Les chiens de faïence

Pour la première fois depuis l’élection du 4 septembre 2012, le gouvernement Marois a enfin réussi à prendre le contrôle de l’ordre du jour politique. Même si le projet de Charte des valeurs québécoises ne reçoit pas le niveau d’appui espéré dans la population, il serait bien fou de braquer à nouveau les projecteurs sur l’économie et les finances publiques.

 

On peut comprendre l’inquiétude de François Legault à la perspective de voir le débat s’étirer pendant des mois. Depuis un an, la CAQ a eu toutes les misères du monde à susciter l’intérêt. Avec la nouvelle polarisation que provoque la Charte, elle pourrait sortir complètement de l’écran radar.

 

M. Legault n’a pourtant pas tort : si la rédaction du projet de loi est pratiquement terminée, pourquoi en retarder indûment la présentation, sinon précisément pour éliminer la CAQ une fois pour toutes ? Après la multitude de sondages qu’a certainement commandés le gouvernement, la consultation en cours sur Internet ne lui apprendra pas grand-chose de plus sur l’état de l’opinion publique.

 

Presser un peu le pas serait sans doute une bonne chose, mais M. Legault saute par-dessus le cheval en voulant faire l’économie des audiences en commission parlementaire. Le chef caquiste a toujours eu l’impatience caractéristique des gens d’affaires, mais ce raccourci témoigne d’une conception dangereusement expéditive du processus démocratique.

 

Il est vrai que la commission Bouchard-Taylor avait beaucoup débroussaillé la question, mais il y a une grande différence entre une réflexion générale sur l’état d’esprit d’une société, si intéressante qu’elle puisse être, et une consultation sur un projet précis.

 

***

 

C’est seulement à partir du moment où les détails du projet de loi seront connus qu’une réelle tentative de rapprochement pourra être faite, si tel est vraiment le souhait du gouvernement. En attendant, malgré les appels au compromis et l’ouverture à une « bonification », les partis vont continuer à se regarder en chiens de faïence et les risques de dérapage, à se multiplier.

 

La « main tendue » de M. Legault aurait d’ailleurs été plus crédible s’il s’était lui-même dit prêt à modifier sa position plutôt que d’y voir le résultat d’un compromis déjà intervenu sein de son parti.

 

Pour cette entrée en scène tardive, on ne peut pas dire que le père du « nous » péquiste, Jean-François Lisée, a beaucoup contribué à faire avancer les choses. Mardi, il a lancé une de ces phrases aussi bien tournées que sans grande signification dont il a le secret. « Le plancher, c’est le mouvement que l’on fait vers la neutralité de l’État », a-t-il déclaré. Cela revenait à dire que tout était possible, sauf qu’il n’y ait pas de projet de loi du tout.

 

Mercredi, la « bonification » avait déjà pris de plus modestes proportions. Pas question de réduire le « périmètre d’application », a précisé M. Lisée, mais plutôt de restreindre la portée du « droit de retrait », renouvelable tous les cinq ans, qui permettrait aux municipalités, hôpitaux, collèges et universités de se soustraire à l’interdiction du port de signes religieux.

 

Les sondages indiquent d’ailleurs que cette disposition, qui introduirait une laïcité à deux vitesses, est celle qui suscite la plus forte opposition. Le gouvernement n’y voit qu’un moyen d’assurer une période de transition, mais les principaux intéressés entendent manifestement lui donner un caractère permanent. De cela, il n’est pas question non plus. Au bout du compte, la « bonification » ne serait pas un assouplissement, mais plutôt un renforcement. Rien pour favoriser un rapprochement.

 

***

 

On était en droit d’espérer un éclairage original du ministre de la Culture, Maka Kotto, d’origine camerounaise, à qui le modèle français d’intégration est lui aussi familier. En un sens, c’est bien ce qu’il a fait. Il est rassurant d’apprendre que les communautés culturelles avec lesquelles il dit être en contact ne sont pas inquiètes. Selon Léger Marketing, deux allophones sur trois s’opposent au projet Drainville, mais M. Kotto n’a manifestement pas eu l’occasion de les rencontrer.

 

Il prend également avec un grain de sel les cas d’agressions de femmes musulmanes rapportés dans les médias. Certes, cela ne doit pas « occulter l’exercice intellectuel que nous engageons, », mais de là à dire qu’« on est dans les généralités et le ouï-dire »… Il faut croire que son collègue Lisée s’est un peu excité en parlant de « racisme ordinaire dégueulasse ».

 

C’est très bien de la part du ministre de donner l’exemple en renonçant à porter le crâne de panthère qui sert de totem à sa famille. Contrairement à d’autres, il aura toutefois la possibilité de changer d’avis, puisque les élus ne sont pas touchés par les dispositions de la Charte.

18 commentaires
  • André - Inscrit 19 septembre 2013 02 h 33

    Une médaille a toujours deux revers

    «Il prend également avec un grain de sel les cas d’agressions de femmes musulmanes rapportés dans les médias. Certes, cela ne doit pas « occulter l’exercice intellectuel que nous engageons, », mais de là à dire qu’« on est dans les généralités et le ouï-dire »… Il faut croire que son collègue Lisée s’est un peu excité en parlant de « racisme ordinaire dégueulasse »....
    Pourquoi en faire un plat de ces agressions. Est-ce que mon épouse s'est plainte d'avoir été agressée verbalement mardi en fin journée.
    à l’intersection des rues Berri et Maisonneuve, mon épouse qui allait prendre le métro a croisé deux individus très bien habillés, s’exprimant très bien en français et ayant les traits d’Arabes. L’un d’eux l’a agressé verbalement en lui disant : «Tiens la grosse, tu ressembles à Pauline Marois, une vraie grosse v…» Je ne dis pas le mot parce que mon commentaire risque de ne pas être publié par le Devoir.
    Mon épouse s’est sentie humiliée, agressée et impuissante devant tant de haine et de mépris pour une personne qu’ils ne connaissaient pas. Une femme d’origine asiatique qui était près d’elle et qui a tout entendu lui a passé la remarque que ces gens étaient racistes. Mon épouse a voulu minimiser cet abus en disant qu’ils étaient plutôt jeunes et qu’il ne fallait pas s’en faire. Et d’insister, cette dame lui a réitéré qu’ils étaient vraiment racistes. Après coup, c’est cette remarque venant d’une Québécoise non de souche qui lui a fait comprendre qu’elle venait de subir sa première attaque de racisme….Bel exemple de respect et de tolérance d’individus qui vivent leur religion avec nous en s’attaquant à des inconnus.

    • Micheline Gagnon - Inscrite 19 septembre 2013 07 h 01

      Effets collatéraux provoqués par cette Charte mal foutue. Je pense que ça ne fait que commencer. Misère!

    • Louka Paradis - Inscrit 19 septembre 2013 08 h 30

      Non Mme Gagnon : comportements de gens mal élevés et hargneux. Il y en a dans toutes les sociétés, malheureusement. Il ne faut pas faire des amalgames grossiers : ce serait les encourager.

      Louka Paradis, Gatineau

    • Micheline Gagnon - Inscrite 19 septembre 2013 09 h 28

      Malheureusement il y a hargne des deux côtés dans ce débat, je ne faisais pas d'amalgame. Justement, ce qui manque le plus dans notre société actuellement est le civisme. J'approuve sans réserve cette partie de votre commentaire, Madame Paradis : «comportements de gens mal élevés et hargneux». Par contre on ne peut nier que la Charte a des effets collatéraux, peu importe pour qui.

    • Micheline Gagnon - Inscrite 19 septembre 2013 09 h 41

      Madame Paradis, voici le lien vers un article qui traite de l'immense travail que les modérateurs ont sur les bras. En réponse à un article qui traitait d'un événement où une femme musulmane voilée a été prise à parti par une dame dans un centre commercial de Québec. Je le transcris ici au cas où vous n'auriez pas le temps de le lire. L'internaute a écrit ceci :

      «Je suis pas raciste mais réaliste je hais les musulmans stu clair ça... Appeler ça comme vous voulez mais moi je sacrerais une bombe partout la ou il y a des musulmans.»

      Ces commentaires sont normalement éliminés à la source par les modérateurs à qui, en passant, je lève mon chapeau.

      http://projetj.ca/article/la-charte-des-valeurs-oc

    • Normand Carrier - Inscrit 19 septembre 2013 10 h 34

      Madame Gagnon , ce que l'on constate actuellement est le comportement très modéré de Drainville , Lisée , Marois ect, et les excès de language des Trudeau , Mulcair , Fournier et autres qui ne cesse de mettre de l'huile sur le feux pour éviter toutes discussions sérieuses et factuelles .....
      Je ne parle pas ici des bêtises que le ROC nous invective jour après jour ...

    • Michel Gagnon - Inscrit 19 septembre 2013 12 h 46

      À Micheline Gagnon:
      Vous écrivez: «Par contre on ne peut nier que la Charte a des effets collatéraux, peu importe pour qui.»
      J'ajouterais: l'absence d'une Charte aussi.

    • Claude Champagne - Inscrit 19 septembre 2013 15 h 02

      Mme Gagnon, tout changement amène son lot de désinformation, excès, dépassement du bon sens. Je sais pas votre âge, mais on se souvient j'espère 1976 la charte de la langue française, c'était l'apocalypse pour ceux et celles contre la charte. Je pourrais nommer tous les grands bouleversement au Québec depuis la révolution tranquille, c'est toujours le même scénario. Mais aujourd'hui, demandez à ces mêmes protestants de se défaire des assurances santé, automobile, loi zonage agricole etc... Est-ce qu'on veut abolir la loi 101. C'est sûr que non, la majorité veut la bonifier et garder tout et même les améliorier.

    • Louka Paradis - Inscrit 19 septembre 2013 12 h 59

      Il est bon d'entendre les différents points de vue et de prendre connaissance des diverses expériences de vie. Cela contribue à élargir notre compréhension d'enjeux beaucoup plus larges qui sous-tendent ce débat sur la charte. À ce propos, voici un touchant témoignage d'une immigrante algérienne qui interpelle les Québécois : http://www.courrierlaval.com/Opinion/Tribune-libre

      Louka Paradis, Gatineau

    • André - Inscrit 19 septembre 2013 15 h 49

      A Mme Paradis

      Merci de nous faire connaître ce témoignage qui dit tout.

      Au lieu d’être divisés comme on l’est aujourd’hui, on devrait plutôt être unis, solidaires pour soutenir ces femmes qui ont connu l’oppression et pour affirmer haut et fort l’égalité des hommes et des femmes dans notre société qu’aucune religion ne pourra remettre en question. Je ne comprends pas que des Québécois qui nous traitent finalement d’ignorants comme Richard Desjardins, Michel Rivard, Dan Bigras et d’autres personnalités connus, moi qui les croyaient des gens de cœur, soient insensibles à ce type de témoignage et acceptent de collaborer avec des fondamentalistes religieux.

      Mme Paradis, je remarque que vous réagissez régulièrement aux articles du Devoir. Vous devriez faire partager aux autres lecteurs du Devoir le témoignage de cette Québécoise d’origine algérienne en l’ajoutant dans vos commentaires sur les articles traitant de la charte pour toucher le plus de lecteurs possible. La connaissance, c’est la fin de l’ignorance. C’est ce qui permet de construire.

    • Dominik Waterkeyn - Inscrit 19 septembre 2013 16 h 11

      il est vrai que le débat rallume le fond raciste qui sommeillait chez plusieurs personnes

    • Louka Paradis - Inscrit 19 septembre 2013 18 h 36

      Merci de votre commentaire, M. Laflamme.

      Louka Paradis, Gatineau

    • Martin Maynard - Inscrit 19 septembre 2013 21 h 02

      M.Laflamme,
      Je ne sais pas comment vous faites le lien que les gens contre la charte acceptent de colaborer avec les fondamentalistes religieux? J'espère qu'on peut avoir plus qu'une position dans le débat.
      Je dirai pour ma part que je refuse de collaborer avec des intégristes laïcs.

  • denis jeffrey - Abonné 19 septembre 2013 19 h 59

    France 2005

    Pour ceux qui s'en souviennent, la France a vécu quelque mois d'émeute en 2005. Toutes les villes de France ont été touchées. L'une des causes: leur modèle d'intégration qui n'accepte pas les différences. Ni musulmanes, ni chinoises, ni gays, ni etc. Est ce que c'est ce qu'on veut au Québec?

    • Sylvain Lavoie - Inscrit 19 septembre 2013 22 h 41

      Comme s'il n'y avait jamais eu d'émeutes en Angleterre ou en Suède. À pleurer comme argumentaire. Donc si un groupe de 500 personnes provoque une émeute ayant pour but l'instauration de la Charia au Québec, cette dernière devrait faire force de loi au nom de la paix sociale.
      En passant, Paris n'a pas été touchée mais plutôt ses banlieues. Nanterre n'est pas Paris, ni Lyon.

    • Sylvain Lavoie - Inscrit 19 septembre 2013 22 h 49

      Quitte à rester dans l'anecdotique, les ressortissants chinois qui sont passé par la France parlent en général un francais impécable et sont généralement assez jacobins merci, la République Populaire de Chine étant, quand à elle, tout aussi jacobine que la République Francaise...Que dire de la République Fédérée de Russie ou malgré le fait que 17% de la population se réclame de l'Islam, la prestation de services par l'État se fait dans l'absence complète de signes religieux ostentatoires.

  • Sylvain Lavoie - Inscrit 19 septembre 2013 23 h 04

    L'art de tout mettre dans le même paquet

    Tout le monde sait qu'en France un ressortissant chinois est immédiatement arrêté sur la rue, que dire des gays qui sont envoyé au Vel d'hiv pour y être trié. Dois-je vous rappeler que ce qui est exagéré devient insignifiant, pour ne citer que Talleyrand.