Long courrier - 21 septembre 2013

Un hôtel de Papeete, en Polynésie française.
Photo: Agence France-Presse (photo) Marcel Mochet Un hôtel de Papeete, en Polynésie française.

Troc de maisons

 

Nous sommes un couple de retraités flyés qui consultent régulièrement vos chroniques sur les voyages. À la recherche des meilleurs sites d’échange et de location de résidences, nous y avons lu en juillet que le troc de maisons est en hausse. Nous sommes ravis de constater que les résultats d’une étude s’apparentent grandement aux commentaires de nos connaissances ayant déjà participé à de tels échanges.

 

Cet hiver, en raison de problèmes qui nous empêchent de faire notre saison de ski alpin, nous aimerions trouver une maison dans le Sud, comme en Martinique, en Guadeloupe, à Cuba, en République dominicaine ou autre, où nous pourrions faire du vélo, pratiquer la baignade et la randonnée pédestre dans des endroits sécuritaires. On oublie la Floride, puisque nous y avons déjà un pied à terre, et le Venezuela.

 

Comme vous êtes une véritable bible en matière de voyage et pour avoir déjà utilisé vos services, nous aimerions avoir vos commentaires sur les meilleurs sites ou les meilleurs endroits où aller.

 

Marie-France Deshaies, Beaumont-sur-Mer

 

Je crains un peu le mot bible, qui ne fait pas partie de ma palette de couleurs ! C’est vrai que l’échange de maisons est en hausse, mais surtout dans l’axe est-ouest et l’inverse. Quant à l’axe nord-sud, c’est beaucoup plus rare. Il y en a un peu sur la Floride, mais c’est exclu dans votre cas

 

Vous pouvez louer des gîtes en Martinique et en Guadeloupe, mais les prix sont plus élevés qu’à Cuba, en République dominicaine et même au Mexique.

 

Je vous conseille de contacter les offices de tourisme, qui peuvent proposer des adresses sympas : à ce moment-là, on ne parle plus d’échange mais de location de maisons. Dans tous les cas, les tarifs sont à la bais se quand vous louez pour des mois consécutifs. Homeholidays couvre tous les pays que vous convoitez.

 

En Guadeloupe, c’est du côté de Deshaies que vous pourrez trouver un bungalow à votre taille. Pour la Martinique, l’intérieur du pays offre quelques possibilités dans des villages comme Saint-Joseph.

Visitez les liens suivants pour la locations de villas à Cuba, au Mexique, en République dominicaine et en Martinique.

 

Un long voyage

 

Je prévois faire un voyage de quatre mois (Népal, îles Andaman) à partir de novembre. Bien sûr, j’épluche assidûment les guides Lonely Planet et du Routard, mais certaines questions restent sans réponses. Je compte passer le mois de novembre dans les vallées environnant l’Everest et je me demandais s’il est possible d’importer d’ici des produits tels que noix et fruits séchés. Aussi, qu’en est-il de la location d’un bon duvet à Katmandou (un -18 °C est-il suffisant avec un liner) ?

 

Par la suite, j’aimerais séjourner dans des villages entre Katmandou et Pokhara et il me manque un peu d’information sur la possibilité d’être hébergé entre Bhaireni et Mugling. Est-il possible de se déplacer à pied sur ces quelque 60 kilomètres qui longent la rivière Trisuli ?

 

Je voudrais également m’attarder dans le Népal rural (Teraï, Lumbini, Tansen Pokhara, Bandipur, Daman), pour ensuite prendre l’avion Katmandou-Calcutta, puis Port-Blair. Afin de ne pas trop me perdre à Calcutta, est-ce raisonnable de prendre un vol Katmandou-Calcutta la veille de celui pour Port-Blair ? Combien de temps avant le départ devrais-je réserver ces vols ?

 

Je vous remercie d’avance pour vos conseils et informations sur la situation sociopolitique actuelle au Népal. Et si des lecteurs étaient intéressés à faire un bout de ce chemin avec moi, on peut me rejoindre à l’adresse philippebourret@ live.ca

 

Philippe Bourret

 

Pas de problème pour les noix et les fruits séchés : vous pouvez même en revendre !

 

Quant à la location de duvet à Katmandou, si elle existe toujours, ma boutique se trouvait rue Jyatha : The Third Pole Trade Center. Je crois qu’ils ont un site non loin de Celtic Trekking, qui organisait le trek pour environ 35 $ (aller-retour).

 

Je connais la rivièreTrisuli dans ses 40 derniers kilomètres et elle se fait en rafting. À pied, il faut sauter de roche en roche.

 

Non, ce n’est pas très raisonnablede prendre un vol Katmandou-Calcutta la veille de celui pour Port-Blair si vous n’avez pas fait vos réservations auparavant. À la dernière minute, c’est souvent surchargé. Quant à la situation sociopolitique au Népal, vous pouvez consulter le site du gouvernement canadien.

 

Une nuit à Papeete

 

Je consulte religieusement votre chronique toutes les semaines et j’en conserve plusieurs. Nous partons pour la Polynésie le 24 septembre et prévoyons une semaine à Moorea, avant de faire une croisière sur le Paul-Gauguin. Après ce long périple, est-ce une bonne idée de s’arrêter une nuit à Papeete (nous arrivons à 5 h et le vol du matin pour Moorea est déjà complet), ou nous conseillez-vous de filer par bateau sur Moorea ?

 

Si on opte pour une nuit à Papeete, où nous suggérez-vous d’aller ? Nous avons épluché le guide Lonely Planet, mais nous avons fait le tour : le Fare Suisse, entre autres, nous offrait une chambre à un prix exorbitant. Autre question sur Moorea : moto ou auto ? Si c’est la moto, avez-vous une référence ?

 

Luc Morin, Montréal

 

Pour une nuit à Papeete en dehors du Fare Suisse, vous pouvez opter pour le Punatea Village à environ 60 euros la nuit, mais à 50 kilomètres de l’aéroport. Un peu plus près, à deux pas des ferries pour Moorea : l’Ahitea Lodge à 80 euros la nuit : on ne nage pas dans le grand luxe, mais pour une ou deux nuits, c’est suffisant. Si vous voulez filer par ferry sur Moorea, il y en a dès 6 h le matin, à presque toutes les heures.

 

À Moorea, un scooter suffit. Vous faites le tour en un peu plus d’une demi-journée. Ce sont les hôtels qui dispensent le plus ces engins.

 

Attention à l’arnaque : les prix sont bizarres d’une agence à l’autre, mais vous pouvez passer par Rent a Scoot. On dépose le scooter à l’hôtel et vient le reprendre. Le contact est Lionel : 711.107. Environ 70 $ la journée, ou moins si vous louez pour plusieurs jours. Regardez bien l’état du scooter : on pourrait vous inventer une fougère qui a frappé le rétroviseur.

 

Les routes sont moyennes, mais beaucoup mieux qu’à Montréal… Pour l’huile de monoï, achetez-la au marché de Papeete, c’est dix fois moins cher qu’en boutique et surtout qu’en hôtel. Évitez les taxis et prenez les minibus colorés pour 10 fois moins cher.

 

Évitez aussi de manger du poisson cru distribué par des enfants ; de marcher sur un poisson-pierre (ça ressemble à une pierre, mais c’est un poisson, et c’est mortel) ; de vous baigner dans des nappes d’eau douce ou de marcher jambes nues lors d’excursions dans les hautes herbes (les égratignures causées par des plantes infectées d’urine de rats ou de mangoustes peuvent donner la leptospirose.

 

À suivre

 

J’ai dû lire Le petit prince 70 fois. « Dessine-moi un mouton », « Apprivoiser, c’est créer des liens », « Dites-moi vite qu’il est revenu »…

 

Pour les 70 ans de la sortie du Petit Prince, Air France est le transporteur officiel pour les activités au Québec. La compagnie apporte aussi son soutien aux événements pour les enfants d’ici, telle la fresque participative qui se promène au Québec et le passeport délivré à cette fin.

 

 

Vos suggestions,bonnes adresses, découvertes, souvenirs de voyage : lkiefer@ledevoir.com. Mon blogue : ledevoir.com/liokiefer

À voir en vidéo