Le Québec qui renaît de ses cendres

Étonnant ce pays. Quand on croit qu’il a pratiquement rendu son dernier souffle et que ses funérailles se feront dans la plus grande intimité, voilà qu’il relève la tête, qu’il retrouve du souffle et qu’il annonce, avec un sourire aux lèvres, qu’on a tendance à le décompter beaucoup trop rapidement. Il retrouve son oeil brillant, son petit air satisfait, sa fierté même et il annonce la venue d’une société meilleure, plus juste, où les relations entre les humains seront plus vraies et plus sincères et où la vie quotidienne, malgré quelques ajustements parfois difficiles de part et d’autre, redeviendra plus douce à vivre de part et d’autre.

 

Le projet de Charte des valeurs québécoises n’est pas parfait. C’est pourquoi le gouvernement nous donne du temps pour y penser, en discuter et arriver à des suggestions qui pourraient améliorer son contenu. Toutes les autres critiques, les politiciennes, les calculées, les agressives, les vulgaires, les trompeuses, les menaçantes n’apporteront rien au débat qui est pourtant l’un des plus importants que nous aurons à mener. Il vaudrait mieux des suggestions « lumineuses » qui pourraient améliorer la Charte et faire de nous un peuple qui s’entend, se respecte et vit ensemble pour le mieux-être de tous.

 

Baisser le ton pour commencer

 

C’est essentiel. Car autrement, on va avoir l’impression de vivre les prochains mois assis sur la poudrière. Ça va être très énervant pour rien. On peut se parler sur un autre ton pour se dire des choses importantes qui vont déterminer notre façon de vivre ensemble. On s’emporte si facilement parfois qu’il faut toujours être prudent avant de prendre position sur un sujet qui nous tient particulièrement à coeur et… et tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de la laisser affronter la meute. Parce que « meute » il y aura. Tous ceux et celles qui estiment avoir quelque chose d’important à dire pourront le faire, mais en évitant de tomber dans les injures et les menaces. Le sujet en soi est jugé comme délicat.

 

S’armer de patience

 

Parce que les partis d’opposition vont donner le mauvais exemple. Ils vont en rajouter des couches et des couches pour s’assurer que le gouvernement minoritaire va en arracher pour avancer avec ce dossier sur le dos. Le PLQ de monsieur Charest avait bien tabletté le rapport Bouchard-Taylor et s’en était lavé les mains plutôt que de donner suite.

 

Moi-même, dans une chronique de 2006 que j’écrivais pour un autre journal que Le Devoir à l’époque, j’avais soulevé le problème que me semblait représenter la présence du fameux crucifix qui orne l’Assemblée nationale du Québec. Dans une lettre ouverte au président de la « noble enceinte », je signalais que le projet de laïcité, qu’on discutait déjà dans notre société très ouvertement depuis des années, que l’idée même allait se heurter à la présence de ce crucifix là où les député(e) s exercent la mission qui leur a été confiée de représenter les citoyens et les citoyennes qui les ont élu(e) s. Je soulignais qu’il y avait eu déjà des députés athées, des catholiques, des juifs et certainement d’autres confessions, et que cette représentation allait augmenter avec la diversité de notre population et que le crucifix serait plus heureux et mieux respecté dans un lieu où on pourrait l’admirer et apprendre son histoire qui est assez courte, en fait.

 

En 1976, nous avions supprimé la prière. Il aurait été normal de remercier le crucifix pour services rendus et de lui trouver un musée après une cérémonie permettant de le décrocher dans les honneurs et le respect dû à sa mémoire. Le remettre à l’Église à laquelle il appartient aurait été une bonne solution aussi. Je n’ai pas réussi à convaincre le président et je hurle chaque fois que j’entends les excuses qu’on invoque pour le garder là où il est. Prêcher par l’exemple serait une bonne initiative en ce moment.

 

Même chose pour ces exceptions qu’on propose pour les élus à Québec ou au municipal. À vouloir sans trop vouloir, on déçoit et décourage tous ceux et celles qui souhaitent que la Charte soit la même pour tout le monde.

 

Pour les anciens et nouveaux arrivants

 

Le monde change. Les pays que vous avez quittés ne sont plus les mêmes. Ici non plus. Le changement se fait le plus en douceur possible, car nous sommes particulièrement sensibles aux bousculades en ayant été victimes si souvent. Nous ne vous en voulons pas d’être engagés régulièrement. Nous l’avons été au-delà de tout ce que vous pouvez imaginer. En 1960, nous avions assez souffert pour souhaiter vivre en toute laïcité. Cinquante ans plus tard, il reste encore des nostalgiques du temps passé, de l’autorité de l’Église et des défilés religieux. Mais il est difficile de reconnaître dans le Québec d’aujourd’hui le peuple ignorant et abusé que nous étions avant 1960.

 

Le pas que nous désirons faire aujourd’hui est la suite logique de notre libération. Nous souhaitons de tout coeur que vous en fassiez partie.

76 commentaires
  • Clyde Paquin - Inscrit 13 septembre 2013 00 h 44

    D'accord!

    Bon... eh bien je suis d'accord avec vous Mme Payette sur tous les points! Espérons qu'ils iront dans ce sens afin de "bonifier" la charte. Mais, entre vous et moi, ils se gardent cette carte non?

    • Nicole Moreau - Inscrite 13 septembre 2013 09 h 59

      je le crois, après tout, ce n'est pas un projet de loi, ce sont des orientations.

      en principe, des orientations, c'est une invitation à la discussion.

      quand on sort, à ce stade-ci, des menaces comme certains le font, c'est qu'on est très loin d'être dans la modération.

      moi, aussi, j'aimerais bien que le ton change, il est trop virulent.

    • Jacques Patenaude - Abonné 13 septembre 2013 10 h 14

      Justement j'ai bien peur qu'il ne veuille plutôt masquer cette question. Mme Payette fait bien de rappeler ce fameux crucifix. Tout le fatatrat sur les signes religieux cache ce point. Cette charte tente de concilier un néo-duplessisme latent à un progressisme de façade. Ce crucifix en est le symbole. Dommage car l'essentiel de cette charte qui aurait due être appelée charte de la laïcité est très valable et pourrait représenter une avancée essentielle à notre nation. Cette façon d'orienter le débat ne peut que laisser des traces amères que le PQ payera à long terme mais à court terme c'est surement payant.

    • Gilles Théberge - Abonné 13 septembre 2013 15 h 46

      je suis d'accord avec les autres ici. au départ je soutenais le maintien du crucifix. Non pas qu'il représente mes croyances, il y a belle lurette que je ne fréquente plus l'église. Mais bon, comme la plupart des Québécois de ma génération ça ne me dérange pas de voir un crucifix, j'en ai vu toute ma vie un peu partout. Alors un de plus un de moins.

      Mais ma pensée évolue. Au point où en est le débat, je trouve que cet objet n'a plus sa place dans l'enceinte de l'Assemblée Nationale. L'y maintenir prend valeur à mes yeux d'une forme d'acharnement culturel...

      Hier un monsieur Roy suggérait à Bernard Drainville en ondes à Radio Tralala d'organiser une remise officielle à l'Église. Pourquoi pas?

      J'espère que le gouvernement va cheminer et évoluer à ce sujet. Et qu'il va finir par comprendre comme vous le dites madame Payette, qu'à force d'introduire des exceptions dans ce projet, il va finir par devenir ingérable.

      Etnotamment l'argument que si les gens élisent un religieux ou l'équivalent il pourra garder ses attributs et arborer ses symbole au sein de l'Assemblée Nationale.

      Nous les québécois, on a pas mal réglé le cas de l'Église depuis des années. Ma grand mère qui ne s'appelait pas Marie Louise mais Lumina (c'est joli non?), n'aurait plus à se mettre un chapeau pour entrer à l'église. Les soeurs ont rangé leurs cornettes au placard. Et même les curés sont devenus méconnaissables sans barrette ni soutane.

      Il nous reste à «finir la job», et couper ce maudit cordon ombilical, qui nous empêche à certains égards de pouvoir nous présenter devant les nouveaux arrivants en disant, voici, les choses sont claires. Si vous voulez vraiment devenir Québécois, voici les règles... Et si oui, soyez les bienvenus.

      Oui, baissons le ton siouplaît!

  • Patrick Lépine - Inscrit 13 septembre 2013 00 h 48

    Madame Payette, est-ce un oubli?

    Personne ne semble s'intéresser au fait que nos députés prêtent serment d'allégeance au chef de l'église anglicane, et se faisant piétinent probablement leur propre foi?

    Rappellons qu'en plus d'être le chef de l'église anglicane, la reine a pour devise: "Dieu et mon droit", faisant ainsi une distinction entre la volonté divine et la sienne propre, qui par ailleurs peut très probablement mener vers des actions ou gestes moins moraux qu'ils ne le devraient.

    Je ne sais pas ce que l'église vous a fait, mais il est peut-être temps de vérifier qu'on n'octroit pas à autrui ce que nous ne nous accordons pas nous-même...

    Avant de dire que nous sommes "laïcs" peut-être vaudrait-il mieux dire ce que nous ne sommes pas? Anglicans par exemple?

    • Gilles Théberge - Abonné 13 septembre 2013 15 h 47

      je suis d'accord avec ce que vous dites monsieur Lépine. Mais manifestement c'est un autre débat qui reste à faire. Et qui malheureusement n'est pas à l'ordre du jour.

    • Patrick Lépine - Inscrit 13 septembre 2013 23 h 19

      @Monsieur Théberge, dans combien d'autres siècles sera-t-il à l'ordre du jour ce débat?

      Nous sommes aujourd'hui en 2013, les gens ont toute l'information dont ils ont besoin à portée de main et même plus.

      Il faut un bon jour cesser de tourner autour du pot, et faire ce qui doit être.

    • Patrick Lépine - Inscrit 13 septembre 2013 23 h 31

      @ Monsieur Théberge toujours, sur quoi comptez-vous baser la morale que devrait normalement suivre nos élus dans l'élaboration des lois?

      La bible et les dix premiers commandements donnés par Dieu à Moïse, puis celui apporté par le Christ sont déjà un bon début non? Pourquoi les rejeter?

      Je veut savoir quelles sont les valeurs "morales" que contiendra cette charte! Je veut qu'on me dise et qu'on m'explique ce qui sera garant de ces valeurs morales! Et surtout comment on fera pour les faire appliquer?!

  • Marcel Bernier - Inscrit 13 septembre 2013 00 h 51

    La voix du coeur...

    On sent que vous les aimez ces Québécois et ces Québécoises!

  • Mario Leroux - Inscrit 13 septembre 2013 02 h 21

    La douceur

    Un homme,chef du caucus du Bloc Québecois a expulsé du dit caucus une femme Mme Mourani parce qu'elle parle trop fort et tiens tête.En douceur, à vous de juger!
    Enlevez vos oeillières et vous verrez la réalité; tout comme votre amie,Mme Marois d'ailleurs.J'oubliais,Mme Mourani est anti-charte.

    • Marc-André Le Tourneux - Inscrit 13 septembre 2013 08 h 43

      J'ai lu votre commentaire, puis j'ai relu le texte de Mme Payette, je suis revenu à votre commentaire, il y a quelque chose qui ne fonctionne pas, on dirait qu'il y a quelque chose que vous n'avez pas compris ?
      Calm down Mario ! c'est ça le message.

    • Mario Leroux - Inscrit 13 septembre 2013 10 h 09

      Je suis calme et serein;ce sont les actualités que je lis lesquelles sont moins sereines vis-à-vis le projet de charte de Mme Marois.Au fait,participerez-vous à la manifestation anti-charte prévue demain à Montréal?Eh oui et je ne suis pas l'organisateur de cette manifestation.
      Moi je suis très calme mais aussi réaliste;je ne vis pas dans ma bulle!

    • Marc-André Le Tourneux - Inscrit 13 septembre 2013 11 h 44

      Non je ne participerai pas à cette manifestation, parce que je ne suis pas contre la Charte. Je ne la trouve pas parfaite et c'est la raison pour laquelle je participe à différentes discussions un peu partout sur le Web. Je pense que la nouvelle Charte en est à ces étapes-là; discussion et réflexion (comme le dit si bien Mme Payette). Il me semble prématuré de descendre dans la rue. Surtout que le discours global qu'on entend ou lit depuis quelques semaines est, la plupart du temps, biaisé et impertinent. L'incapacité, pour une grande majorité, de rationaliser le sujet est aberrant, une manifestation ne fera qu'alimenter les propos fallacieux de certain. Déception.

    • Marc-André Le Tourneux - Inscrit 13 septembre 2013 13 h 04

      Non je ne participerai pas à cette manifestation, parce que je ne suis pas contre la Charte. Je ne la trouve pas parfaite et c'est la raison pour laquelle je participe à différentes discussions un peu partout sur le Web. Je pense que la nouvelle Charte en est à ces étapes-là; discussion et réflexion (comme le dit si bien Mme Payette). Il me semble prématuré de descendre dans la rue. Surtout que le discours global qu'on entend ou lit depuis quelques semaines est, la plupart du temps, biaisé et impertinent. L'incapacité, pour une grande majorité, de rationaliser le sujet est aberrant, une manifestation ne fera qu'alimenter les propos fallacieux de certain. Déception.

    • Hugues St-Pierre - Inscrit 13 septembre 2013 20 h 36

      Mme Mourani fait du théâtre: "Qui défendra mon identité?" La seule femme, la seule représentante des communautés ethniques... quel manque de respect!" Les gars sont maintenant entre eux!...Sommes-nous dans Antigone?
      Z'avez remarqué qu'elle attribue des qualités à Duceppe? Rappelez qu'elle a perdu la chefferie aux mains du p'tit Paillé? (qui ne tient pas de caucus!) Elle part en croisade pour "l'identité" des voilées (volontaires?)... elle, Libanaise chrétienne québécoise intégrée, arborant la croix... l'identité de ses enfants, pleurniche-t-elle... nés ici, parlant sans doute québécois... défendre leur identité... leur en a-t-elle parlé? Mme David doit se méfier: les 2 plus grandes féministes en compétition?

  • Yves Côté - Abonné 13 septembre 2013 03 h 57

    Pardon Madame...

    Encore une fois, je partage l'essentiel de votre texte Madame.
    Sauf que, si vous me le permettez Madame, votre déclaration "Parce que les partis d’opposition vont donner le mauvais exemple" me semble glisser du côté de la généralisation condamnable...
    Par cette affirmation, non seulement proclamez-vous hors de cause, et encore plus hors de provocations possibles, Madame Marois, ses troupes et leurs méthodes, mais vous discréditez d'avance et sans fondement tous les partis d'opposition. En effet, puisque vous ne dites pas que certains ou plusieurs de ceux-ci le feront mais bien que tous, sans rien en nuancer, il y cèderont...
    Et si on laissait l'occasion à tous les partis de nous donner un exemple de leur sens de la démocratie et du respect des opinions des autres ? En commençant par le PQ de Madame Marois qui, jusqu'à ce jour, ne fait pas selon moi preuve d'une grande volonté de communication et de conciliation politique avec quiconque n'est pas sous son autorité de cheffe.
    Ceci dit, de la part des individus qui ne sont les porte-paroles que d'eux-mêmes, encartés ou pas qu'ils sont à un parti ou à un autre, bien sûr que je m'attends à ce que ça aille du meilleur au pire dans la critique.

    Vive le Québec des citoyens libres !

    • Claude Gélinas - Abonné 13 septembre 2013 10 h 36

      La manifestation anti-charte de dimanche sous l'égide des organisations musulmanes et autres ne fera que radicaliser l'opinion des citoyens qui hésitaient à favoriser son adoption. Pour une personne qui prétent ne pas être dans sa bulle je constate que vos opinions sont bien arrêtées. Apprenez que Montréal n'est pas le Québec. Sortez parlez aux gens des régions, prenez le pouls, réfléchissez et puis décider.Cette démarche sera des plus éclairantes.

    • Yves Côté - Abonné 13 septembre 2013 13 h 16

      Désolé Monsieur Gélinas, mais sincèrement, je ne comprends pas le sens de votre réplique ...
      Je suis prêt à examiner vos arguments pour discuter de mes éventuels erreurs d'analyse mais là, votre pensée est un brin trop résumée pour que je puisse la saisir.
      Vous parlez de la manif, pourtant que vient-elle faire ici puisque je n'en parle pas.
      Vous annoncez que je prétends de ne pas être dans ma bulle, mais cela je ne décrète nulle part.
      Montréal n'est pas le Québec, je n'ai jamais dis le contraire. Ni ici ni ailleurs.
      Pour de ce qui est de la démarche que vous me proposez, je ne cesse de l'utiliser depuis trente ans.
      Enfin bref, peut-être votre réponse ne s'adresse tout simplement pas à moi et que vous vous êtes trompé lors de l'envoie de votre commenaire ?
      Ce ne serait pas grave, je suis le premier à faire des bourdes de temps en temps...
      Rest que si celui-ci est en retour sur le mien, de commentaire, je serais heureux d'en comprendre et d'en évaluer la critique. Peut-être en effet ai-je une mécompréhension du texte de Madame Payette ?
      Merci de me répondre.

    • André-Jean Deslauriers - Inscrit 13 septembre 2013 14 h 14

      M. Côté, je vous ferez remarquer que tous les opposants depuis 2 semaines, condamnnent sans jugement et ne laisse pas beaucoup de place à la discussion sereine par leur manie de jeter des anathèmes et de crier au loup.

    • Yves Côté - Abonné 14 septembre 2013 03 h 35

      Merci de votre lecture Monsieur Deslauriers.
      Condamner une action politique est un devoir citoyen pour quiconque essaie de réfléchir en société. Donc, de ne pas s'isoler en silence, tout seul dans un coin et alors que les choses lui semble allez de travers. Ainsi est, du moins, ma conviction première.
      Ensuite, si vous me le permettez, jeter l'anathème et crier au loup sont deux choses différentes. Jeter l'anathème est de discréditer par l'insulte ou le mépris un ou des individus qui ne partagent pas notre point de vue. L'avantage de la chose pour la personne qui s'y aventure est d'éviter l'effort, pourtant seul utile, de réfléchir puisque alors, uniquement des jugements de valeurs sont avancés.
      Crier au loup, c'est partir en peur de manière paniquée et sans raison; ce qui nuit à tous. Toutefois, critiquer de manière constructive une décision ou une orientation politique au moment où celle-ci est présentée ou, justement, discutée, cela n'a rien à voir avec crier au loup et tout à voir avec la prudence.
      Pour la place qui est laissée à la discussion sereine, je ne crois ni Le Devoir, ni les gens qui réagissent dans ces colonnes participer à sa limitation. Tous nous sommes libres d'y joindre nos voix, bien entendu sous l'arbitrage de notre journal, et il ne tient qu'aux uns et aux autres, insatisfaits du ton général qui se dégage des divers commentaires aux articles, d'y participer en marquant leur différence...
      Et finalement, pardon mais je ne suis pas de votre avis sur un point précis : non, tous les opposants aux idées de cette charte particulière et surtout, mécontents de la manière cavalière de faire du PQ, ne condamnent pas sans juger de la situation.
      Indépendandiste actif je suis depuis l'âge de 16 ans, ce qui commence à faire un bail. Et refusant de fermer les yeux, je ne peux que m'attrister de la stratégie duplessiste de Madame Marois et du PQ qui déjà nous fait reculer ou nous enfoncer comme jamais dans un condamnable processus ethnocentrique.