec les meilleures berlines intermédiaires (Accord, Camry et consorts). De plus, ces deux marques coréennes prouvent que le design demeure un solide argument de vente. Et n’oublions leur dotation généreuse et leur super garantie de base (5 ans ou 100 000 kilomètres). 8/10

 

Porsche

 

La nouvelle génération de la mythique 911 a connu des problèmes de fiabilité, selon Consumer Reports. En contrepartie, la Cayenne a corrigé les siens. Par ailleurs, la domination de la 911 est, pour la première fois, menacée : la Jaguar F-Type et la Corvette, pour ne nommer qu’elles, lui soufflent dans le cou. Comment réagira Porsche, adepte de la méthode du work in progress ? Un cran plus bas, les Boxster et Cayman demeurent les références de leurs créneaux respectifs, en plus d’être fiables. 8/10

 

Toyota (et Lexus)

 

Même si les critiques sont partagées, Toyota a réussi le renouvellement de sa Corolla, nettement moins « beige » que ses devancières. Idem pour la Camry. Il faudra maintenant appliquer la même recette à la petite Yaris, qui fait de moins en moins le poids par rapport à ses rivales, comme quoi la fiabilité ne suffit pas. Lexus demeure la plus intéressante des marques de luxe japonaises : ses IS, GS et RX n’ont pas grand-chose à envier à la concurrence allemande, tout en étant plus fiables. De plus, les concessionnaires de la marque traitent leurs clients avec beaucoup plus d’égards. 8/10

 

Ford

 

Après avoir évité la faillite et récolté ses meilleurs résultats depuis des lunes dans les enquêtes portant sur la fiabilité, Ford a reculé l’année dernière, et si l’on en juge par les derniers résultats compilés par Consumer Reports, ça ne s’améliore pas. Seulement quatre modèles sont recommandés (Expedition, Flex, Fusion et Mustang). C’est d’autant plus dommage que la qualité globale des Ford, tant sur le plan technique que celui de la construction, atteint des sommets. 7/10

 

BMW

 

J’aurais pu faire un copier-coller de ce que j’ai écrit lors des deux années précédentes, car les lacunes du constructeur bavarois demeurent les mêmes : quelques modèles décevants (Série 5, Série 7), voire très décevants (Série 5 GT, X6), et une fiabilité aussi variable que la qualité du service après-vente. Les innombrables (et coûteuses) options constituent aussi une véritable plaie. La Série 3 demeure cependant la référence de sa catégorie et l’une des meilleures voitures de la planète. BMW est aussi le premier constructeur allemand à plonger dans le bain des véhicules électriques, une initiative qui mérite d’être saluée. 6/10

 

Chrysler

 

Si la qualité a connu un bond spectaculaire chez Chrysler, Jeep, Dodge et Fiat, la fiabilité tarde à s’améliorer. L’année dernière, Consumer Reports ne recommandait que trois modèles de ce constructeur, soit un de plus que cette année… Jeep fait particulièrement piètre figure à ce chapitre. Il manque aussi une véritable sous-compacte à ce constructeur, car les Fiat 500 et 500L demeurent des voitures de niche. Heureusement, la désuète Chrysler 200 fait peau neuve en 2014. 6/10

 

Mitsubishi

 

Combien de temps cette marque vivotera-t-elle ainsi ? Selon le Wall Street Journal, Mitsubishi pourrait imiter Suzuki et se retirer du marché nord-américain. La fiabilité est une grande qualité, mais à elle ne suffit pas à faire vendre des véhicules ternes ou vieillissants. 6/10

 

Volvo

 

Les ventes fondent comme neige au soleil, et au Québec, naguère un des châteaux forts de Volvo, les communications se font in English only. Rachetée par le groupe chinois Geely, cette marque qui était autrefois un des fleurons de la Suède en serait-elle à ses derniers moments ? Le Wall Street Journal croit que oui. Quelle triste fin… 3/10

 

En baisse

 

Nissan (et Infiniti)

 

Qui n’avance pas recule, dit-on. Dans un environnement aussi concurrentiel que l’industrie automobile, c’est assurément le cas. Globalement, les Nissan et Infiniti continuent de briller par leur fiabilité ; le problème se situe ailleurs. Chez Nissan, la Sentra a ravi à la Corolla le titre de « voiture la plus ennuyante de sa catégorie » et le renouvellement timide de l’Altima ne lui amènera pas de nouveaux acheteurs — ce serait plutôt le contraire. Même problème avec l’Infiniti Q50, qui, de surcroît, est loin d’être la mangeuse de BMW qu’on nous promettait. Ces deux marques ont besoin d’être secouées. 7/10 (-1)

 

Volkswagen

 

Le géant allemand aspire à devenir le numéro 1 mondial, mais la contre-performance de la marque VW en Amérique du Nord freine ses ambitions. L’insuccès de ses VUS (Tiguan, Touareg) plombe les ventes, tandis que celles des berlines Jetta et Passat ont reculé. Peu friands des voitures à hayon, nos voisins du Sud ont toujours boudé la Golf. L’absence d’une sous-compacte est un autre trou dans la gamme VW. Par contre, le bilan est plutôt bon côté fiabilité, à l’exception de la Touareg. 7/10 (-1)


Collaborateur

1 commentaire
  • Marie-Josée Buil - Abonnée 7 janvier 2014 17 h 07

    Dur dur pour Volvo

    Je vous trouve un tantinet dur pour Volvo avec un 3/10 - de loin la note la plus médiocre. Pourtant, mis à pars le côté "public relation" de Volvo Canada qui laisse à désirer, je trouve que la qualité - et même dans certains cas, le prix - de leur service s'est grandement amélioré depuis 10 ans. Je trouve aussi que ma XC70 2006 "toute garnie" est toujours impeccable et je compte la garder encore plus longtemps que ma 850 "Sports Wagon" 1997 qui souffrait de mains petits bobos électriques malgré sa simplicité toute de base à l'époque. Je n'ai pas essayé les derniers modèles Volvo mais à pars la vôtre, je vois plus de critiques élogieuses que négatives. Mon principal "beef" contre les modèles des dernières années reste leur appétit immodéré pour le pétrole mais la nouvelle V40 - que j'espère voir importée au plus vite - semble avoir corrigé ce problème. Bref, je trouve toujours que les Volvo ont de la gueule - le jour et la nuit comparé à Subaru que vous portez pourtant aux nues - et restent hyper-confortables, sécuritaires et durables; ça mérite mieux qu'un 3/10, quel que soient vos nombreux griefs professionnels envers les représentants locaux.