Questions d'image - Transports et amertumes

C’est toujours plus fort que nous, mais en voyage on est souvent porté à comparer et à se comparer. C’est ainsi qu’une impression étrange m’envahit tandis que, loin de Montréal, au lendemain de nos élections municipales, je déambule dans le centre entièrement piétonnier de Strasbourg.

 

Cité généreuse, repensée dans les années 1990, sous l’impulsion de Catherine Trautmann, femme de génie, alors députée socialiste et mairesse de la capitale alsacienne. Une ville à la dimension humaine conçue par et pour ses citoyens. Au coeur de l’Europe naissante et prometteuse, la cité revécut. Et, de ville-musée, devint au fil du temps une ville à l’urbanité moderne et intelligente, pratique et ouverte. Entraînant un dynamisme économique et intellectuel de grand niveau.

 

Aujourd’hui, tous s’entendent pour dire que cette impulsion sauva la ville.

 

Ainsi, une vingtaine d’années plus tard, cohabitent ici et en harmonie, résidants, travailleurs, commerçants, étudiants et touristes, qu’ils soient piétons ou cyclistes ; tous passagers d’un tramway nommé « plaisir », serpent silencieux, sillonnant sous son fil d’Ariane, des dizaines et des dizaines de kilomètres électrifiés. Depuis le centre jusqu’aux banlieues. Depuis les banlieues jusqu’au centre. Dans la vieille ville, pas d’auto. Quelques (rares) taxis, et une réglementation stricte pour la livraison aux commerces. La ville s’est redéployée grâce à cette facilité de déplacement qui permet d’accéder rapidement à la gare TGV, aux universités, aux hôpitaux, aux commerces, à la cité touristique, aux musées et salles de spectacle, ainsi qu’à tout le vaste complexe périphérique au Parlement européen.

 

À Montréal, le mot tramway a été banni de l’esprit et du vocabulaire de ceux qui ne l’ont jamais essayé. Alors, forcément, en l’empruntant et en l’appréciant ici chaque jour, je peux mesurer la déception de certains qui, chez nous, y ont tant rêvé. À dire vrai, je pense que Montréal n’aura jamais de tramway. Le développement de la cité devra donc se faire sur la conjugaison d’autres modes de transport. Et ça ne peut pas être l’automobile, bien entendu ! Toujours pas de plan directeur. Et on n’en voit pas le jour. Alors, on attend.

 

Dieu sait pourtant si cette question a alimenté le coeur des débats durant la course à la mairie. Mais au lendemain de l’élection, nous voilà replongés dans le doute et l’attente. À ce chapitre, le programme de Denis Coderre n’a pas fait rêver. Il faudra lever la barre plus haut que la promesse de pots de peinture pour refaire des lignes des voies protégées !

 

***

 

Constatant le faible taux de participation au scrutin à Montréal, on peut se demander si quelqu’un a véritablement incarné un projet à la fois imaginatif, réaliste et prometteur.

 

Et évidemment, les scandales et les affaires (qui touchent le Canada tout entier) éloignent chaque jour les citoyens des urnes, en particulier les plus jeunes. Déception, colère, amertume : ils ne se reconnaissent plus dans ce type de politiciens sans scrupules. Maires, sénateurs, députés ou ministres. Qu’ils soient jeunes ou vieux. La façon de faire de la politique doit changer, mais c’est là un tout autre débat.

 

Et puis disons-le, l’imagination n’est plus au pouvoir depuis longtemps. Et l’on voudrait s’étonner de la désaffection des urnes ? Aux élections de Montréal, l’imagination était aux abonnés absents. Sans doute s’était-elle payé un petit tour des villes les mieux urbanisées de la planète. Quand on se compare…

 

Un autre détail m’a interpellé. La ville a un nouveau maire, ce qui en soi est une bonne nouvelle après un an de crise profonde, mais pas de liesse, pas de réjouissance. Montréal aurait-elle perdu sa joie de vivre ? Dans les colonnes des journaux, dans les médias, les mines déconfites de bien des gens, des commentaires acerbes, des félicitations polies, sans enthousiasme. Décidément, le moral n’y est pas.

 

Denis Coderre n’a peut-être pas gagné la guerre de l’image. Mais il a gagné la mairie à la régulière et le plus démocratiquement du monde. On ne peut que lui souhaiter bonne chance devant l’immense tâche qui l’attend.

 

 

Jean-Jacques Stréliski est professeur associé à HEC Montréal, spécialiste en stratégie de l’image.

À voir en vidéo