C’est du sport! - Un peu plus fort

Contrairement à ce que prétend la rumeur populaire — Dame Rumeur, ainsi que le déclamait le poète qui était un fervent partisan de l’anthropomorphisme et évoquait de même Dame Nature, la mère de tous les vices, et Monsieur Patate —, les records ne sont pas faits pour être battus. Enfin, pas tous. Par exemple, quand Cy Young a annoncé sa retraite au terme de la saison 1911 avec 511 victoires en carrière au compteur, il a sûrement songé hé hé les cocos, allez-y, remportez 20 victoires dans chacune de 25 campagnes, il vous en manquera encore 12, et avec tous ces lanceurs de relève que vous emploierez dans un lointain avenir parce que vos partants seront trop fragiles alors que nous, les vrais, terminons nos matchs ne serait-ce que parce que l’enclos n’existe même pas, vous ne faillirez même pas passer proche. Parallèlement, après que le grand basketteur Wilt Chamberlain eut marqué 100 points dans un match en 1962, on raconte qu’il était pas mal certain que cette marque tiendrait éternellement, mais qu’il s’est dit que, juste au cas où, il écrirait plus tard dans son autobiographie avoir connu au sens biblique du terme plus de 20 000 madames différentes dans sa vie, comme ça il y aurait au moins un record insurpassable qui resterait associé à son nom.

 

Dans d’autres cas, ça se bouscule comme des intellectuels de centre gauche modéré dans un Walmart à l’occasion du Black Friday. Récemment, on se jasait des partisans des Seahawks de Seattle qui avaient établi en septembre une marque mondiale Guinness en émettant 136,6 décibels au CenturyLink Field. Quelques semaines plus tard, les supporteurs des Chiefs de Kansas City supplantaient le Volume 12 de Seattle avec 137,5 dB. Puis, lundi, les fans des Seahawks ont repris la ceinture des super-lourds en tonitruant à la hauteur de 137,6 dB lorsque la défense locale a freiné les Saints de La Nouvelle-Orléans sur un troisième essai tard au deuxième quart. Franchement, vous c’est votre affaire, mais personnellement, je crois qu’on ne peut que faire grand bruit de cette nouvelle percée dans la formidable aventure humaine.

 

Les Seahawks ont démoli les Saints, leurs plus proches poursuivants au sommet de la NFC (dont plusieurs joueurs portaient des bouchons dans les oreilles), au compte de 34-7. Ils auront probablement l’avantage du terrain pendant leurs deux matchs éliminatoires, ce qui amène des individus pourtant non dotés de voyance extralucide à annoncer qu’ils ont déjà un pied au Super Bowl.

 

Par ailleurs, un sismographe placé à proximité du CenturyLink Field a enregistré une secousse d’une magnitude située entre 1 et 2 sur l’échelle de Richter lors du même match. C’est pas des maudites farces.

À voir en vidéo