C’est du sport! - La grosse séduction

C’est parfois carrément dingue ce que le merveilleux monde du sport™ offre en termes d’espoirs en un monde meilleur. Oui, il y a des bagarres, oui, il y a des plaquages vicieux servis à des adversaires sans défense, oui, il y a des défaites difficiles à encaisser et des victoires qui laissent un goût amer, oui, il y a des résultats finaux qui ne reflètent pas l’allure de la rencontre mais dont il faut quand même se satisfaire parce que la vie elle-même n’illustre pas toujours sa propre allure. Mais il y a aussi l’amour. Et l’amour, ainsi que le chantait Shake, est le plus formidable truc de l’univers connu : « Oui, dans un seul “ je t’aime ”/Que l’on dit tout bas, du plus profond de nous-même/Notre coeur a mis plus de soleil qu’en peut donner le jour/Oui rien, rien n’est plus beau que l’amour. » Vous avez le droit de ressentir un sérieux chatouillis dans la région à la seule évocation de ces propos.

 

On se souviendra certainement qu’il y a quelques mois, l’ex-basketteur Dennis Rodman avait payé une petite visite de courtoisie à la Corée du Nord et en était revenu en soulignant que le Fils du Ciel Kim Jong-un était un sapré bon gars avec lequel on devrait aller siroter une consommation au lieu de se chicaner à propos de babioles nucléaires d’autant mois importantes qu’on a appris que l’air lui-même, fission ou pas, induit le cancer et toutes sortes d’autres saletés. Or voici que Björn Borg, l’ancien champion de tennis, pourrait à son tour faire progresser l’humanité vers la concorde péninsulaire.

 

C’est que Borg exploite une ligne de vêtements, et notamment de sous-vêtements qu’il a baptisés « armes de séduction massive » parce que dès que vous les enfilez, les membres de votre sexe préféré n’ont plus aucun moyen de vous résister, un peu comme si vous aviez concocté le parfum parfait de Jean-Baptiste Grenouille. Or afin de répandre l’appétence générale, pourrait-on dire, il a été décidé de larguer 450 caleçons de rêve sur une ville qui a particulièrement besoin d’amour. Les citoyens intéressés ont jusqu’au 31 octobre pour se rendre dans les Internets et voter pour la cité de leur choix.

 

Et c’est présentement Pyongyang qui occupe la position de tête, et de loin. Il appert que les Sud-Coréens ont élu en masse de favoriser le pays voisin.

 

Mais évidemment, si Pyongyang termine au premier rang, il faudra déterminer de quelle manière il pourrait être possible d’intégrer l’espace aérien nord-coréen, une tâche qui s’annonce lourde à moins que Dennis Rodman n’offre ses talents de médiateur.

 

« Honnêtement, nous n’avons aucune idée de la façon dont on pourrait lâcher nos sous-vêtements sur la Corée du Nord, a confié Lina Soderqvist, directrice du marketing mondial pour l’entreprise de Borg. Si elle gagne, nous ferons bien sûr tout ce qui est possible pour envoyer de l’amour et de la séduction aux Nord-Coréens. »

 

Il s’agit sans l’ombre d’un doute d’un dossier à suivre. À noter que vendredi après-midi, Pyongyang récoltait près de 26 000 appuis contre 11 pour Montréal, ce qui rend plutôt improbable le risque que vous preniez de quelconques bobettes sur la margoulette dans un avenir prévisible. Ce qui ne devrait toutefois pas vous empêcher de rechercher l’amour, inlassablement et avec la fureur de vivre.

À voir en vidéo