Les barbus et la CAQ

François Legault déplorait récemment le peu d’intérêt que suscitait la position de son parti sur la charte de la laïcité. Cela risque de changer avec l’intervention de Jean Allaire dans le débat, mais le chef de la CAQ se serait certainement passé de cette publicité imprévue.

 

«“L’islam, une religion de violence”, selon le fondateur de l’ADQ », titrait La Presse mardi. M. Allaire, qui a entrepris de relire le Coran, « un texte de conquête et de violence », en a contre les « barbus » qui imposent le port du voile aux femmes musulmanes et s’inquiète de la présence de cellules d’al-Qaïda à Montréal. Sans dénoncer ouvertement la position de la CAQ, il se sent plus proche de celle du PQ.

 

La réaction de M. Legault a été immédiate. « Je suis totalement en désaccord avec lui. Il fait le procès d’une religion », a-t-il déclaré, se disant toutefois disposé à discuter du dossier samedi au conseil général de son parti, bien que la question n’apparaisse pas à l’ordre du jour.

 

Même si les députés ont été « consultés » sur la position défendue par la CAQ, qui reprend essentiellement les recommandations de la commission Bouchard-Taylor sur le port des signes religieux, si ce n’est qu’elle étend l’interdiction aux enseignants, aucune instance représentant la base militante n’a eu la possibilité de se prononcer.

 

En réalité, le projet de loi 60 ne fera pas grand-chose de plus pour contrer les méfaits de l’intégrisme, par exemple les crimes d’honneur, qui ont fait l’objet d’un récent avis du Conseil du statut de la femme, même si Bernard Drainville plaide qu’il enverra à tout le moins un message. M. Allaire n’est cependant pas le seul caquiste à penser que la position officielle du parti est trop molle. Il a simplement dit tout haut ce que plusieurs pensent, et M. Legault le sait parfaitement.

 

***

 

Déjà, à la mi-septembre, un sondage Léger Marketing–Le Devoir indiquait que 46 % des électeurs caquistes appuyaient ce qu’on appelait encore la « Charte des valeurs québécoises », alors que 40 % s’y opposaient. À la demande de la CAQ, la maison CROP a poussé l’analyse plus loin au mois d’octobre, incluant dans son questionnaire trois scénarios qui correspondent aux positions des trois principaux partis représentés à l’Assemblée nationale.

 

L’interdiction du port de signes religieux « pour tous les employés de l’État sans exception », tel que prévu dans le projet de loi 60, à quelques nuances près, recueillait l’appui de 39 % de l’ensemble de la population québécoise, de 60 % des électeurs péquistes, de 25 % des libéraux, de 46 % des caquistes et de 34 % des solidaires. À l’inverse, le libre port pour tous, soit la position du PLQ, ralliait 29 % des Québécois, 9 % des péquistes, 45 % des libéraux, 25 % des caquistes et 26 % des solidaires.

 

La position de la CAQ, soit une interdiction limitée aux seuls employés de l’État qui sont en position d’autorité, « comme les juges, les policiers et les enseignants du primaire et du secondaire », avait l’appui de 31 % des Québécois, de 31 % des péquistes, de 31 % des libéraux, de 29 % des caquistes et de 41 % des solidaires.

 

La CAQ est donc le parti dont la position sur la charte reçoit le moins d’appui chez ses propres partisans, alors que le PQ est de loin celui qui traduit le mieux leur opinion. Dans ces conditions, elle est bien mal placée pour forcer le PQ à accepter un compromis. Les députés caquistes devraient surtout s’inquiéter d’avoir à défendre une position qui ne rallie même pas le tiers de leurs électeurs.

 

***

 

Jean Allaire n’est pas le seul à se préoccuper des « barbus ». Il pourrait reprendre mot pour mot ce que la députée libérale de La PInière, Fatima Houda-Pepin, elle-même de confession musulmane, disait en 2007 : « Les religions ont été instrumentalisées pour justifier inquisition, guerre, conflits interreligieux ou violations des droits de la personne. À notre époque, la vraie menace à la démocratie vient de la montée des extrémismes sous couvert de religion. »

 

Le PLQ entend maintenant présenter un projet de loi pour lutter contre l’intégrisme religieux, dont le gouvernement Charest avait pourtant rejeté l’idée en 2011, quand Mme Houda-Pepin en avait fait la proposition. Il est difficile de ne pas voir dans cette initiative un moyen de la rallier à la position de Philippe Couillard, dont le refus de toute interdiction du port de signes religieux a eu pour effet d’exclure son parti du débat.

 

La dissidence de La Pinière serait assurément très embarrassante pour M. Couillard, mais la concession qu’on lui a faite est un véritable marché de dupes, dans la mesure où le PLQ a le pouvoir de bloquer le projet du gouvernement en multipliant les manoeuvres dilatoires en commission parlementaire, mais ne dispose d’aucun moyen de le forcer à saisir l’Assemblée nationale de son propre projet. Au bout du compte, ni l’un ni l’autre ne sera adopté.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

35 commentaires
  • Michel Coron - Inscrit 14 novembre 2013 03 h 55

    Et si M.Allaire et Mme Houda-Pépin avaient raison.

    ll fut un temps non encore révolu où cette contrée désertique qui vit la naissance de l'Islam fut le phare de la stricte observance coranique. Et qui le demeure plus que jamais. Je parle de l'Arabie saoudite. La Turquie, puis l'Égypte et aussi le Maroc, la Tunisie, et j'en passe, avaient jeté le voile aux orties au nom d'une certaine modernité. Mais grâce aux pétrodollars et à défaut des visibles combattants d'autrefois partis à la conquête de l'Occident mais arrêtés à Poitiers en 748 et à Venne en 1683, cette contrée a quelque peu modifié sa stratégie qui consiste dorénavant à s'infiltrer tels des chevaux de Troie dans le ventre mou des chartes prônant la liberté de chacun . Puisque le catholicisme en tant qu'entité politique est devenu une coquille vide , il n'est que normal sinon vital que le seul rempart qui reste est la laïcité. C'est ce que semble avoir compris le PQ ainsi que de nombreux adhérents d'autres partis dont M.Allaire et Mme Houda-Pépin qui savent fort bien lire entre les lignes. Les lignes du Coran.

    • François Ricard - Inscrit 14 novembre 2013 06 h 10

      Royal Air Maroc interdit le port du voile à ses employées.
      Le Maroc est un pays islamique.
      Et nous, un pays laique, ne pourrions pas le faire pour nos fonctionnaires?

    • Sébastien Arcand - Abonné 14 novembre 2013 15 h 00

      Comparer une nation à une compagnie est pour le moins révélateur de l'ère du temps...

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 14 novembre 2013 05 h 26

    François Legault

    François Legault va finir par être meilleur à la défensive qu'à l'attaque ! ;)))

    PL

  • André Chevalier - Abonné 14 novembre 2013 05 h 27

    Le procès d'une religion

    Le procès d'une religion?... Pourquoi pas?

    Pourquoi une croyance, sous prétexte qu'elle se proclame religieuse ne ferait-elle pas l'objet d'une critique?

    En l'occurence, les musulmans ont beau dire que leur religion en est une d'amour et de paix, il n'en demeure pas moins que beaucoup de versets du coran disent exactement le contraire et que la plupart des assassinats et exactions qui se font dans le monde au nom de la religion sont le fait de fanatiques qui se réclament des textes du coran.

    • Raymond Chalifoux - Abonné 14 novembre 2013 08 h 11

      Toute religion n'est rien d'autre qu'un série de préceptes basés sur une "construction de l'esprit": y en a donc pas une qui tienne la route, point!

    • Christian Fleitz - Inscrit 14 novembre 2013 09 h 54

      Toutes les religions ont leurs lots ''d'appels au meurtre'' au nom de leur volonté de suprématie. Contre toute logiques, les ''cousinages'' n'excluent d'ailleurs personnes de cette partisannerie : catholiques contre protestants ou orthodoxes, sunnites contre chiites, etc.... Combien de millions de morts ont été victimes des religions ? Au regard de ces drames, combien de victimes sont à imputer à la laïcité ? Affirmer que l'Islam serait une religion de violence ? Faut-il rappeler parmi tant d'autres déclarations ou décisions : ''tuez les tous, Dieu reconnaitra les siens'', déclaration de l’abbé de Cîteaux, chef de la croisade contre les Albigeois lors saccage de Béziers (15 000 victimes massacrés par ses troupes catholiques). Ou encore le massacre gratuit de la population, lors de la prise de Jérusalem, lors de la première croisade. Et il y a encore des démagogues qui font preuve de l'aberration intellectuelle en prônant qu'un service public déclaré constitutionnellement comme laïc puisse être représenté par des agents exhibant leur non-neutralité religieuse et leur non-laïcité ! Quelle logique ! Certes, celle-ci répond à la ''tiédeur'' à laquelle certains politiques se sont employés à abîmer les québécois : des décisions ? Oui, mais pas trop, au moins dans les applications. Le résultat ? Ces errements tuent la réalité des principes.
      L'implication de toute religion dans la sphère publique est toxique et il est important que les représentants de l'État laïc, agents du service public témoignent en priorité de la neutralité laïque qui doit être une condition sine qua non des contraintes appliquées aux fonctionnaires.
      Un peu de bon sens ferait du bien au débat et les usagers du service public ont le droit de ne pas se voir imposer l'exhibition de convictions religieuses ou philosophiques. Celles-ci, doivent se cantonner en priorité dans la sphère privée et n'ont pas besoin de l'infantilisme, voire du caprice, de l'exposition.

    • Nancy Leblanc - Inscrite 14 novembre 2013 10 h 26

      Monsieur Fleitz,

      Faites vous une différence entre l'Église catholique au temps du massacre de Béziers et l'Église québécoise, aujourd'hui.
      Elle existe encore vous savez. Et elle a appris de ses erreurs.
      Au moins, nous savons tous que ceux qui ont tristement agi au nom de l'Église catholique, l'ont fait envers et contre ce sur quoi toute la doctrine est basée: l'Évangile.

      Faites-vous une différence entre l'islam du 7ième siècle et l'islam tel que vécu par certains québécois. Des soutanes, vous n'en verrez plus jamais. Des voiles, il y en a partout. L'islam politique et la barbarie de la charia, cependant, se base sur une doctrine qui est bel et bien consignée dans leur "livre sacré".

    • Minona Léveillé - Inscrite 14 novembre 2013 12 h 44

      @Christian Fleitz

      Lorsqu'elle persécutait des innocents, l'Église catholique ne pouvait pas prétendre s'inspirer de l'enseignement de Jésus, sur lesquels est basé le christianisme. Vous ne trouverez aucun appel au meurtre ou au massacre de masse dans le Nouveau Testament.

    • Christian Fleitz - Inscrit 15 novembre 2013 07 h 54

      @Nancy Leblanc- C'est vrai que l'Église catholique a un peu appris, en particulier en se frottant à la laïcité. Cela ne l'exonère pas de ses responsabilités passées, crimes contre l'humanité, oppositions aux progrès de la science, impérialisme politique, dont elle n'a jamais fait repentance. Par ailleurs, l'actualité démontre qu'elle a du mal à se moraliser : scandales financiers, couvertures des crimes pédophiles, opposition aux protections sexuelles dans les zones infectées par le SIDA, interventions dans le domaine politique. Le nouveau Pape va avoir bien du mal pour rompre avec l'arrogance du haut clergé et les pratiques douteuses. Cela posé, individuellement, on rencontre des prêtres d'une humanité et d'une intelligence remarquable, mais cela ne suffit pas pour justifier une organisation sclérosées et encore coupable. Par ailleurs, ne confondez pas la croyance en Dieu et la religion, ce sont deux choses distinctes : la croyance en Dieu n'est pas un monopole catholique.

    • Christian Fleitz - Inscrit 15 novembre 2013 08 h 00

      @Minoma Léveillé - Vous parlez du Nouveau Testament ? Ces évangiles qui ont été écrits parfois un siècle aprés l'existence de Jésus ? Message sympathique et édulcoré pour faire opposition à la pensée ambiante. Mais que faites-vous de l'Ancien Testament, textes de haute volée philosophique, partagés par l'Islam, le Judaïsme et les chrétiens ? Votre catholicisme vous empêche-t-il de prendre en compte ses enseignements ? Ses violences ?

  • Normand Carrier - Inscrit 14 novembre 2013 07 h 16

    Coincé entre l'arbre et l'écorse .....

    Quant Deltell , Roy , Charette et les autres députés de l'ADQ avant de devenir caquiste avaient la même position que le PQ , et que Jean Allaire intervient dans le débat pour les rappeler a l'ordre , cela indique que le pauvre Francois Legault est pris entre l'arbre et l'écorse dans son positionnement face au PQ et au PLQ ......

    • François Ricard - Inscrit 14 novembre 2013 08 h 48

      En 2009, Gérard Deltell proposait les mesures que l'on trouve dans la charte.
      À un reporter qui le lui rappelait, il a dit de ne pas se souvenir de cela.
      Possiblement a-t-il encore la tête dans l'autruche.

    • Jacques Patenaude - Abonné 14 novembre 2013 09 h 24

      Étonnament les membres des solidaires appui beaucoup plus la position de la CAQ (41%) et beaucoup moins (26%) la position du PLQ qui est la même que celle de leur parti. Peut-être que Françoise David et François Legeault devraient s'échanger leur parti!

  • Gilles Delisle - Abonné 14 novembre 2013 07 h 44

    Quelle jouissance de voir les partis d'opposition s'embourber !

    Ils aimeraient bien renverser le gouvernement sur la question de la Charte, mais, bien mal-pris nos deux partis de girouettes, puisque le peuple suit le gouvernement dans cette histoire de charte, et ce, de plus en plus chaque jour, allant même cueillir des appuis chez nos pauvres caquetteux et libéraux!